close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Bien débuter
Matériel Bien débuter Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
  • settings_backup_restore

[Bien débuter] Le MIDI pour les nuls

Pour éviter de faire une liaison en série (daisy-chain) il est préférable de faire des liens en étoile (Star-Network) avec des boîtier MIDI-THRU. Une MIDI-THRU a une entrée IN et plusieurs sorties OUT (De 2 à 8 selon les modèles) qui dupliquent les données entrantes. Cette boiboîte évite les retards (et éventuellement pertes de synchro) liés aux nombreuses retransmissions des appareils reliés en série.  icon_wink.gif

Je sais pas si il existe un équivalent aujourd'hui, dans les patchs-interfaces celui là m'a beaucoup aidé :

https://fr.audiofanz…ol/UM-880/forums/

Tu as celui-ci:

ESI M8U XL

D'après ce que j'ai lu dans le forum, il faut privilégier la version XL qui permet le stand-alone.

Je pense que pour utiliser l'ESI en stand-alone il faut au préalable faire la configuration avec un ordinateur. Le UM 880 était 100 % autonome avec quelque gadget sympas comme testeur de câble et une tonne de configuration possible, filtre midi direct sur la machine, synchro ou pas,etc... Bref, je pense que je vais recherché un engin comme ça d'occase, j'ai vendu le mien avec regret...
Citation de Ykar :
Un p'tit lien vers le patchbay midi?

C'est l'Edirol UM6550. Le même que le UM-880 signalé plus haut, mais avec "seulement" 5 entrées et 5 sorties. Ce qui me suffit... presque. J'ai pas des tonnes de hardware non plus et j'ai encore une E/S sur la carte son et une sur le Novation Remote SL

Citation :
Pour éviter de faire une liaison en série (daisy-chain) il est préférable de faire des liens en étoile (Star-Network) avec des boîtier MIDI-THRU. Une MIDI-THRU a une entrée IN et plusieurs sorties OUT (De 2 à 8 selon les modèles) qui dupliquent les données entrantes. Cette boiboîte évite les retards (et éventuellement pertes de synchro) liés aux nombreuses retransmissions des appareils reliés en série.

Clair. Encore faut-il en avoir sous la main.

Disons que pour une configuration établie, on s'en sort. Là où c'est vite le boxon, c'est quand il faut la créer ou improviser (par exemple pour un boeuf).
Hors sujet :
Beatless, un p'tit MP dans toi boi-boîte :-D
Je me sens particulièrement concerné par la comparaison Midi/cartons pour orgues de barbarie.
En effet, j'utilise plusieurs orgues ou autres instruments de musique mécanique.
Les commandes sont variées, pour les plus "traditionnels" rouleau pointé (la "pointe" venant actionner le marteau qui vient frapper la corde, ou la lame, disque perforé métallique (sur le même système), puis pour les plus récents cartons d'orgue qui viennent soit libérer une griffe actionnant une tige puis une soupape soit, système pneumatique (comme les pianos pneumatiques), l'air est aspiré au niveau de la perforation du carton ou du rouleau de papier.
Cela étant dit, j'utilise également un très gros orgue que je viens de faire midifier : il était au départ commandé par un système "électronique", avec signaux analogiques, datant de la fin des années 60, une cassette audio délivrant un message par une série de bips fréquences avec une porteuse (un peu le son des minitels en cours de connexion), chaque impulsion déclenchant telle ou telle flûte ou percussion.
Il est désormais transformé en midi, les commandes étant transmises par un petit lecteur Mp3
Résultat j'ai échangé (de façon virtuelle) un répertoire de plus de 600 airs soit pour cet orgue de 105 touches, 1 tonne 200 de carton, après avoir fait les trous ... contre une puce SD (et il reste pas mal de place).
En ce qui concerne le Midi c'est un système très intéressant, mais il ne transmet que les commandes qu'on lui a inculquées :
Si vous lui faites "lire" une partition, il fera jouer à l'instrument, quel qu'il soit, exactement ce qui est écrit. Or aucun musicien, et heureusement, ne joue ce qui est écrit.
Quand le musicien joue, c'est le temps de l'interprétation, faite de respirations, soupirs,impulsions, ...
Bref pour être intéressante une partition midi qui est "figée" doit inclure l'interprétation, et l'arrangement avec des quarts de soupirs des notes effleurées, des crescendo, et là, c'est une autre paire de manches ... Sinon, vous reproduirez une musique qui apparaîtra très "mécanique". même sur le plus moderne des synthétiseurs.
Cordialement
Hamsterjovial

