close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Amplis combos tout lampe pour guitare
Matériel Amplis combos tout lampe pour guitare {{currentManName}}swap_horiz Blackstar Amplificationswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down

Test du HT Club 40 de Blackstar

Plus près des étoiles (noires)
Blackstar, constructeur britannique d’amplis et de pédales à lampes, est connu des guitaristes pour ses séries «Artisan», des amplis câblés à la main au son crunchy, et «One», des modèles Hi-Gain qui ont la faveur des métallurgistes. La marque revient cette année avec une nouvelle série d’amplis à lampes, «HT Venue», se voulant moins onéreuse et néanmoins polyvalente. Focus sur le combo 40 Watts.

 

Blackstar HT Club 40
L’enseigne Blackstar est née en 2007 quand des anciens de chez Marshall décidèrent de lancer leur propre marque d’amplis à lampes. D’abord virent le jour des pédales d’overdrive à lampes puis des amplis conçus en Angleterre et assemblés à la main en Corée, les «Artisan». La série «One» sortit un an plus tard avec un son plus contemporain et beaucoup plus de réserve de gain. Il ne manquait plus qu’une série entrée de gamme plus accessible pour compléter l’offre du constructeur. C’est chose faite avec les amplis HT Venue qui héritent de quelques fonctions des séries plus onéreuses et du savoir-faire des petits gars de chez Blackstar.

 

La gamme propose pas moins de 6 amplis, du 20 au 100 Watts avec des combos, des têtes et des enceintes. Le modèle testé aujourd’hui est le HT Club 40, un combo 40 Watts tout lampes aux alentours de 600€.

 

Commençons par déballer l’engin...

 

Dark Valvor

 

 

Blackstar HT Club 40
Le HT Club 40 est un beau bébé de 24,4 kg dont les mensurations sont : 61,9 x 56,6 x 29,7 cm. Sous la capot se cache un préamplificateur doté de deux lampes ECC83, un amplificateur de 40 Watts RMS avec deux lampes EL34 et un haut-parleur Celestion 12 pouces. La finition est plutôt bonne, avec des potards en plastique et des switchs de mise sous tension et stand-by chromés. La poignée située sur le dessus de l’appareil est en cuir tout comme le revêtement gris foncé de l’ampli. Le tout est assez classe, relativement passe-partout, et conviendra à la majorité des guitaristes. Le dos de l’ampli est fermé aux trois quarts et la partie ouverte est protégée par une grille. Le HT Club 40 donne une bonne impression de robustesse et pourra être transbahuté sans problème.

 

Au niveau des connecteurs, on retrouve la sempiternelle entrée guitare en jack 6,35 mm et trois sorties haut-parleurs au dos : une 16 ohms qui servira soit au baffle interne, soit à un baffle externe 16 Ohms qui sera utilisé seul. Les deux autres sorties permettent soit de brancher deux haut-parleurs 16 Ohms (l’interne et un externe, ou deux externes), soit un haut-parleur 8 Ohms seul. À côté de ces connecteurs, nous retrouvons l’entrée footswitch, qui est livré avec l’ampli (s’il vous plait !), et qui permettra de changer de canal et d’activer la réverbe. Une sortie avec émulation de baffle est aussi disponible et permet de s’affranchir de micro et de relier directement son ampli à sa table de mixage ou carte son. Le son de la simulation n’est pas extraordinaire, mais elle a le mérite d’exister et pourra dépanner. Un switch dédié à la réverbe numérique intégrée a pour rôle de changer la sonorité de l’effet : soit chaude et étouffée, soit brillante. L’effet ne supplantera pas les pédales ou racks dédiés, mais fera l’affaire en répète.

 

Enfin, une boucle d’effet mono vous permettra de brancher vos effets en rack ou pédale, à un niveau de +4dBu ou -10 dBV.

 

Passons maintenant aux réglages de l’ampli.

 

Tournez les boutons

 

Blackstar HT Club 40
Commençons par les réglages classiques avant de s’attaquer aux deux particularités de cet ampli. Le HT Club 40 possède deux canaux, switchables via un bouton poussoir situé sur la façade de l’appareil ou le footswitch inclus. Le premier canal, dédié aux sons clairs et crunchs, est très simple à régler car il ne possède que deux potards : un volume et un tone. Le premier servira à régler le volume du canal et par la même occasion le faire cruncher ou non, tandis que le deuxième permettra d’avoir un son plus ou moins clair / sombre en réglant la balance entre les fréquences graves et aiguës. Le canal saturé propose un peu plus de réglages, avec un gain en entrée pour régler la quantité de saturation, et un volume. Côté égalisation, c’est un peu plus étoffé avec un classique égaliseur trois bandes : grave, médium et aigu. Au niveau master, on retrouve le réglage de la réverbe et le volume général.

 

Les deux particularités se situent au niveau des commutateurs «Voice» disponibles sur chaque canal et le fameux réglage ISF (que les riches se rassurent, il ne s’agit pas d’impôt ici, mais d’Infinite Shape Feature) hérité de la série «One» de Blackstar.

