close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Compresseurs logiciels
Matériel Compresseurs logiciels {{currentManName}}swap_horiz Empirical Labsswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down

Test du compresseur logiciel Empirical Labs Arousor

L’Arousor arrosé
Award Valeur sûre 2016Vous n’êtes certainement pas sans savoir que chez Audiofanzine, la dégustation de plug-ins à la sauce "émulation de matériel analogique" entraîne de plus en plus souvent d’horribles indigestions avec, en sus, une lutte acharnée contre les crises de GAS tant la tentation est grande de posséder le dernier joujou plus réaliste que la réalité elle-même…

Le marché est tellement saturé sur ce segment qu’il est bien difficile de trouver chaussure à son pied, pour vous comme pour nous. Bref, la modélisation analogique, nous en avons soupé et les éditeurs mettant à profit les possibilités quasi infinies du monde virtuel pour créer de véritables outils inédits sont davantage à notre goût. Pourtant, l’objet du banc d’essai d’aujourd’hui a tout de même réussi à titiller agréablement ma fibre Geek de l’audio. Mais quel est donc ce plug-in virtuellement analogique qui a su réaliser un tel prodige ? Tout simplement le premier véritable produit logiciel* du célèbre constructeur Empirical Labs (ELI) que nous allons passer au grill sur-le-champ.

Le péril jeune

Répondant au nom pour le moins équivoque d’Arousor, ce compresseur virtuel est disponible aux formats AAX, AU, VST 2.4 et VST 3 pour Mac (OS X 10.7 minimum) et PC (Windows 7 minimum). Concernant le système de protection, le dongle USB iLok 2 est obligatoire. Dommage que le choix de l’autorisation lié à l’ordinateur ne soit pas de la partie, d’autant que cette possibilité est disponible chez PACE depuis plus de 2 ans maintenant… Niveau installation, rien à redire, c’est du velours. Notez tout de même que la version actuelle du plug-in est une "pre-release" v0.9.9 et comporte donc encore quelques bugs, mais l’Arousor est déjà pleinement exploitable dans la majorité des cas et je n’ai d’ailleurs rencontré aucun problème lors de mes tests. Pour en finir avec la partie "rébarbative" de ce banc d’essai, sachez que sur ma machine de guerre (Mac Pro fin 2013 Hexacœur Xeon 3,5 GHz - 32 Go DDR3), une instance du plug-in consomme à peine 0,50 % de ressources CPU avec une compensation de latence nulle. Si le son est à la hauteur, ces jolies performances permettront d’user et d’abuser de la bête à l’envi. Chapeau bas !

Empirical Labs Arousor : Distressor

Passons à présent aux choses sérieuses. L’Arousor n’est pas à proprement parler une modélisation fidèle à 100 % du fameux Distressor de la marque. Cependant, ce plug-in est très fortement inspiré de son illustre aïeul, de l’aveu même de Dave Derr, fondateur de la firme américaine. Et de fait, avec ses indicateurs à LEDs et ses 4 gros potards blancs, la robe de l’Arousor ne laisse aucun doute sur sa filiation. Notez au passage que les valeurs exactes des réglages sont incrustées au centre de chaque potentiomètre, ce qui est bien pratique, d’autant qu’elles sont modifiables via le clavier si le cœur vous en dit.

Du point de vue "cuisine interne", on trouve également la patte du Distressor. Premièrement, l’Arousor travaille avec un seuil fixe, c’est-à-dire qu’il faut manipuler le potentiomètre de gain d’entrée "IN" afin de gérer la partie du signal qui dépassera le seuil et qui sera donc compressée. Ensuite, c’est un compresseur ultra-rapide avec une plage de temps d’attaque allant de 0,05 à 40 millisecondes. Le relâchement oscille, quant à lui, entre 50 et 3000 millisecondes. Le dernier gros potard nommé "OUT" s’occupe pour sa part de gérer le gain en sortie. Enfin, le ratio offre 10 options, du 1:1 pour n’utiliser la bestiole qu’en guise de saturation, jusqu’au 20:1 et au-delà avec le réglage "RIVET" qui correspond peu ou prou au "NUKE" du Distressor.

