close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Guitares de forme SC
Matériel Guitares de forme SC {{currentManName}}swap_horiz Ibanezswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

L’Ibanez RG521 JB Genesis, la Prestige du pauvre !? - Avis Ibanez RG521

Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
Intro

Des plombes que je cherche une gratte à chevalet fixe pour de la rythmique métal. J’étais d’abord parti sur une 7 cordes, mais finalement je n’ai pas grand-chose à jouer en La et déjà que c’est pas facile d’avoir un jeu propre avec 6 cordes je craignais une difficulté supplémentaire avec une corde de plus à gérer en disto. Un Ré standart fera l’affaire en 6 cordes c’est très répandu.
J’ai passé des mois et des mois à regarder des vidéos, voir les nouveautés Namm et tout le bataclan. J’ai écumé tout l’internet, flashé sur d’innombrables grattes, je suis passé par toutes les marques, un coup Solar, un coup Esp Ltd, puis Vola, ou non tient plutôt Jackson. Bref j’ai pas arrêté de changer d’avis.
Je me suis heurté au fil de mes recherches à deux problèmes majeurs : l’impossibilité de tester en réel de nombreux modèles n’habitant pas dans une grande agglomération ; la fabrication asiatique irrégulière en terme de qualité en particulier sur de l’Indonésien qui représente un volume important des guitares moyennes gamme proposées, avec des défauts de finition même sur des guitares à plus de 1000€ ! Et même sur des grandes marques il y a parfois de mauvais retour sur ce point, vu sur Kiesel, Strandberg !
Et puis par pur hasard j’ai jeté un œil sur la Genesis collection chez Ibanez car je possède la RG550Ltd de 1999 achetée neuve en 2001 sur Paris et ça m’amusait qu’ils aient ressorti son aîné. Voilà que je m’aperçois qu’il y a dans le tas une version chevalet fixe ! Je fais un gros tour du net, 600 livres chez GAK en Angleterre, fabriqué dans les ateliers prestige d’Ibanez Japon ! Alors je me dis banco mec. Manche Super Wizard que je sais être une tuerie, dos satiné et pas vernis comme sur ma RG550Ltd, Gotoh locking tuner, sillet Tusq, corps verni bleu marine unicolore, pas de liseré ni sur le manche ni sur le corps je minimise au maximum les risques de défauts de finition. Quand je vois l’excellent vieillissement de ma Japonaise de 1999 je n’ai aucun doute, je sais que les bois sont sélectionnés et que dans 20 ans je l’aurais toujours. Apparence sobre en tout point, une guitare mille fois fabriquée dans leurs ateliers, vraiment peu de chance de tomber sur une bouse. En plus vu qu’elle est sobre je n’aurais pas de scrupule à l’utiliser, l’user, l’abîmer plus que de raison, contrairement à une prestige dernier cru à 2000 balles...
Ni une ni deux je me lance, frais de port et de change inclus je m’en tire pour 705€ neuve, livrée chez moi, wow, une prestige Japon pour le prix d’une moyenne gamme Indonésienne, voir moins ! Quand je vois la loterie en finition dans cette gamme de prix je suis plus que content.

Je vous fais un petit tour de la belle point par point, qualités, défauts.

Qualité globale, finitions.


