Avis utilisateur

Roland JD-Xi : En rouge et noir !

Pour quels styles de musique et dans quel contexte (studio, concert, etc.) utilisez-vous ce synthétiseur ?

J’ai acheté ce petit synthé pour composer tranquillou au casque, dans le salon sur le canapé pendant que ma copine regarde la télé. Pour les soirs de fatigue ou de flemme, quand je n’ai pas envie de m’enfermer seul dans mon home-studio et d’allumer tout le matos. Bref c’est un achat caprice mais fonctionnel. Indispensable ? Non, mais utile, oui !
D’ailleurs il n’est pas exclu que je l’utilise en studio tant la qualité sonore est impressionnante pour un petit jouet en plastique comme celui-là ! Et pourquoi pas l’emmener en vacances ou ailleurs ?
Pour les styles de musique c’est electro tendance dark-transe-oldshool et coldwave. Bien que la machine puisse s’exprimer dans tout un tas de styles musicaux : on a affaire ici à une sorte de mini groovebox. Le moteur sonore est essentiellement axé sur l’électronique (synthèse analogique soustractive et VA, vocoder...) mais les 160 ondes PCM disponibles (hors sons de percussions) permettent l’accès à des sons plus acoustiques et réalistes même si ces derniers sont peu nombreux et manquent de variété (en outre ils sont de qualité plutôt médiocre si on les compare au reste).

Vous semble-t-il solide et bien fini ? Sa prise en main et son ergonomie sont-elles simples ? Qu’en est-il de la qualité de son clavier et de son toucher ?

Construction sérieuse et solide, c’est du Roland donc costaud et fiable malgré le fait que ce soit du tout plastique et très léger. Les potards sont solides, les boutons de qualité, le clavier (mini touches) et la connectique semblent solides.
La prise en main et l’ergonomie sont simples : oui, au premier abord on comprend immédiatement comment ça fonctionne sans même ouvrir le mode d’emploi. Ensuite non, dans la mesure où tout ce qui n’est pas directement accessible en façade doit passer par le minuscule écran (bien trop petit pour ce monstre de synthèse) et des centaines de pages de menus et de réglages. Donc pour résumer pour une utilisation simple (jouer, composer, enregistrer, tweaker) c’est très simple et ergonomique, par-contre dès que l’on entre dans la synthèse sonore et autres fonctions plus poussées il faut de la patience car on a affaire à une véritable usine à gaz et que l’interface est la plus basique et laborieuse qui soit. Vous vous souvenez du D-50 : c’est pareil mais pire car il y a au moins dix fois plus de paramètres... et cerise sur le gâteau : pas de molette data ou d’encodeur, pas de boutons de sections pour un accès direct de certaines pages, et un affichage préhistorique permettant d’éditer un seul paramètre à la fois. En comparaison éditer le JV-1080 est un vrai bonheur.
Pour le clavier il faut s’habituer aux mini touches, honnêtement c’est pas terrible mais étant donné que le JD-Xi est un synthé compact et léger c’est le prix à payer. Finalement on s’y fait et ça reste utilisable bien que peu agréable.
Dernier point : l’esthétique et le panneau très controversé façon « miroir ». En effet la façade est fragile et salissante, c’est vrai. Cependant c’est très joli (moi j’aime beaucoup) et il suffit de se laver les mains et d’être un minimum soigneux.

Quel est votre avis sur le son de manière globale ? Que pensez-vous des sons d’usine ?