Empirical Labs Arousor : Syno

Rien qu’avec tout ça, il y a déjà largement de quoi faire, de façon simple et rapide qui plus est. Mais le joujou va encore plus loin… En effet, l’Arousor apporte son lot de fonctions supplémentaires par rapport à son aîné, à commencer par le paramètre "AtMod". Ce dernier permet de modifier le comportement du temps d’attaque afin de laisser passer plus ou moins de transitoires. Simple et diablement efficace. Le potard suivant gère finement la saturation de l’engin (Soft Clipping). Quatre LEDs virtuelles permettent de visualiser rapidement la quantité de distorsion harmonique, joli garde-fou tant il est facile d’abuser de la chose. La section de sidechain interne offre également une souplesse bienvenue par rapport à l’original avec un filtre passe-haut réglable jusqu’à 1 kHz et un filtre en cloche entièrement paramétrique. Mine de rien, l’ensemble offre la possibilité de grandement modeler les réactions du compresseur en un tournemain. Enfin, le potentiomètre "Mix" s’occupe du mélange entre le signal compressé et le signal source. Attention cependant, comme vous pouvez le constater sur le synoptique ci-contre, ce paramètre se situe en amont du réglage de gain en sortie, ce qui peut être déstabilisant de prime abord. Mais n’ayez crainte, on s’y fait vite.

Empirical Labs Arousor : Arousor

Jusqu’ici le tableau est plutôt alléchant, mais comme rien n’est jamais parfait, voici quelques fonctions absentes qui auraient certainement pu rendre l’Arousor encore plus attractif. Tout d’abord, il n’y a pas de boutons bypass pour la fonction AtMod, le Soft Clipping et le Sidechain. C’est dommage, car en l’état, il faut impérativement remettre les potards idoines à zéro pour juger de l’efficacité de l’une ou l’autre de ces fonctions, ce qui est fastidieux à la longue. Il n’y a pas non plus de comparaison A/B, fonction pourtant bien utile dans le monde du plug-in.

Au niveau du circuit Sidechain, une fonction de pré-écoute du signal filtré aurait sans doute facilité la vie de plus d’un utilisateur. De plus, ce compresseur n’offre pas directement une fonction de Sidechain externe et il vous faudra donc vous rabattre sur les possibilités de routing de votre STAN pour effectuer une telle manœuvre, si tant est que cette dernière le permette. Des fonctions de traitement M/S et double mono auraient également été un plus. Pour finir, la bête n’offre qu’un seul algorithme de saturation et n’intègre pas le fameux Brit Mod du Distressor… Enfin pour l’instant, car Monsieur Derr promet d’ores et déjà l’arrivée de nouvelles fonctions dans un futur proche à la faveur de mises à jour gratuites, sans pour autant en dévoiler plus. Bref, qui vivra verra !

Bien, il est maintenant grand temps d’enchaîner sur une séance d’écoute afin de voir ce que cet Arousor a réellement dans le ventre…

L’auberge espagnole

Pour commencer cette session, je vous propose d’écouter la bête sur une voix.

01 Vox dry
00:0000:28
  • 01 Vox dry 00:28
  • 02 Vox Soft 00:28
  • 03 Vox Rock 00:28
  • 04 Vox Dual 01 00:28
  • 05 Vox Dual 02 00:28
  • 06 Vox Trash 00:28
  • 07 Vox Trashier 00:28
  • 08 Vox DeEsser 00:28

Le premier extrait présente le signal source. Pour le deuxième, le compresseur est utilisé de façon modérée afin de contrôler les plus fortes crêtes tout en ajoutant une petite dose de saturation pour donner à ce chant un petit peu plus de caractère. Le troisième emploi des réglages plus "rentre dedans" avec une belle dose de Soft Clipping pour un rendu brut de décoffrage. Les deux exemples suivants illustrent l’utilisation de deux instances de l’Arousor en série : la première pour bien contrôler la dynamique et la seconde pour l’esprit "rock". Les extraits 6 et 7 explorent le côté obscur de la bête. Jolie couleur, n’est-ce pas ? Enfin, le dernier sample exploite le filtre en cloche du circuit Sidechain afin de diminuer les sifflantes. Ce n’est certes pas aussi efficace qu’un processeur dédié mais cela peut dépanner.

Passons maintenant à une ligne de basse.

09 Bass dry
00:0000:11
  • 09 Bass dry 00:11
  • 10 Bass Sat 00:11
  • 11 Bass Control 00:11
  • 12 Bass Back 00:11
  • 13 Bass Thick 00:11

Comme son nom le laisse supposer, "Bass_Sat" utilise une bonne dose de Soft Clipping sans que cela ne soit trop agressif à l’oreille pour autant. C’est vraiment intéressant, car la partie compression du plug-in ne travaille absolument pas, ratio 1:1 oblige, et la plus haute crête est pourtant passée de -1,9 à -6,6 dB ! Que demande le Peuple ? Pour "Bass_Control", l’Arousor tient gentiment la bride du signal tout en lui conservant toute sa vivacité. "Bass_Back", quant à lui, voit sa dynamique bien écrasée, ce qui permettra d’ancrer solidement cette basse en fond de mix. Pour finir, "Bass_Thick" expose un bas plus gras grâce à l’emploi du circuit Sidechain (passe-haut et filtre en cloche) pour limiter l’influence du registre grave sur l’action du compresseur.