Je déballe la belle en mode parano, touche de la première case je vois un défaut! Vraiment très léger, un petit enfoncement sur le bas de la touche qui ressemble à un petit coup d’outil donné lors du ponçage des frettes. C’est vraiment très minime mais je le vois. Ça démarre mal j’espère que c’est pas toute la gratte comme ça ! Heureusement non, et j’ai même envie de dire on a effleuré le sans fautes. Tout le reste est irréprochable. Je joint une photo de ce bas de touche ou on voit que c’est légèrement abîmé.
La touche est impeccable, pas de défauts excepté celui cité précédemment. La couleur de la touche n’est pas parfaitement uniforme, c’est un peu plus clair près du corps en bas de manche mais ce n’est pas moche. Le grain du bois est propre, pas de coups, de fentes ou je ne sais quel défaut.
Les frettes sont douces et travaillées dans les règles, pas de décollement, impossible de passer une feuille de papier dessous c’est impeccable. Au bout de 2 ans à attendre un propriétaire elles ont perdu de leur brillance, il faudra que je donne un léger coup de laine d’acier au prochain changement de cordes. La gratte sonne juste sur tout le manche, j’ai l’impression que les frettes ne sont pas parfaitement à zéro, très très très légèrement aplanies sur le dessus, signe très probable d’une petite planimétrie, la touche finale qui tue et qui enterre nombre de grattes d’entrée et moyenne gamme.
Le manche est parfaitement vissé et bien en place, pas de jeu ou problèmes d’alignement.
Le dos du manche en érable est parfait, visuellement beau, doux et glissant, 0 défauts. Présence d’une volute pour éviter la casse de la tête qu’il n’y a pas sur ma RG550Ltd, le bois est plus épais également en tête que sur cette dernière, ça fait moins fragile. Sans fautes ici mais je m’y attendais car je sais qu’Ibanez Japon sait faire son Super Wizard.
Idem pour la tête et le corps. Le vernis est un beau bleu marine brillant, bien plus beau que sur les affreuses photos en ligne, il est bien uniforme sans bavures ou défaut remarquable. Ce n’est pas un vernis opaque comme on pourrait le penser avec les photos en ligne mais un vernis brillant pailleté très fin qui est très beau au soleil, mais assez sombre dans la pénombre. J’ai réussi une seule photo avec la lampe du portable allumée ou on voit le grain du vernis sur l’album que je vous joins à cet avis, c’est sur la photo de la corne du corps. Gros avantage du mono couleur qui est une technique bien maîtrisée avec laquelle on a moins de chance d’avoir un rendu aléatoire comme on en trouve malheureusement très souvent sur les peintures et autre vernis certes super chiadés mais avec des surprises pas toujours agréables au déballage (faites des recherches sur Kiesel de clients mécontents, vu en photo également chez Schecter avec des dégradés plus que fades ou sur les Iron Label Ibanez). Alors pour pousser la parano un peu plus loin je remarque quelques différences de couleurs dans la teinte, le bleu est plus ou moins prononcé en regardant sous un certain angle avec certaines luminosités, c’est moucheté bleu marine foncé et un tout petit poil moins foncé, c’est peut être inhérent a la technique utilisée pour ce type de vernis brillant. Et si ça ne l’est pas j’imagine qu’il faut taper à minium 2000€ avec un luthier également spécialisé en carrosserie pour avoir mieux car c’est vraiment à la loupe en mode paranoïaque. En appréciation normale ce bleu est uniforme et impeccable.
Au niveau mécaniques, accastillage on est sur le standart de chez Ibanez que ce soit sur Iron Label ou Prestige. Le chevalet Gibraltar Standart II est bien fixé, propre et respire la solidité. La guitare était quasi accordée à réception et les intonations sont faites, c’est agréable.
Les mécaniques bloquantes Gotoh RAS, propre et solide, un classique maintenant.
Sillet de tête Graphtec, standart de nos jours qui fait le job, je n’accorde pas la gratte tout les jours signe d’une bonne tenue d’accord, je préfère les têtes classiques aux têtes inversées sur les grattes sans floyd car les cordes filées sont moins longues et j’ai le sentiment qu’elles tiennent mieux l’accord. Le sillet est parfaitement posé, pas de décalage, de jeu, de colle ou autre, point sensible ou ça pêche souvent dans les séries moyenne gamme Indonésiennes.
J’ai ouvert les plaques arrière pour que vous puissiez apprécier la propreté de l’électronique (les 3 plaques de la gratte sont en plastique). Impeccable ici aussi, c’est supérieur à ma RG550LtdLtd dont les soudures étaient moins bien faites, les câbles sont bien rangés et on a affaire à deux potards Alpha bien connus pour leur qualité et solidité ainsi qu’un switch 5 positions Ibanez plus qualitatif ici encore que sur ma RG550Ltd. Vous pouvez voir sur les photos jointes que tout l’intérieur est bien blindé à la bombe graphite. On est loin de l’entrée de gamme c’est clair.

