close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Delays / échos pour guitare
Matériel Delays / échos pour guitare {{currentManName}}swap_horiz Strymonswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Précis et ultra complet - Avis Strymon TimeLine

Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
Utilisé conjointement avec les Strymon Mobius et Bigsky sur un PB assez fourni, piloté par un footswich qui fait également contrôleur midi (Boss ES800).


Je joue sur un Mesa Boogie Recto-verb 25, avec un panel de guitare assez varié, pour principalement un répertoire rock.


J'ai utilisé pendant 2 ans le merveilleux delay Black Fountain de Old Blood Noise Endeavors, que j'adore encore aujourd'hui. Il s'avère que j’utilise le delay sous forme différente dans la grande majorité de mes patterns, ce qui demande de faire des changements fréquents des réglages de la pédale, en live ça devenait totalement ingérable. Je cherchais donc un delay complet, pilotable en midi, et dont les paramètres sont très précis, ayant déjà les deux grosses Strymon j'ai craqué pour la Timeline.


Il s'agit donc de la dernière des trois Strymon dont j'ai fait l'acquisition. Complète dans ses connectiques : entrée midi et sortie thru midi, entrées/sorties mono/stéréo, possibilité de brancher une pédale d'expression.


Boitier magnifique en aluminium, la qualité de construction est clairement au RDV des potards à l'écran LCD, simple mais efficace, Strymon pur jus.


Il faut rentrer dans l'univers Strymon pour bien utiliser leur matériel. C'est à la fois accessible via les presets, et exigeants pour bien maitriser et comprendre ce que l'on fait. Les possibilités sont énormes une fois la navigation dans les menus et l’utilité de chaque paramètre bien intégrée. Ce travail est à faire une fois, si vous rachetez Strymon par la suite ça paraitra beaucoup plus simple et intuitif.


Maintenant le plus important, le son : ce qui ressort selon moi sur la Timeline cela va être la précision du son obtenu. Les répétitions sont fines, limites sèches mais peuvent être paramétrées pour plus de chaleur avec une dégradation de l'effet dans le temps. L'effet digital est très efficace, présent sur tous mes solos. Le bucket qui reprend le son des anciennes puces marche aussi très bien pour un slap back, le tap delay est superbe et très bien reproduit ; encore une fois très précis. Des effets plus créatifs donnent envie de créer des sons, ce qui fait absolument parti de ma palette sonore aujourd'hui avec le ice ou le duck, qui nous emmènent très loin dans le délire et les possibilités.

Elle est branchée en permanence d'une manière ou d'une autre. Avec les autres effets ça reste superbe et très clair.

En live avec un contrôleur midi, c'est juste jouissif.


La concurrence se fera avec Eventide ou la Boss DD500, le choix se fera plutôt en fonction des gouts de chacun. Je trouve que Strymon se trouve entre le côté très geek de Eventide et plus commercial de Boss.


En conclusion :
Un excellent delay, très complet, d'une précision chirurgicale. On est pas dans la chaleur que pourrait proposer d'autres marques, mais vraiment dans l'efficacité et dans une certaine perfection froide. Il y a donc comme toujours un côté subjectif à évaluer, mais quand on laisse un effet branché en permanence c'est que ça marche plutôt bien. De même la Timeline ouvre tout un champ créatif qui fonctionne. 5/5.

PS : pour simplifier l'utilisation voilà comment j'ai procédé, ce qui m'a permis d'apprivoiser les effets en quelques semaines, méthode répétée sur les trois Strymon :

- pas le choix, lecture du manuel. Indispensable à la bonne compréhension. Heureusement, pas trop long et didactique.

- j'ai regardé les vidéos sur leur chaine Youtube qui servent de présentation des possibilités pour chaque effet (3 à 5 minutes pour chaque vidéo, 12 effets). Elle sont plutôt de qualité, et présentent les réglages de manière détaillé de chaque son. Je notais les paramètres de chaque exemple qui me plaisait, et en faisais un preset sur la Strymon. Comme ça se créait une 20aine de preset, un peu plus orienté vers ce qui m’intéressait que les 50 de base que je trouve assez décousu.

- par la suite, en jouant et en essayant je pouvais être encore plus sélectif, affiner les réglages de chaque preset et finir par être complètement autonome dans la création de mes sonorités.