close
  • settings_backup_restore
Le guide de l’enregistrement - 87e partie

L’accompagnement du chanteur (1re partie)

Aujourd’hui, nous allons voir comment accompagner au mieux votre chanteur à l’occasion d’une session de prise de voix. Notez que pour simplifier la rédaction de l’ensemble du chapitre consacré à l’enregistrement de la voix, le terme générique « chanteur » sera le seul utilisé, mais ce dernier fait bien entendu référence à tout donneur de voix (homme ou femme) et ce, qu’importe le style - chant, rap, slam, etc.

Charité bien ordonnée commençant toujours par soi-même, sachez que tous les conseils prodigués pourront également être appliqués à votre petite personne si vous êtes comme beaucoup d’entre nous un « Home Studiste » solitaire.

Zen Attitude

Comme nous l’avons évoqué la semaine dernière, la voix est un instrument particulier d’une importance capitale du point de vue de l’auditeur. Si nous considérons maintenant les choses en adoptant cette fois-ci le point de vue de l’interprète, la voix est alors un instrument tout aussi extraordinaire au sens littéral du terme. En effet, si nous prenons l’exemple d’une guitare, le son est produit par le musicien grattant les cordes qui se mettent à vibrer, puis ces vibrations sont amplifiées par la table d’harmonie ou via un ampli. Pour un piano, le musicien enfonce les touches qui actionnent des marteaux venant frapper des cordes et les vibrations produites sont amplifiées une fois de plus par la table d’harmonie. Bref, le schéma simplifié est bien souvent le même : geste musical de l’interprète, vibration d’une partie de l’instrument générant l’onde première puis amplification. Mais dans le cas du chant, le musicien, l’instrument et le système d’amplification ne font qu’un. Il s’agit tout simplement de l’instrument intime par excellence ! Or, si cela entraine certains avantages, cette situation pour le moins unique dans le monde musical ne va pas sans son lot d’inconvénients…

81+8pLuHPuLReprenons l’exemple d’une guitare. Vous viendrait-il à l’idée d’enregistrer avec une gratte mal réglée aux cordes rouillées et à l’accordage approximatif ? J’espère que la réponse est négative, à moins de vouloir produire un son bien tordu dans un but artistique précis, mais avouez que ce n’est pas un cas représentatif. Bref, la plupart du temps, tout musicien qui se respecte souhaite jouer sur un instrument au minimum correctement réglé, en bon état et bien accordé. Pour ce faire, il n’y a vraiment rien de spécialement sorcier lorsque l’instrument en question est de nature matérielle. Mais dans le cas de la voix, ce n’est pas aussi simple… Pour que tout soit opérationnel, c’est le chanteur lui-même dans son « ensemble » qui doit l’être, tant au niveau du corps que de l’esprit. Ne sentez-vous pas la lapalissade venir ? Votre chanteur doit être en bonne santé, bien reposé, calme et concentré pour que tout se déroule pour le mieux.

Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, dans l’idéal tous les intervenants de la production devraient être en pleine forme. Ceci étant, avouez qu’un guitariste avec la goutte au nez ne constitue pas un problème insurmontable, alors que pour un chanteur, c’est une tout autre histoire. Dans le même ordre d’idée, évidemment que la fatigue et/ou le stress influent sur le jeu de n’importe quel musicien, mais au moins l’instrument en lui-même n’en pâtit pas. Avec un peu d’huile de coude et une bonne dose de volonté, il est toujours possible d’obtenir un rendu convenable qui laissera l’auditeur final totalement ignorant de l’état de l’interprète lors de la prise. Dans le cas d’une voix, fatigue et stress ont des conséquences physiologiques qui modifient très clairement les capacités du chanteur. Or, comme l’auditeur est justement naturellement plus sensible à la voix (cf. article précédent), il est quasi-impossible de maquiller ce type de problème…

« Bon, tout ça c’est bien joli, mais je ne suis pas responsable de l’hygiène de vie de mon chanteur ! »

Certes, de prime abord, nous pourrions croire qu’il n’y a pas grand-chose à faire pour se prémunir de ce genre de situation puisque l’essentiel dépend directement de la personne concernée. Mais en y réfléchissant un tant soit peu, il existe tout de même plusieurs façons d’accompagner le chanteur afin de gérer les captations de voix au mieux.

Tout d’abord, n’oublions pas le principal avantage du travail en Home Studio face aux structures commerciales : la gestion du temps ! Prenez donc la peine de discuter avec le chanteur pour caler la session d’enregistrement à un moment opportun, c’est-à-dire lorsque ce dernier n’est ni pressé par le temps, ni en période de surcharge de travail et surtout lorsqu’il a bien le luxe de s’offrir une bonne nuit de sommeil la veille. Si d’aventure le jour venu il ou elle est malade ou tout simplement pas trop dans son assiette, n’hésitez pas à reporter la séance si vous en avez la possibilité, je vous assure que le jeu en vaut largement la chandelle.

Lorsque le report de la session n’est pas une option, prenez donc les devants et invitez votre artiste à lire le plus tôt possible sur votre site préféré ces quelques conseils, ou bien encore ceux-ci histoire de minimiser les risques en amont. D’ailleurs, même si vous n’êtes pas chanteur vous-mêmes, ces lectures ne vous feront pas de mal et vous permettront de mieux accompagner votre interprète alors n’en faites pas l’économie !

Enfin, concernant le stress, nous verrons dans les semaines qui viennent pas mal de choses que vous pourrez mettre en œuvre de façon à le circonscrire au strict minimum. Ceci dit, pour ne pas vous laisser sur votre faim, voici déjà quelque chose que vous pouvez proposer à votre chanteur juste avant une session d’enregistrement afin d’aborder les choses sereinement : 10 minutes de méditation que vous ferez avec lui. Je sais, cela peut paraître complètement ésotérique à certains. D’ailleurs, si votre chanteur ou vous-mêmes êtes totalement hermétiques à ce genre de pratique, ne vous forcez pas, cela pourrait avoir l’effet inverse de celui escompté. Mais je vous garantis que cela peut avoir un impact impressionnant sur n’importe qui à partir du moment où l’on est un tant soit peu ouvert. Si vous ne savez pas comment procéder, une simple recherche sur le web concernant la méditation guidée devrait vous permettre de trouver chaussure à votre pied. Personnellement, j’aime beaucoup les vidéos de cette chaîne YouTube malgré la qualité sonore approximative, mais c’est avant tout une histoire de goût alors si vous découvrez une pépite du genre, n’hésitez pas à la partager dans les commentaires de cet article !

Sur ce, rendez-vous la semaine prochaine pour la suite de nos aventures !