Sonorités

Alors j’embraye sur les fameux micros V7 et V8. Il faut l’avouer visuellement ils ne sont pas très beaux. A part cela et comme je possède la RG550Ltd avec exactement les mêmes bois mais montés en Dimarzio PAF Joe et Tone Zone je me suis permis un petit comparatif. J’avais prévu de les changer d’office vu que je ne les avaient pas gardés sur la RG550Ltd pour un jeu Dimarzio Liquifire/Titan ou Seymour duncan Distortion SH6/TB6. Seulement voilà, bah franchement la différence avec les Dimarzio est pas flagrante. J’ai même envie de dire que balancer 200 boules pour avoir si peu de différences ça me fait un peu suer… et ça me conforte dans l’idée qu’il vaut mieux garder son fric pour changer les HP (cf. mon avis sur le Jensen Blackbird) si on souhaite influer de manière importante sur son son.
Le V8 est très bien, c’est bien articulé, de bonnes basses, un poil plus que sur ma RG550Ltd mais celle ci même à vide à moins de basses et un son plus sec que cette 521. Je pense que c’est dû au floyd rose avec plus de défonce dans la caisse et des basses moins bien transmises qu’avec le chevalet fixe. Il a un niveau de sortie important comparable au Tone Zone, je le trouve juste plus compressé que ce dernier qui est plus dynamique et envoie plus ou moins de disto en fonction de comment vous frapper les cordes. Le Tone Zone a peut être un petit gratouillou en plus, c’est subtil, un petit côté plus agressif mais c’est possible que cela vienne de la gratte en elle même. Quoi qu’il en soit le V8 est très bien pour le métal, j’ai du mal à comprendre la mauvaise presse qui lui est faite !
Le V7 est très bien aussi, chaleureux, bien articulé également, moins d’harmoniques et plus linéaire que le PAF Joe qui lui retranscrit mieux le touché avec plus d’harmoniques et qui est notablement supérieur splitté en son clair. Je pense que c’est simplement dû à l’aimant céramique du V7 et Alnico du PAF Joe. Le son clair splitté manche de ce V7 est moyen, il n’excelle pas, rond et quelconque et complètement étouffé si je baisse le tone alors que le PAF Joe est plus claquant avec un beau touché. Sur un solo nécessitant du touché je préfère le PAF Joe, sur de la distortion compacte le V7 reprend le dessus, un peu plus épais, moins piquant, plus rentre dedans. En fait le V7 me fait penser au Dimarzio Air Norton au niveau de l’EQ (B:6.5 M:7.0 T:5.0), à comparer au PAF Joe (B:4.5 M:5.0 T:6.5) qui est logiquement plus brillant.
Quand je vois la qualité de l’électronique, la propreté des soudures et le rendu des micros qui me satisfait j’ai complètement changé d’avis et ne vais pas changer ce duo V7/V8. Je crois que ce qui leur est reproché c’est surtout d’êtres estampillés Ibanez et pas Dimarzio, SD, Bare Knuckle ou autre. Et pour ce qui est du niveau de sortie soit disant faiblard, je vous dirais de jeter un œil au micro chevalet Dimarzio signature Joe Duplantier, le Fortitude, à niveau de sortie vintage type PAF. Est-ce qu’on peut vraiment dire que Gojira n’a pas un gros son ? Au contraire les mecs cherchent de la clarté car les amplis modernes et autres preamp numérique envoient tellement de gain qu’il faut des micros qui évitent la bouillie, la surenchère. Les nouveaux micros Dimarzio Petrucci Dreamcatcher et Rainmaker ont d’ailleurs baissé de niveau de sortie par rapport aux célèbres Crunch lab et Liquifire, c’est la fin de la course au plus haut niveau de sortie semble t’il et c’est peut être pas plus mal.
Au niveau caractère sonore comme je disais précédemment malgré un design et des bois quasi identiques à la RG550Ltd elle sonne plus chaud, un peu plus gros surtout naturelle sans brancher. C’est moins marqué une fois branché mais quand même un peu plus sombre, un peu plus basseux alors que la RG550Ltd tranche un peu plus avec un peu plus de brillance et moins de coffre. La RG521 date de 2018, si les cordes on déjà 2 ans même non jouées il est possible que le son ce soit un peu terni avec l’oxydation naturelle malgré qu’elles soient impeccables, je referai un bilan au changement de cordes. Difficile de vous en dire plus c’est tellement subjectif tout ça et j’ai pas 300 guitares sous le coude pour comparer.

