Les pièges de l’automation : les glitchs et clics audio

Le guide du mixage — 118e partie

Au programme du jour, voici le deuxième volet de notre petite compilation des erreurs et problèmes les plus couramment rencontrés à l’heure de l’automation.

Die Hard

Après les éventuels tracas liés au routing, l’autre type de souci extrêmement fréquent est l’apparition de « glitch » ou de clics audio suite à une automation. Ce phénomène se produit principalement dans deux cas de figure. Le premier intervient lorsque deux nœuds d’automation se trouvent exactement à la même position sur votre ligne temporelle, ce qui se traduit visuellement par une ligne verticale au sein de votre courbe d’automation. Le paramètre ainsi automatisé passe donc instantanément d’une valeur à une autre de façon non continue ; et plus ce saut de valeur est important, plus le risque d’apparition d’artefact est grand. Un exemple criant du genre est l’automation du fader de volume passant immédiatement de 0 dB à -∞ en plein milieu d’un fichier audio. Cela équivaut tout simplement à une coupure pure et dure de l’onde sonore sans aucun fade out, d’où le clic audio.

Pour remédier à cela, deux solutions : soit vous décalez légèrement l’un des deux nœuds afin de créer une transition progressive entre les deux valeurs d’automation ; soit vous vous arrangez pour que ce type d’agencement des nœuds n’intervienne que sur des passages absolument silencieux de votre piste.

Automation glitches

Le deuxième cas de figure est d’une certaine façon lié au premier, il s’agit de l’automation des réglages de type « on/off » par exemple le bouton « Mute » d’une piste, ou bien encore le bypass d’un plug-in. Comme précédemment, il y a un saut brutal entre deux états radicalement différents et ce dernier peut éventuellement entrainer un artefact audio. Or, cette fois-ci, il vous est impossible de régler le problème en créant une sorte de fade entre les valeurs en raison de la nature même de ce genre de paramètre… La bonne nouvelle, c’est que si votre STAN ainsi que vos plug-ins sont bien conçus, vous ne devriez pas rencontrer ce genre de complication. La mauvaise, c’est que dans le cas contraire, il n’y a pas vraiment de solution miracle. Le mieux que vous puissiez faire c’est de chercher une solution alternative pour obtenir le résultat souhaité, comme par exemple préférer l’emploi d’un fade rapide du volume de votre piste plutôt que l’utilisation de la fonction « Mute », ou bien encore opter pour l’automation du paramètre « Dry/Wet », si le plug-in concerné en dispose, en lieu et place du switch de bypass. Et si d’aventure aucune autre option ne s’offrait à vous, il vous reste tout de même une solution plus radicale qui consiste à effectuer un rendu de la piste en question avec l’automation du paramètre posant problème et à éditer à la main l’odieux clic audio via les outils adéquats disponibles dans votre STAN (ciseau, trim, fade, etc.).

Pour clôturer cet article, un dernier petit piège. N’oubliez jamais que par essence, une fois un paramètre automatisé, vous n’avez plus directement la main sur ce dernier. Il vous est bien entendu encore possible de le modifier, mais cela passera par un chemin plus complexe que la manipulation directe dudit paramètre à la souris, par exemple le mode d’automation Trim, ou bien encore la désactivation de la lecture de l’automation. Si vous vous demandiez pour quelle raison je n’avais pas traité l’automation plus tôt, c’est principalement pour cette raison !

La semaine prochaine, nous aborderons les dernières recommandations en matière d’automation.