Enchaînons avec une guitare électrique.

14 eGtr dry
00:0000:21
  • 14 eGtr dry 00:21
  • 15 eGtr wet 00:21

Ici pas d’ajout de saturation, juste un ratio de 8:1, une attaque ultra rapide de 0,90 milliseconde et un relâchement tout aussi véloce à 50 millisecondes afin de juguler les crêtes tout en préservant le sustain. Notez que le circuit de Sidechain a également été mis en œuvre afin de modifier sensiblement l’équilibre spectral de la prise. Simple, efficace, rien à redire.

Tentons à présent de caser l’Arousor sur un mix complet, un exercice dans lequel son aïeul n’est pas forcément à son aise…

16 Master Buss dry
00:0000:33
  • 16 Master Buss dry 00:33
  • 17 Master Buss wet 00:33

Avec un ratio rikiki de 1.5:1 pour une réduction de gain maximale de 2 dB et une petite dose de Soft Clipping, l’Arousor ne s’en tire vraiment pas si mal.

Pour clôturer cette séance d’écoute, voyons ce que donne le joujou virtuel d’Empirical Labs avec une batterie, en commençant par la caisse claire.

18 Snare dry
00:0000:13
  • 18 Snare dry 00:13
  • 19 Snare Punch 00:13

Le signal source semble un poil mollasson… Heureusement, l’Arousor permet de très facilement redonner un peu de mordant sans dénaturer la prise.

Que pouvons-nous tirer de la grosse caisse ?

20 Kick dry
00:0000:12
  • 20 Kick dry 00:12
  • 21 Kick Face 00:12
  • 22 Kick Weight 00:12

Une fois de plus, l’Arousor rend la pâte sonore malléable à souhait et permet de passer du kick "in your face" à la grosse caisse bien dodue, un régal !

Enfin, jouons avec la prise d’ambiance.

23 Ambiance dry
00:0000:23
  • 23 Ambiance dry 00:23
  • 24 Ambiance wet 00:23
  • 25 Ambiance All dry 00:23
  • 26 Ambiance All wet 00:23

Le compresseur fonctionne ici à plein régime avec le ratio "RIVET". On pourrait d’ailleurs croire qu’il travaille trop. Mais une fois cette piste d’ambiance sous-mixée avec le reste du kit, la prise de batterie gagne un supplément de vie jubilatoire, ne trouvez-vous pas ?

Après cette petite session, l’Arousor semble être un outil de manipulation de la dynamique particulièrement attrayant. Reste à répondre à la question que tout le monde se pose : que vaut cet engin face à un véritable Distressor hardware ? C’est ce que je vous propose de deviner…

Un air de famille

Sorti en 1996, le Distressor est l’un des plus "jeunes" classiques des studios. N’ayant pas la chance d’en posséder un moi-même, il m’a donc cependant été relativement facile de trouver une bonne âme dans mon entourage pour m’en prêter un exemplaire dans le but de réaliser les extraits sonores suivants. Un grand merci à Yann de NR Synth pour ce prêt, à charge de revanche !

Commençons d’ailleurs par voir ce que l’Arousor et le Distressor donnent sur une ligne issue d’un synthé signé NR Synth.

27 NR Synth dry
00:0000:15
  • 27 NR Synth dry 00:15
  • 28 NR Synth A 00:15
  • 29 NR Synth B 00:15

Pas de considération artistique ici, il s’agit juste d’obtenir des rendus similaires… Et comme vous l’avez sans doute maintenant deviné, il s’agit pour vous d’identifier qui est qui ! Alors ? Difficile, n’est-ce pas ?

Passons à la prise d’ambiance de batterie précédente. Notez que l’extrait utilisé est cette fois monophonique, car je ne disposais que d’un seul Distressor, ce qui n’est déjà pas si mal.

30 Amb Mono dry
00:0000:22
  • 30 Amb Mono dry 00:22
  • 31 Amb Mono A 00:22
  • 32 Amb Mono B 00:22

L’exercice vous paraît-il plus facile cette fois ? Non ? Eh bien cela risque d’être encore plus complexe une fois cette prise d’ambiance mixée avec le reste du kit !