Ergonomie

On va pas se mentir, je l’ai acheté en très grosse partie pour le manche Super Wizard car ne pouvant essayer dans un gros magasin je le savais être une valeur sûr pour moi. Et je ne suis pas déçu il est même mieux que celui de ma RG550Ltd car satiné sur le dos, plus épais en tête avec une volute, il fait plus qualitatif. Le frettage est impeccable et le dos est un sans fautes, beau grain et touché ultra confortable. J’ai pas pris de risques ici et je suis même plus satisfait que prévu.
Toujours le défaut de ce manche qui va bien : la corde Mi aigu trop près du bord du manche qui a tendance à sortir en solo si on manque de précision, si ça gêne il faut oublier ce type de manche.
Maintenant 2ème défaut d’ergonomie et celui-ci assez notable pour que je vous déconseille très fortement la gamme Genesis autre que les 2 modèles à chevalet fixe pour de la rythmique : le talon de jointure du manche au corps (tilt joint). Clairement ça gêne pour l’accès aux 2 dernières cases, visuellement c’est très beau avec la plaque en métal mais ergonomiquement Ibanez est passé depuis longtemps au joint All access et je suis bien content d’avoir ce dernier sur ma soliste RG550Ltd qui est d’un confort ultime dans les aigus. Comme j’ai pris la 521 pour la rythmique métal je m’en fous un peu d’autant que je peux quand même accéder mais ce n’est pratique du tout. Défaut à connaître, attention sur les versions solistes avec floyd rose, je déconseille !
Le chevalet fixe Gibraltar Standart II est une bonne surprise, bien fixé, super costaud, doux sous la main pour le palm muted il sait se faire oublier rien à dire. Pour le sustain je ne peux encore vous dire, le manche est trop à plat, j’attends de la passer en Ré standart pour bouger le truss road.
Pour le reste la guitare à un poids raisonnable, vernis donc plus lourde qu’une mat mais pas gênant, 3,6kg comme ma RG550Ltd et comme ma Strat Standart Mexicaine toutes les 3 vernis.
Pour l’équilibrage, comme la RG550Ltd, posée sur la jambe sans la toucher la tête penche naturellement vers le bas. Si je pose mon bras sur le corps elle ne bouge plus et tient naturellement à l’horizontale. Debout la sangle maintient correctement sans la toucher, elle reste dans la position ou vous la mettez sans bouger. Le style ST du corps à largement fait ses preuves, c’est une guitare confortable, on fatigue pas on peut bosser des heures ça le fait.

Bilan final


Le rapport qualité prix de cette gratte est ahurissant, on a bien une Prestige au prix d’une Iron Label. Vernis, bois, frettage, manche, électronique, accastillage, on est sur de la qualité c’est certain, s’il n’y avait pas eu ce défaut mineur en bas de la première frette je lui aurai décerné un sans faute absolu parce que taper cette qualité Japonaise à 700 balles c’est mission impossible. Coup de coeur sur le dos de manche érable absolument impeccable, doux, très confortable.
Les V7/V8 sont parfaitement utilisables et supérieurs à leur réputation, seul le son clair est en dessous, on peut éventuellement intervertir les aimants si on est bricoleur, l’ Alnico splitté en manche pourrait apporter un plus.
Alors à ce tarif il faut faire l’impasse sur certaines choses, le look est on ne peut plus classique, elle n'a pas le charme des nouvelles finitions modernes, pas de dégradé, de manche torréfié, les micros n’ont pas « la marque », la guitare est livré en carton et pas dans l’étui dur très qualitatif habituel de la série Prestige. Mais si comme moi vous n’aimez pas la loterie Indonésienne et que ce qui vous importe le plus c’est d’avoir une guitare confortable, bien construite, bien finie avec une bonne électronique, qui dure dans le temps, que vous n’avez pas peur d’abîmer parce que vous n’avez pas dû hypothéquer votre baraque pour l’acheter, pour bosser tout les jours bah moi je dis cette petite ça le fait grave ! Un guitariste rythmique métal en progression (j’ai bien dit rythmique et surtout pas soliste ou alors considérez les Genesis comme des 22 cases) devrait l’essayer car elle peut accompagner un joueur très longtemps dans son apprentissage. Comme je le précisais sur mon avis sur la RG550Ltd, on pourrait penser en regardant sur catalogue que cette RG521 n’apporte absolument rien par rapport à une Iron Label, mais le diable est dans les détails, je sais que sur cette 521 les bois sont sélectionnés, l’électronique est durable, le sillet de tête est parfaitement posé, les frettes sont au top, ça sonne juste, le vernis ne bave pas, autant de points ou les Iron Label sont souvent prises en défauts. Cette série Genesis ne semble pas avoir très bien marché, tant mieux pour moi, le prix est canon !
Désolé de m’être autant étendu, je l’ai fait pour qu’un guitariste en progression qui recherche une nouvelle guitare ait les outils en main pour s’aiguiller dans cette jungle. Le but du jeu, tomber sur les séries des marques qui affiche une qualité reconnue même à prix serré. On sait que Esp Japon, Ibanez Japon, Mayones Pologne, Jackson Usa etc. c’est du très bon matos, alors renseignez vous et attrapez les séries à prix sympa ! L’idéal restera encore et toujours si vous le pouvez de passer par un magasin guitare sérieux qui vérifie la qualité matos à réception et qui permet d’essayer (Metal Guitare à Paris par exemple), vous allez peut être payer 100 ou 200 balles de plus qu’en ligne mais cela vous évitera bien des déboires.
J’espère que mon avis vous aura été utile, en le relisant je me dis qu’Ibanez aurait pu me rémunérer pour ça, mais non.

Bonne gratte à tous.

;-)
photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo