close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Egaliseurs paramétriques
Matériel Egaliseurs paramétriques {{currentManName}}swap_horiz Behringerswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

à recommander - Avis Behringer Tube Ultra-Q T1951

Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
Utilisé en mixage essentiellement, pistes séparées ou bus, et testé en mastering amateur
Je l'utilise depuis un petit peu plus de 3 ans

Le T1951 appartient à la série Vintager de chez Behringer produite à la fin des années 90. Cette série comporte un enhanceur 8 canaux, un compresseur, un exciter et un preampli, respectivement T1950, T1952, T1954 et T1953
Les possèdant tous, à part le préampli, je vais commencer par reprendre les points qu'ont ces différentes machines en commun. A noter qu'à part le T1950, toutes ces machines ont deux canaux, utilisables en stéréo ou double mono.

Les racks de la série Vintager ont tous le même package: format 2u en aluminium brossé du plus bel effet, des boutons en plastique typés vintage, des switch en fer argenté, des vu mètres typés rétro super classes, une jolie sérigraphie, des ampoules qui éclairent les tubes ainsi mis en valeurs, que l'on contemplera derrière un petit carré de PVC transparent…. en bref, de TRES jolies machines, qui malgré le logo en triangle :), font super classe dans votre pièce.

Ces machines ont la même topologie: à l'arrière, une carte d'entrées / sorties bien complète, puisque pour les deux canaux, on entre et on sort soit en XLR soit en jack TRS, on sélectionne aussi 4dBu / -10dBV. Cette carte désymétrise et symétrise le signal par le biais d'opamp intégrés: des JRC4580. En sortie, il y a une option transfo. Cet emplacement est destiné à accueillir les transfos de sortie OT1 de la même marque, que l'on retrouve dans les boites de direct DI1000 et DI4000. Notons qu'il s'agit juste de transfo 1:1 très transparents, qui sont placés en sortie, après symétrisation, juste avant les fiches jack et XLR. Au vu d'une telle configuration, on peut très bien insérer le transfo de notre choix, tant qu'il est 1:1. Le transfo ne se substitue pas aux opamp pour la symétrisation et l'adaptation en tension et en impédance. Donc outre l'isolation galvanique, le transfo n'est là que pour ajouter de la distorsion (ce que d'autres appelleront du caractère, de la couleur, de la chaleur etc...)

La carte principale se trouve à l'avant, encastrée entre le panneau frontal et un socle en fer, permettant un très bon confinement du circuit, mais entravant totalement l'accès. Un bon point malgré tout car le signal est desymétrisé et le transfo torique d'alim n'est absolument pas isolé. L'alimentation au centre, linéaire symétrique et régulée; assez classique. Le circuit à lampe, l'UTC "ultra tube circuit" se trouve entre la carte principale et la carte d'entrée sortie. Une lampe 12AX7 chinoise par canal,alimentée à 48v soit deux étages de triode par canal. Comment ce circuit fonctionne-t-il? Mystère. J'ai eu beau lire et relire le schéma, c'est tellement peu conventionnel! En gros, et d'après Behringer, le signal est divisé en deux. La première partie traverse la première triode de façon plutôt transparente. La seconde section, elle, est nettement plus chargée d'harmoniques après son passage dans la deuxième triode. Ces deux signaux sont en suite comparés (par un quad-opamp TL074 monté en différentiel) pour n'extraire que les harmos, qui sont enfin ajoutés au signal.

Alors verdict… A l'écoute, les 4580 soufflent très peu, mais ont tendance à sonner médiums. Ils sonnent un peu confus et nuisent à la transparence. On s'en rend compte facilement. Tous les modèles sont équipés d'un bypass par relai (très pratique). Tous paramètres à plat, on entend immédiatement la coloration et la perte de détails dès que les machines sont activées. Les transitoires sont plutôt préservées et les basses sont profondes. On a malgré tout, une sensation de détail et de relief. Enormément de fonctions, de paramètres, d'efficacités relatives notamment à cause de la perte de définition. Une fois TOUS les opamp changés (LME49860), c'est nettement mieux.
Quant à l'option transfo, j'ai mis un commutateur permettant de choisir entre rien, transfo de qualité (relativement transparent) et transfo pourri à 8 euros (qui distord clairement en dessous de 300hz). C'est assez sympa à l'usage. A noter que vous n'êtes pas du tout obligés de prendre l'OT1. Tout transfo de type 1:1 fera l'affaire

