close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Distorsions/Overdrives/Fuzz Basse
Matériel Distorsions/Overdrives/Fuzz Basse {{currentManName}}swap_horiz Zvexswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Une machine de guerre, mais qui doit être apprivoisée - Avis Zvex Woolly Mammoth

Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
Je possède la version de 2005, sans alimentation externe (pile uniquement donc) et sans loupiote pour indiquer si l'effet est activé ou pas.

Je l'utilise pour deux applications différentes : d'abord avec une Jazz Bass, qui passe dans la Zvex, puis dans un Bass DI+ de MXR et finit dans une tête Bass Terror de chez Orange ; ensuite avec une SG qui sort sur un preamp Engl et un Mesa 50/50.

Elle ne consomme pratiquement rien. Elle date de 2005, le vendeur m'assure n'avoir jamais changé la pile. Le boîtier est solide comme un char d'assaut. J'éviterais néanmoins de la malmener, c'est un modèle peint à la main, ce serait dommage d'abimer sa robe...

Pour faire bref : cette pédale présente un potentiel démentiel, tant les sons qu'elle sort sont selon moi sans commune mesure avec ce que l'on trouve sur le marché. Les réglages sont ultra précis et affectent directement le résultat final, ce qui décuple le nombre de variantes de fuzz qui émanent de l'engin. Mais elle a forcément les défauts de ses qualités : pour garder un son cohérent, je conseille vivement de faire usage du smartphone et de prendre une photo de la position des potards, au risque de devoir passer des heures à retrouver les bons réglages.

Cette pédale sort des sons qui ne font pas vraiment dans la dentelle. C'est de la grosse fuzz, brute de décoffrage. Le réglage EQ est d'une précision diabolique et permet rapidement de trouver la plage de fréquences qui permettra de percer au mix par rapport aux autres musiciens. L'output règle le niveau de sortie et le potard "Wool" agit sur la quantité de fuzz qu'on injecte sur le signal : de beaucoup à vraiment très très beaucoup.

Enfin, le réglage Pinch est assez surprenant: il agit à la fois comme une sorte de compression extrême et, poussé à fond, peut creuser jusqu'à l'absurde l'onde de fuzz. Pour ma part, je ne le pousse jamais au-delà de 9h.

Pour trouver le son, je conseille de tout mettre à zéro, puis jouer avec les potards. L'EQ me semble primordial, ensuite trouver le bon niveau d'output, la bonne dose de fuzz. Et enfin, se risquer avec le potard Pinch. Ce dernier peut avoir des applications intéressantes sur une basse. Sur une guitare, il me semble moins pertinent, mais ça reste une question de goût.

Sur une basse, cette pédale peut générer des sons très variés. Pour ma part, ça va de la sur-saturation qui fait dégueuler l'ampli jusqu'à des sons très synthétiques en jouant avec le Pinch.
Sur une gratte, on va d'un registre psychédélique pour des solos hendrixiens, mais aussi (et c'est là aussi tout son intérêt) à des gros riffs pachydermiques façon sludge et doom. La Woolly Mammoth va sublimer les accordages d'outre-tombe et possède assez de réponse dans les graves et les bas médiums pour plaire à tous les adeptes du riff qui fissure les murs. Les puristes te balanceront des tomates, mais une petite Tube Screamer placée en amont la rend aussi plus précise... au risque de dénaturer le côté baveux propre à ce type de fuzz. Faut savoir ce qu'on veut...

Ce que j'apprécie le plus sur cette pédale, c'est son réglage des EQ, qui permet de balayer aisément tout le spectre et trouver rapidement la position qui tranche au mix. J'apprécie aussi le traitement sonore, qui n'écrase pas les basses fréquences (contrairement à la plupart des fuzz "grand public") et son silence de fonctionnement. Puis il faut avouer qu'elle a un look complètement dingue et un côté "exclusif" vraiment réussi. Elle se débrouille aussi bien avec une basse qu'avec une gratte. C'est merveilleux. Dans la catégorie des fuzz, elle trône sur mon top 3, aux côtés de la MXR El Grande Bass Fuzz et de la Mojo Hand FX Colossus.

A l'inverse, je trouve le tarif vraiment limite. J'ai eu l'immense honneur d'en dégoter une pour 150 euros. Mais à 400 balles en magasin, c'est vraiment un joujou de riche. Je précise aussi qu'elle demande un peu de temps et de patience pour être apprivoisée et qu'elle s'adresse plutôt à un public qui a l'habitude du fonctionnement des fuzz. Mais à 400 euros le ticket d'entrée, j'imagine qu'elle ne vise pas le musicien débutant qui se dit qu'il essaierait bien une fuzz juste pour voir... Certains pourraient se plaindre de l'absence de led pour indiquer si l'effet est activé ou pas. Franchement, il faut être sourd comme un pot pour ne pas remarquer qu'elle est enclenchée.

Mise à jour un mois plus tard:
Alerte rouge: en variant les configurations pour une utilisation en fuzz guitare, voilà une trouvaille qui semble intéressante. Pour une raison qui m'échappe, cette Wooly Mammoth donne son meilleur rendement... en court-circuitant le preamp. Autrement dit, on la met dans un looper ou un Line Selector qui va désactiver le preampli quand on passe en mode fuzz. Du coup, la Mammoth rentre directement dans l'ampli de puissance sans passer par le préampli. Et là, c'est du pur bonheur. Essayé et approuvé.
photo