close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Guitares de forme LP
Matériel Guitares de forme LP {{currentManName}}swap_horiz Epiphoneswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down

Test de l’Epiphone Inspired by Gibson Les Paul Standard 60’s

Originale, la Les Paul
Dévoilée au NAMM en janvier dernier, la collection 2020 d’Epiphone se sera fait attendre. C’est donc avec un certain plaisir et une bonne dose d’excitation que nous ouvrons le carton arborant le logo de la marque pour en découvrir le contenu. C’est un modèle Inspired by Gibson Original Les Paul Standard 60’s Ebony que nous découvrons après quelques longs mois de patience.

Soixante ans et toutes ses dents

Les nouvelles Gibson Les Paul Original, déjà testées dans nos colonnes, avaient défini un nouveau standard pour la marque de Nashville. Epiphone a également rationalisé une bonne partie de son catalogue en le divisant en deux séries : Inspired by Gibson et Original. La première regroupe les instruments qui sont basés sur des modèles Gibson et la seconde rassemble les guitares qui ont fait le succès d’Epiphone comme la Casino ou la Riviera. Notre Les Paul 60’s appartient donc à la série Inspired by Gibson et reprend les caractéristiques principales de sa grande soeur américaine. 

Guitare et LSD

LPstandard60s-8Ayant récemment accueilli une Epiphone Les Paul ’56 Reissue au sein de ma collection, j’attendais cette nouvelle mouture avec impatience. Dès la première prise en main, on constate un net progrès en termes de finitions et de soin apportés aux détails par rapport aux précédentes versions. La nouvelle tête de manche dont nous avons beaucoup parlé pendant le NAMM, re-créée par Cesar Gueikian (interviewé pour Audiofanzine il y a quelque temps) est très élégante et apporte une touche de nouveauté à la guitare tout en la rapprochant de son homologue américaine. En effet, cette tête de manche se rapproche davantage d’une tête « open book » Gibson. De plus, le logo Epiphone a été re-dessiné pour utiliser dorénavant la même police d’écriture que celle créée par Gibson. Le poids de la guitare est celui d’une Les Paul, plutôt dans la moyenne haute. En prenant rapidement le manche en main, on reconnaît immédiatement le profil typique Slim Taper présent sur la Gibson. Ce profil de manche assez confortable est apparu sur les Les Paul produites à la fin des années 60.

En termes de construction, on retrouve un corps en acajou de cinq centimètres d’épaisseur et un manche en acajou. Ce dernier est collé au corps. Le corps de la guitare est surmonté d’une table bombée en érable flammée de grade AA. Dommage que notre version Ebony ne laisse pas transparaître les motifs de l’érable. Le noir va cependant très bien à la Les Paul, c’est donc un mal pour un bien.

LPstandard60s-18Un filet de couleur crème fait le tour du corps et de la touche en laurier indien. De teinte légèrement brune, cette essence pourra être foncée en y appliquant un peu d’huile de citron. Elle est sertie de 22 frettes Medium Jumbo et de repères en trapèzes réalisés en perloïde. Le diapason est bien sûr de 24,75 pouces et la touche offre un rayon de 12 pouces. Le sillet est signé Graph Tech et il est en NuBone. Selon la marque, ce matériau assure un meilleur transfert des vibrations et offre l’avantage d’être auto-lubrifié. L’accastillage nickelé comprend des mécaniques Grover RotoMatic au ratio de 18:1, un chevalet LockTone ABR, reproduction du célèbre chevalet ABR-1 et un cordier Stopbar. Un pickguard couleur crème équipe la guitare et la tête dispose du cache truss-rod typé années 60. Il arbore le logo « Standard » qu’on retrouve sur les modèles Gibson. Enfin, les boutons de potentiomètres sont des Top Hats munis de petits pointeurs métalliques. 

L’électronique n’est pas en reste avec une paire de micros ProBuckers 2 et 3 qui reprennent le design et la conception des micros PAF originaux. Ils sont câblés de manière traditionnelle avec un potard de volume et un potard de tonalité chacun. Ces potards sont signés CTS, comme le reste de l’électronique. Un sélecteur à trois positions entouré d’un cercle en plastique crème permet de basculer entre les trois positions de micros. La sortie jack est montée sur une plaque en plastique, crème également.

Inspired by Gibson

LPstandard60s-13En jouant la guitare à vide, on remarque tout de suite qu’elle possède un coffre assez impressionnant. La lutherie est très saine et les éléments semblent être de qualité dans la mesure où ils résonnent très bien et transmettent bien les vibrations. Bien qu’un épais vernis polyuréthane recouvre toute la guitare, le bois ne semble pas avoir trop de mal à vibrer, c’est une bonne chose. La guitare inspire fiabilité et solidité, et le ressenti qu’elle prodigue est celui d’une Les Paul. Entre le poids et le son à vide, on ne s’y trompe pas. Qu’on soit debout ou assis, la guitare trouve naturellement sa place.

En branchant cette belle Les Paul 60’s dans un ampli très clair, la personnalité de la guitare s’affirme. Les micros sont très sympa et sonnent de manière assez authentique. Nous n’irons pas jusqu’à affirmer qu’on reconnaît le grain PAF, mais leur comportement et la sonorité qu’ils génèrent sont très satisfaisants. L’identité de la Les Paul se fait bien entendre en son clair avec cette légère bosse du côté des hauts-médiums qui dégage un son très ouvert. Les potards sont de bonne qualité et on peut jouer avec la tonalité pour entrer sans problème dans des territoires jazzy. Toutes les positions de micros sont exploitables et offrent un rendu plutôt agréable. 

En attaquant les sons crunch, la Les Paul est toujours très à l’aise. Avec un peu de saturation, le son s’épaissit et chaque accord sonne vraiment « gros » et très ample. Chaque note se fait entendre et la guitare dispose d’un très bel équilibre en fréquences. On se prend à jouer des riffs blues/rock de l’époque de la British Invasion avec plaisir. On ajoute un peu de saturation pour entrer dans le royaume du heavy-rock et la guitare ne bronche toujours pas. Les micros encaissent très bien le gros son et l’identité sonore de la guitare est toujours reconnaissable. Il faut cependant lui rentrer dedans pour la faire grogner, bien attaquer les cordes et mettre beaucoup d’intention dans chaque note jouée. Les micros ProBucker sont équipés d’aimants AlNiCo II et offrent donc une résistance de sortie modérée ce qui n’est pas vraiment un inconvénient face à la grosse saturation. Le son reste clair, défini et très droit. Le micro chevalet a ce côté tranchant et bien aigu alors que le micro manche conserve son caractère très crémeux et doux.

Epiphone LP 60's - Clean All PU's
00:0001:33
  • Epiphone LP 60's - Clean All PU's01:33
  • Epiphone LP 60's - Clean Flat Picking00:39
  • Epiphone LP 60's - Clean Jazzy Neck00:53
  • Epiphone LP 60's - Light crunch all PU's02:10
  • Epiphone LP 60's - Vintage heavy crunch01:19
  • Epiphone LP 60's - heavy Chug all PU's02:59

Sunshine of your Les Paul

La nouvelle Epiphone Les Paul Original 60’s propose une recréation de la Les Paul version « sixties ». Lutherie soignée et électronique de qualité, on sent que la marque a actualisé son offre en tirant la qualité générale vers le haut tout en rendant hommage à cet instrument mythique qu’est la Les Paul. Les détails esthétiques et de lutherie qui la différencient du modèle 50’s sont bien présents : boutons de potentiomètres et profil du manche spécifiques. La guitare possède une personnalité bien à elle tout en conservant les attributs en faisant une bonne Les Paul, à moins de 600 €. 

  • LPstandard60s
  • LPstandard60s-2
  • LPstandard60s-3
  • LPstandard60s-4
  • LPstandard60s-5
  • LPstandard60s-6
  • LPstandard60s-7
  • LPstandard60s-8
  • LPstandard60s-9
  • LPstandard60s-10
  • LPstandard60s-11
  • LPstandard60s-12
  • LPstandard60s-13
  • LPstandard60s-14
  • LPstandard60s-15
  • LPstandard60s-16
  • LPstandard60s-17
  • LPstandard60s-18
  • LPstandard60s-19
  • LPstandard60s-20
  • LPstandard60s-21

 

Notre avis :

Points forts

  • Lutherie soignée
  • Électronique CTS
  • Mécaniques Grover Rotomatic
  • Nouvelle tête de manche « Kalamazoo » très réussie
  • Mojo

Points faibles

  • On aurait aimé des micros spécifiques 60’s comme sur la Gibson
  • Touche en laurier indien un peu claire, on aurait préféré un joli Pau ferro