Pour le son c’est très simple : énorme. La claque. Tout est bon si l’on excepte les sons PCM généralistes de type pianos, orgues, guitares etc. qui sont moyens mais qui ont le mérite d’être là. Les sons de percussions très orientés électronique (TR-808, 909, 707, 606 etc.) mais pas que (sons également pop-rock, jazz etc.) sont parfaits et dignes du haut-de gamme de la marque. La partie VA est absolument fantastique, pour tout vous dire je ma trouve même meilleure que celle du System-1 (que j’ai revendu d’ailleurs). Et enfin la partie analogique monophonique est magique : le grain Roland avec son moelleux légendaire et sa rondeur caractéristique. Il s’agit je crois d’un DCO (à vérifier) mais avec un grain caractéristique de la marque, très beau, de même que le filtre LPF (tout le reste est numérique). Alors oui, comme cela a été dit ce petit mono est assez basique (3 formes d’ondes + sub), filtre non multimode, un seul LFO très classique, des enveloppes traditionnelles etc. Certes, mais c’est suffisamment polyvalent pour faire toutes sortes de basses (ce en quoi il excelle) voir plus si on veut. Il peut sonner métallique ou agressif si on le souhaite et le filtre peut auto-osciller de très belle manière. Bref on retrouve le savoir-faire de Roland, ça ne fait aucun doute. Sans compter l’automation, les mémoires et le multieffet.
Ce dernier permet d’avoir 4 effets simultanés et différents routages pour chaque instrument/partie. Leur qualité est très bonne, bien que je préfère le delay et la réverbe du System-1 que j’avais adorés. Leurs paramètres sont complets et permettent des réglages poussés pour des sonorités très pointues et variées.
Enfin le vocoder/autoPitch est de très bonne qualité, pratiquement du niveau du VP-770, c’est dire ! Le son est très bon même avec le micro d’origine. Le gros défaut : le traitement de la voix coupe la partie synthé analogique. Une hérésie que je ne comprends pas de la part de Roland qui semble prendre un malin plaisir à systématiquement frustrer ses utilisateurs depuis quelques années.

Que pensez-vous des possibilités d’édition et de traitement ?


Comme dit précédemment les possibilités d’éditions sont complètes, c’est-à-dire énormes : 3 oscillateurs pour chaque partie numérique (VA + PCM), édition complète des kits de percussions (layering jusqu’à 4 samples) et de la section multi-effets. Bref l’usine à gaz qui pèche malheureusement par son interface pas à la hauteur. Un éditeur logiciel serait le bienvenu pour une édition poussée et efficace de la bête, bien que mon utilisation personnelle soit strictement standalone.
Le séquencer et très facile à utiliser et également très pratique. On regrettera néanmoins les (nombreuses) limitations comme la longueur maximum de 4 mesures, l’impossibilité de muter individuellement les instruments de percussions et l’absence de traitements des données MIDI.
Je ne me suis pas trop penché sur l’arpégiateur mais il me semble complet avec un certain nombre de paramètres.
Absence de split ou de layering des parties, d’ailleurs les canaux MIDI sont prédéfinis et non modifiables mais cela ne me pose aucun problème, ce n’est pas ce que je demande à cette machine.

Quelles sont les choses que vous appréciez le plus et le moins ?

Les plus :

+ Le son absolument fabuleux !
+ La partie analogique monophonique de très bonne qualité, même si simple et classique : elle sonne !
+ Le vocoder/autoPitch également excellent
+ Le concept synthé-groovebox compact et léger, archi simple d’utilisation (hors édition poussée)
+ La puissance de synthèse (VA + PCM), l’édition des kits de percussions et le nombre de paramètres en général
+ L’aspect esthétique très chouette (d’où le titre) malgré le « miroir » de la façade

Les moins :

- Le vocoder/autoPitch qui coupe la partie synthé analogique : c’est scandaleux et inacceptable !
- La longueur maximale d’un pattern est de 4 mesures
- Pas de mute individuels pour les percussions
- L’écran trop petit et l’édition poussée très laborieuse : une aberration !
- Pas de fonctionnement sur piles (dommage car il est compact et léger)
- Les presets non ré-incriptibles, une vilaine habitude chez Roland...
- Les sons édités sont sauvegardés dans les patterns (pas de banque user patches) heureusement on peut les copier d'un pattern à l'autre.

Je ne regrette absolument pas mon achat même si le fait que l’utilisation du micro coupe le synthé analogique m’a fait l’effet d’une douche froide. Cette déconvenue passée je garde quand-même ce petit joujou qui me procure beaucoup de plaisir.