 

 

Blackstar HT Club 40
Le bouton Voice du canal clair permet de passer d’un son typé «boutique», avec pas mal de médiums et d’aigus et qui crunch comme il faut quand on pousse le volume, à un son plus moderne, plus compact, avec plus de basses et qui crunch moins facilement. Sur le canal saturé, on peut, grâce au switch Voice, passer d’un son classique et crunchy à un son avec plus de dynamique, de médium et de corps, et une saturation plus lisse. Avec ces différents voicings, nous avons déjà quatre sons de base différents, mais le petit Blackstar ne s’arrête pas là !

 

L’ISF est une fonctionnalité que l’on retrouve sur certains amplis Blackstar, dont le HT Club 40, sous forme d’un potentiomètre qui agit sur la réponse de l’égaliseur du canal saturé. Dans la pratique, ce potard permet de passer d’un son typé américain, avec des basses précises et des médiums plus agressifs, à un son plus british, moins agressif et plus boisé, d’après le constructeur. Techniquement, l’ISF modifie les fréquences sur lesquelles agit l’égaliseur, notamment les moyennes fréquences. L’effet s’entend particulièrement lorsque l’on baisse le potard médium et permet de changer radicalement le son et la réponse de son ampli aux réglages de l’égaliseur. L’avantage d’avoir l’ISF sous forme de potard, c’est de pouvoir accéder à tous les intermédiaires et d’avoir ainsi un son hybride, entre le son américain et le son anglais.

 

Sur le papier, on a donc six sons de base très différents, avec tous les intermédiaires. Voici ce que cela donne dans la pratique...

 

Le son

Blackstar HT Club 40Le Blackstar a été testé avec le haut-parleur intégré, mais aussi avec le Torpedo de Two Notes, permettant d’entendre l’ampli avec différentes enceintes et micros. Les trois guitares qui ont été utilisées pour les prises de son ont chacune leur caractère et permettent de voir si l’ampli respecte l’instrument et retranscrit leur spécificité. Nous avons donc sorti une Gibson Les Paul Studio, dotée de ses micros humbucker d’origine, une Gretsch G5139 montée avec des micros TV Jones Magna’tron, et une Squier Telecaster Custom de la série Classic Vibe qui a fait l’objet d’un test il y a peu sur AudioFanzine. La puissance de la bête est assez conséquente et permet de l’utiliser en répétition avec un batteur et même en concert dans des bars et petits clubs.

 

 

Blackstar HT Club 40
Sur certains voicings, nous retrouvons sans trop de surprises un son assez typé Marshall, tant sur les sons clairs que saturés. Mais les différents voicings et l’ISF permettent de transfigurer le timbre de l’ampli et d’élargir considérablement la palette de sons. Ainsi, le voicing 1 du canal clair sonne très vintage, tandis que le voicing 2 est plus beaucoup clair et moderne. L’ISF permet d’agir sur les fréquences de l’égaliseur et a une grande influence sur le son quand on creuse les médiums, comme sur l’exemple sonore avec la Les Paul.

 

 

 

Voici les exemples sonores avec la Les Paul :

 

Les Paul - Micro manche
00:0000:18
  • Les Paul - Micro manche00:18
  • Les Paul - Micro chevalet00:19
  • Les Paul - Micro chevalet00:19
  • Les Paul - Micro chevalet00:19

 

 

Avec la Gretsch :

 

Gretsch - Micro manche
00:0000:21
  • Gretsch - Micro manche00:21
  • Gretsch - Micro chevalet00:16
  • Gretsch - Micro manche00:32
  • Gretsch - Micro manche et chevalet00:31

 

 

Et enfin, avec la Telecaster :

 

Telecaster - Micro manche
00:0000:20
  • Telecaster - Micro manche00:20
  • Telecaster - Micro manche00:21
  • Telecaster - Micro chevalet00:31
  • Telecaster - Micro manche00:24
  • Telecaster - Micro chevalet00:28

 

 

Nous sommes devant un ampli très complet et polyvalent et finalement, la seule chose que l’on pourrait lui reprocher est un léger manque de caractère, notamment sur les sons clairs. On aurait aussi aimé avoir un égaliseur trois bandes et pourquoi pas un ISF sur le premier canal. Pour le reste, c’est du tout bon, surtout quand on regarde le prix (600€ environ) pour un combo tout lampe de 40 Watts.

 

Conclusion

 

 

Blackstar HT Club 40
Blackstar, avec sa série HT, propose de bons amplis, au panel de sons élargi et au prix accessible. La qualité de fabrication est soignée et les fonctions proposées offrent un vrai plus à l’utilisateur. Ainsi, les différents voicings donnent accès à quatre sons de base, et l’ISF transfigure totalement l’égaliseur du canal saturé permettant au guitariste de façonner facilement et rapidement le son émanant de l’ampli. Rajoutez à cela une puissance sonore suffisante pour jouer en groupe et un footswitch inclus, et vous obtiendrez un ampli tout lampe polyvalent et abordable.

 

 

  • Bon rapport qualité/prix
  • Deux voicings par canal
  • ISF efficace et intéressant
  • Footswitch inclus
  • Une bonne polyvalence
  • Puissance suffisante pour jouer en groupe

 

  • Sons clairs pouvant parfois manquer de caractère