Le DIY des effets

Techniques simples pour la création d’effets sonores

Si vous produisez des podcasts ou des vidéos, l’ajout d’effets sonores peut donner une nouvelle dimension à votre travail. Certes, les banques de sons et les sites d’effets en ligne sont pratiques pour trouver des effets, mais n’hésitez pas à créer vous-même vos propres sons. Quand c’est bien fait, l’audio y gagne un côté original. Voici quelques idées de base qui vous permettront de créer vos propres effets sonores.

Captation d’une source brute

Les plus grands ingénieurs du son d’Hollywood créent majoritairement leurs effets à partir d’enregistrements de terrain (field recordings), alors pourquoi ne pas faire pareil ? Il suffit d’un enregistreur stéréo standard et d’une DAW ou d’un éditeur audio doté d’effets (spécialement des effets de pitch-shifting et de reverb).

Vous pouvez enregistrer des sons bruts avec n’importe quel enregistreur stéréo portable comme l’Olympus LS-10.

Votre domicile, qu’il s’agisse d’une maison ou d’un appartement, est une source fertile de sons bruts utilisables pour vos effets. Souvenez-vous que ces enregistrements ne sont qu’une composante de vos effets et que vous allez les transformer de façon radicale. Tant qu’à faire, autant enregistrer des sons ayant des caractéristiques proches de celles des effets sonores que vous souhaitez réaliser. S’il faut créer un son d’impact, par exemple pour illustrer un coup porté au corps ou un coup de feu, il s’agira d’enregistrer une source avec un transitoire initial dur.

Vous pouvez transfigurer vos enregistrements avec un pitch-shifter ou en les jouant à l’envers. L’ajout d’effets d’ambiance comme la reverb et le delay ou de sons supplémentaires empilés sur le premier (un effet sonore tiré d’une banque de sons, un son de synthé ou un autre enregistrement de terrain) modifient aussi radicalement le caractère d’un son. Faites l’essai par vous-même !

Si votre DAW ou votre logiciel de musique possède de bons effets, vous pourrez faire des choses fantastiques. L’effet pitch-shifter est particulièrement utile car il permet de modifier la hauteur d’un son indépendamment de sa vitesse, cette dernière pouvant varier proportionnellement ou individuellement ou rester constante. Mais vous pouvez aussi expérimenter avec un flanger, des filtres et n’importe quel autre effet pour transformer le son et créer l’effet recherché. Vous pouvez aussi partir d’effets tirés de banques de sons, les traiter et/ou les empiler avec vos enregistrements de terrain. Les possibilités sont infinies. 

Et tu tapes, tapes, tapes

Pour cet article, j’ai créé quelques effets afin d’illustrer différentes techniques de création sonore. Commençons par un effet assez simple : un coup de pistolet. J’ai commencé par enregistrer différents sons d’impacts : un tiroir refermé brutalement et deux cuillères en bois frappées l’une contre l’autre.

Il est important d’avoir un pitch-shifter de bonne qualité. La suite logicielle de restauration audio iZotope RX3 possède un pitch-shifter et beaucoup d’autres outils très utiles au sound design.

J’ai importé les fichiers audio dans iZotope RX3, qui possède un excellent module de pitch-shifting et de time-stretching. Après avoir écouté mes enregistrements, je les ai transposés vers le bas avant de décider lequel des deux sonnait le mieux. J’ai finalement utilisé le son du tiroir fermé violemment comme base de l’effet sonore. Voici ce que donne le son brut.

00:0000:00

Après avoir supprimé le début de l’enregistrement pour me débarrasser du silence, j’ai transposé l’audio vers le bas d’environ 19 demi-tons à l’aide d’un algorithme de pitch-shifting classique qui a aussi ralenti le son proportionnellement. Je voulais allonger le son, tout spécialement sa résonance tardive.

Comme l’enregistrement brut contenait trop d’aigu, j’ai utilisé l’égaliseur du RX3 pour faire une coupe assez franche autour de 9 kHz. Ensuite, j’ai importé le son dans Logic Pro X et utilisé Space Designer, la reverb à convolution de Logic, pour ajouter une ambiance assez courte. La reverb n’ajoute pas que de l’ambiance : elle permet aussi de prolonger la fin de la résonance du son.

Voici le résultat final :

00:0000:00

Boing élastique

Ici, j’ai voulu créer une ambiance sinistre. Comme source brute, j’ai enregistré le son de mon doigt heurtant une sphère en métal partiellement remplie d’eau. Voici l’original :

00:0000:00

Je l’ai transposé vers le bas d’environ 15 demi-tons. Après avoir supprimé le silence initial, j’ai cherché le bon endroit à partir duquel atténuer le son avec un fondu de sortie (fade out). Et voilà le résultat :

00:0000:00

J’étais assez satisfait, mais j’ai ajouté un bruit sourd créé avec le synthé Native Instruments Absynth :

00:0000:00

En empilant les deux sons, j’ai pu donner une texture et un grain au résultat final. Les sound designers d’Hollywood empilent souvent différents sons pour créer leurs effets.

100 % effet

Ensuite, j’ai essayé de recréer le bruit d’une forte pluie sur un toit pendant un orage. Je suis allé jusqu’à l’évier de ma cuisine qui contenait encore de la vaisselle sur laquelle j’ai fait couler de l’eau en variant la force et la direction du jet jusqu’à obtenir un son complexe et changeant comportant des bruits de gouttes. Voici le son brut : 

00:0000:00

Je l’ai transposé vers le bas d’environ 6 demi-tons puis j’ai ajouté le résultat à l’enregistrement original. J’ai légèrement décalé le démarrage des deux signaux pour avoir un son plus plein, puis j’ai ajouté des effets de tonnerre tirés d’une banque de sons. Voici le résultat.

00:0000:00

Mais quel est ce son ?

C’est à vous ! Il ne s’agit ici que de quelques exemples de création d’effets sonores. En prenant la peine de vous essayer à la captation de sons de toutes sortes, puis en les traitant et en les mélangeant, vous accéderez à un univers sonore illimité.