La sortie lampe… c'est pour moi le vrai point faible de ces machines. Cette section anecdotique, sur tous les modèles, va augmenter les sibliances (comme un phénomène de phaseshift se produisant au delà de 3Khz), creuser les médiums (ce qui peut contrebalancer l'effet JRC4580) et brouiller les basses. Un gros potar d'ajustement, finalement peu utile car entre 0 et 100%, il ne se passe pas grand chose. Il faut tendre l'oreille pour entendre le circuit, un traitement assez radical, masqué par le signal non traité, un peu comme un dry/wet à 20%. On se rend alors compte que ça sonne brouillon en bas, creusé au centre et sifflant en haut. Alors on fait marche arrière. Curieux comme je suis, je tourne toujours le bouton, mais il est très rare que je m'en serve. Remplacer la lampe n'a pas changé grand chose. Il faudrait à mon sens, soit enlever cette section, soit complètement la revoir pour quelque chose de beaucoup plus conventionnel (ce que je ferai peut-être par la suite)

Pour finir, je dirais malgré tout que se servir des lampes conjointement avec les 4580 marche plutôt bien. Ainsi, je me suis amusé à masteriser avec les machines d'origines pour le fun. Le son obtenu est "analo à mort". Un peu trop d'ailleurs. Avec l'exciter et l'equalizer en chaine, cela a accumulé la distorsion et cela a abouti à quelque chose d'assez vintage. Très réussi sur un morceau de RAP typé "à l'ancienne". Mais à part cet effet old school, ne comptez pas l'utiliser dans le cadre d'un vrai mastering.


Pour en revenir à l'equalizer T1951
Il est intéressant de noter que les filtres sont montés en parallèle. Par rapport à des filtres en série, cela va permettre de minimiser les problèmes de phase et également d'obtenir des courbes intéressantes (overlapping frequencies). En revanche l'efficacité des filtres est moindre dans cette configuration. Intéressez-vous au GML 8200, la topologie est la même. Carte d'e/s sur opamp discrets, filtrage en parallèles sur opamp discrets biasés (pas de condensateurs de couplage) et sortie. Alors bien sur, loin de moi l'idée de comparer notre T1951 au GML, mais notons que le design est ressemblant.

On a quatre banques full paramétriques (fréquence, largeur de bande et volume), filtrage par condensateurs plastiques et amplification par opamp 4580, condensateur de couplage chimique. Chaque filtre est désactivable, plateau ou cloche au choix dans les deux extrêmes. Ces filtres, d'origine, sont plutôt neutres. Le "Q" (= quality = largeur de bande) est peu précis. A l'usage, ça se résume à choisir entre très large, moyen, ou étroi. Comparativement à un filtre digital, ça n'a rien à voir. C'est malgré tout parfaitement utilisable en mix. Pour preuve, j'ai mixé plusieurs titres avec les machines d'origines (non modifiées), et j'ai obtenu d'excellents résultats. Modifier les opamp, les condensateurs de filtrage et de couplage s'est avéré très efficace. Les filtres sonnent mieux et la machine est totalement transparente.

Chose bête mais ô combien importante: d'une tous les boutons sont petits et de même couleur. D'autre part; la sérigraphie est petite. A l'usage, mixer la nuit s'avère une vraie galère. J'ai par la suite repeint les boutons, ce qui a nettement amélioré l'ergonomie.
Autre chose bête: remplacer les ampoules à incandescence par des led permettra de varier les couleurs, mais aussi de réduire la consommation et la chaleur
Dernier petit truc: pensez à ajuster les "trims pots" de niveau de sortie pour chaque canal. Il s'agit de résistances ajustables à l'aide d'un petit cruciforme. Elles se trouvent sur la carte principale pour les T1951 et 54, et sur la carte d'E/S pour le T1952. Faire passer un signal similaire sur les deux canaux tous paramètres à plat et ajuster
Trois modifications ultra simples mais très efficaces

Conclusion: ce T1951 se trouve d'occasion aux alentours de 100 euros. Outre son aspect très séduisant, il regorge de fonctions activables ou non, qui sculpteront votre source à souhait, sans trop vous en éloigner. Une machine robuste, belle, bien conçue, agrémentée d'une section lampe très moyenne, qui pourra tout de même s'avérer utile dans de rares cas.