Merci pour cet article, qui sera bien utile pour divers débutants que je connais... Je vais faire passer le lien.

En ce qui me concerne, j'utilise une ESI M4UXL pour faire cohabiter deux claviers 49 touches, un piano numérique Korg P170 dont j'utilise à la fois les sorties audio directement vers mon interface audionumérique et celle MIDI, et une interface Behringer BCF2000, qui sert tantôt aux paramètres des synthés virtuels, aux tirettes des orgues virtuels, et tantôt aux paramètre  de mon DAW (Reaper), par exemple de mixage.

En fait, je n'utilise que les entrées MIDI, l'ESI M4UXL étant connectée par USB, elle me permet d'identifier aisément tous les claviers et interfaces dans l'ordinateur, même sous Linux. Je suppose que la 8 fait de même pour 8 instruments/interfaces.

Moi je tourne avec deux AMT8 Emagic sous XP, aucun soucis et tout est routable. le routing se fait via le logiciel hote (une espece de soundiver light), logiciel d'ailleurs tres spartiate en terme d'interface utilisateur. Mais ca tourne comme une horloge suisse et surtout ca se fait oublié!

Citation :
Bref pour être intéressante une partition midi qui est "figée" doit inclure l'interprétation, et l'arrangement avec des quarts de soupirs des notes effleurées, des crescendo, et là, c'est une autre paire de manches ... Sinon, vous reproduirez une musique qui apparaîtra très "mécanique". même sur le plus moderne des synthétiseurs.

Je relève cette remarque qui semble une évidence pour les habitués, mais me semble intéressante à rappeler pour les débutants.
C'est d'ailleurs un piège auquel il faut faire attention quand on teste de sons.
Quand il s'agit d'imitation de sons d'instruments réels ou de samples d'instruments, on peut parfois avoir l'impression qu'ils sonnent mal alors que c'est juste parce qu'on le fait jouer par une "partition" MIDI qui est trop mécanique, et souvent à qui il manque les ornements spécifiques à l'instrument en question.
Fut-ce pour une simple guitare, outre les questions de dynamique et évidemment de groove, si on n'ajoute pas les bruits inhérents à l'instrument (frottement des doigts sur les cordes, par exemple), on perd beaucoup de réalisme. Et ce n'est pas forcément de la faute du son lui-même.

Idem pour les sons synthétiques : certains sont bons à une tessiture et pas à une autre, certains sont bons à forte dynamique et pas à faible ou l'inverse, certains sont intéressants en jouant sur leur dynamique, certains (notamment dans les sons de basse) ont une partie de leur intérêt dans l'attaque différente selon qu'on joue legato ou staccato.
De fait, même en maîtrisant l'écriture MIDI, rien ne remplace une vraie interprétation. N'hésitez pas à bosser votre clavier. :bravo:
Sans compter que, quand il faut programmer une ligne, c'est autrement plus rapide de la rentrer en la jouant avec un clavier maître qu'en la programmant pas à pas.
Se méfier aussi d'une quantization trop marquée. Si on n'est pas très doué au clavier, c'est logique d'utiliser la quantization pour avoir quelque chose de propre, mais à trop quantizer, on perd beaucoup de vie. Ne pas hésiter à utiliser les "groove quantize" quand on en dispose.

Sujets les plus actifs dans "Bien débuter"

Les dernières questions dans "Bien débuter"