33 Amb All A
00:0000:22
  • 33 Amb All A 00:22
  • 34 Amb All B 00:22

Pour la petite histoire, sachez qu’à chaque fois je suis parti d’un réglage sur le Distressor. C’est seulement par la suite que je me suis efforcé d’arriver à un résultat analogue au travers du plug-in et les réglages nécessaires à la manœuvre ont systématiquement été différents des réglages de l’unité hardware. Quant au rendu… Eh bien j’attends vos commentaires ainsi que vos réponses à ce petit quizz avec impatience !

Chacun cherche son chat

Avant de passer à la conclusion de ce banc d’essai, prenons un instant pour discuter du tarif de cet Arousor. 349 $, soit près de 310 € au taux de change actuel. Sacré somme pour un seul plug-in… Et même avec une étiquette à 299 $ pour le lancement, nous ne sommes pas dans la fourchette "bon marché". D’autant que ces dernières années, certains "petits éditeurs" ont sorti des produits du genre pour moins d’un dixième de ce prix et ces derniers sont loin d’être ridicules. Le jeu en vaut-il la chandelle ?

Malgré ce que vous pourriez croire, la réponse à cette question n’est pas aussi évidente que cela à mon sens. Certes, un tel tarif réserve la bête aux professionnels ou aux amateurs fortunés. Évidemment, utiliser ce produit plutôt qu’un compresseur lambda à moins de 30 € n’entraînera pas un gain d’un facteur 10 au niveau qualité sonore. Toutefois, cet outil est indéniablement puissant, sa pâte sonore est remarquable et sa mise en œuvre réellement simplissime - pour peu que l’on sache ce que l’on cherche à obtenir. Toutes ces qualités se monnaient.

D’autre part, il est toujours extrêmement difficile d’évaluer à sa juste valeur un produit virtuel de par sa nature même. Le coût de fabrication nul a vite fait de biaiser le jugement. En effet, il ne faut pas oublier les coûts de distribution - même si cela se limite au web, le budget communication/promotion, le support utilisateur, les éventuelles taxes, le développement qui peut prendre plusieurs années - comme c’est ici le cas, sans oublier les frais de structure - une entreprise comme ELI n’étant pas franchement comparable à une boîte monosalariée. Bref, l’équation est plus compliquée qu’elle n’en a l’air de prime abord.

En définitive, je résumerais mon avis sur la situation ainsi :

  • Si le produit avait été catastrophique, j’aurais rouspété, quel que soit le tarif demandé ;
  • À moins de 50 $, le joujou aurait eu droit à un Award rapport Qualité/Prix ;
  • Entre 50 et 200 $, je n’aurais certainement même pas discuté de la chose ;
  • Au-delà de 200 $, vous avez droit à un paragraphe sur la question !

Ni pour, ni contre (bien au contraire)

Avec cet Arousor, Empirical Labs fait une entrée fracassante dans le monde du plug-in. Le son est à la hauteur de la réputation du matériel hardware de la marque sans pour autant gréver les ressources CPU. Cerise sur le gâteau, la prise en main de la bête est un véritable jeu d’enfant. Ainsi, malgré un tarif peu démocratique et quelques fonctions manquantes, l’Arousor mérite sans nul doute un Award Valeur Sûre. Comme d’habitude, je vous invite bien entendu à juger ce joujou par vous-mêmes en téléchargeant la version d’évaluation sur le site de l’éditeur.

(*) : La version virtuelle du Fatso pour la plateforme UAD est bien approuvée par ELI mais n’a pas été développée pas la firme elle-même. L’Arousor est donc bel et bien le premier plug-in de la marque.

Téléchargez les extraits sonores (format FLAC)

  • Empirical Labs Arousor : Arousor
  • Empirical Labs Arousor : Distressor
  • Empirical Labs Arousor : Syno

 

Award Valeur sûre 2016

Notre avis :

Points forts

  • Le son !
  • Facilité de prise en main
  • Efficacité
  • Large palette d’utilisations
  • Fonction AtMod
  • Section Soft Clipping
  • Filtre en cloche paramétrique du circuit Sidechain
  • Fonctions à venir
  • Faible consommation CPU
  • Zéro latence

Points faibles

  • Dongle iLok 2 obligatoire
  • Tarif élevé
  • Potard Mix inhabituel
  • Pas de pré-écoute du circuit Sidechain
  • Pas de Sidechain externe
  • Absence de bypass par section
  • Pas de comparateur A/B
  • Pas de mode M/S, ni de double mono