close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Boîtes de direct
Matériel Boîtes de direct {{currentManName}}swap_horiz Behringerswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down

Modification des DI Behringer DI100

Test Behringer ULTRA-DI DI100
Cet article est une première dans notre rubrique "bricolage", et propose une modification des boîtes de direct DI 100 de Behringer pour améliorer leur utilisation, notamment sur scène.
Cet article est une première dans notre rubrique "bricolage", et propose une modification des boîtes de direct DI 100 de Behringer pour améliorer leur utilisation, notamment sur scène. Voilà de petites boites fort jolies et peu chères, qui peuvent rendre de grands services… Sauf lorsqu'il faut changer les moteurs de retours de scène à cause d'un instrument 20 ou 40 dB trop fort, à cause de l'appui accidentel sur l'un des atténuateurs du DI en question. L'ingénieur qui a fait le design de la DI 100 n'a sûrement jamais fait de scène...

Je m'explique : du côté des entrées, vous remarquerez la présence de 2 atténuateurs de 20 db chacun, très pratiques en tant que tels. Seulement voilà, le fameux Ingé Designer les a mis à mon goût un peu trop près de l'entrée jack. Résultat, quand on est un peu débordé sur scène, au changement de plateau, et que le musicien branche lui même son jack, il enclenche (ou désenclenche) malencontreusement avec ses doigts un voire les deux atténuateurs !

Du coup, vous avez fait votre réglage à la balance, et sans le savoir, la sensibilité de la DI n'est plus du tout ce que vous aviez prévu… et à l'allumage de la tranche, c'est la surprise ! Ou bien il n'y a pas de son (atténuation de 20 ou 40 dB), et c'est un moindre mal, ou bien le son est 20 ou 40 dB trop fort, et je vous laisse deviner la suite !

La solution

Il faut opérer. Voici donc ma modification sur du matériel de récupération. Très rapidement, j'ai ensuite appliqué cette opération sur toutes mes boites, et même celles des copains ! Attention cependant, les modifications que vous ferez seront sous votre entière responsabilité !

Matériel nécessaire

Matériel nécessaire

Avant de commencer, il sera nécessaire de vous procurer le matériel suivant :
  • Petites plaques de tôle,
  • Entretoises (style informatique)
  • Visserie
  • Perceuse
  • Lime "queue de rat".

Première étape : ouvrir la bête

Il faut tout d'abord démonter la face où se trouvent les entrées. Il faut simplement dévisser les 4 vis des patins caoutchouc.


Percer les trous...

Deuxième étape : percer

Il faut ensuite percer 2 trous, avec un foret de 3 mm (il faut vérifier le diamètre des entretoises, elles ne sont pas toutes identiques, certaines peuvent faire 2.5 mm). Dans mon cas, j'ai percé le trou inférieur à 7 mm du bord de la tôle. Pour le trou supérieur, il faut bien viser, car il n'y a pas beaucoup d'espace disponible entre le bouton et le corps du boîtier (nous verrons plus tard qu'il faut ruser pour arriver à fixer l'entretoise…).

En ce qui me concerne, j'ai percé le boîtier à 6,8 mm du bord de la tôle. Pour ce genre de travail précis, un coup de pointeau est le bienvenu, pour éviter que le foret ne glisse. Donnez un coup de pointeau en laissant la face sur le boitier, bien à plat. Par contre, pour le perçage, il faut retirer la face pour ne pas prendre de risque : il y a des composants derrière ! On peut mieux voir ce qu'on fait en procédant de la sorte.


Un passage à la lime

Entretoises

Troisième étape : monter les 2 entretoises

EntretoiseL'entretoise du bas ne devrait pas poser de problèmes si vous avez bien visé au perçage. Pour celle du haut, une fois montée et bien bloquée (à l'aide d'une rondelle et d'un écrou), il risque d'y avoir un souci au moment de refermer la boite… En effet, comme je disais plus haut, il n'y a pas assez de place pour l'écrou, il touche le corps du boîtier. La ruse consiste à limer la partie du boîtier qui touche l'entretoise. Il faut s'armer d'une lime queue de rat très fine, et de patience. En limant le boîtier, vous créerez un passage pour l'écrou. Le boîtier étant en aluminium, vous de devriez pas y passer la journée. Essai, lime, essai, lime, etc … jusqu'à ce que ça passe !

Ceci fait, vous pouvez remonter le boîtier. Normalement nous n'aurons pas besoin d'y revenir.

Quatrième étape : ajouter la tôle protectrice

Il faut commencer par préparer le bout de tôle en le perçant à chaque extrémité, avec un foret de 3 mm ou 3.2 mm, pour laisser un peu de jeu (cette fois, pas de problème, dans la plupart des cas, on utilise des vis de 3 mm de diamètre). J'ai personnellement utilisé des tôles de 38,5 mm de long, et l'entraxe des trous dans mon cas est de 32,5 mm. Vérifiez cet entraxe avant de percer la tôle, en le mesurant une fois les entretoises en place.

J'ai trouvé par chance une tôle très fine et pliée en L, ce qui la rend très résistante. (Je crois qu'elle vient d'une pédale d'effet que j'avais bricolée… Et au remontage, bizarrement, il y avait des pièces en trop ! Nous nous passerons de commentaires...). Il ne reste plus qu'à monter la tôle sur les entretoises, et le tour est joué !

Maintenant, attrapez un jack, enfoncez-le dans l'entrée de votre DI. Vos doigts vont buter contre la tôle, et il n'y aura ainsi plus de risque de toucher aux atténuateurs ! En revanche, il y a toujours la possibilité de régler les atténuateurs par le peu d'espace que laisse la tôle, sur le côté gauche des boutons.

Le résultat

Behringer DI 100 - résultat 1
Sur le côté droit, la tôle protège les boutons.
Behringer DI 100 - résultat2
Sur le côté gauche, on peut accéder aux boutons.