close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Le Pub des Gentlemen
Matériel Le Pub des Gentlemen Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
  • settings_backup_restore

Le mindset, en musique ? - forum Le Pub des Gentlemen

Salut à tous !

J'ai passé pas mal de temps sur les forums il y a quelques années et je les ai ensuite désertés, la vie ne me laissant plus le temps pour tout ça ! Je décide aujourd'hui de m'y remettre et peut-être que certains anciens me reconnaitront :)

Compositeur depuis plus de 10 ans, j'ai commencé il y a peu à partager mon expérience et mes ressentis sur ce métier, dans des vidéos expliquant comment composer simplement, sans matériel, avec des logiciels libres, ...

S'il y a ici des compositeurs, j'ai pensé que ça pourrait vous intéresser et je serais moi-même curieux d'avoir vos avis afin d'améliorer mon contenu et d'apporter aux compositeurs ce qu'ils recherchent !

Voici ma dernière vidéo, qui est + orientée mindset, car je pense que c'est une partie importante de la vie d'un compositeur. Qu'en pensez-vous ?

https://youtu.be/_BmLkrhW52c

Au plaisir de vous lire !

Yannick
tu donnes des pistes de stimulation intéressantes, mais je pense que l'imagination est essentiellement le produit d'un effort dans la durée. faut bosser... ça s'acquiert, de même que ce qu'on appelle le "talent" et qui recouvre cependant beaucoup de choses.
C'est clair ! C'est pour ça que je termine en suggérant de se mettre au travail. Et le talent, comme tu dis, est sans doute en grosse partie une somme de travail.

Merci pour ton comm !
Pour ce qui me concerne c'est plus l'inspiration qui me trouve d'une certaine manière.
Régulièrement j'entends une idée musicale (une mélodie, des accords, une ligne de basse, une partie de batterie...)
et je la note ou l'enregistre.
De fait, je fait partie des gens qui doivent être dans certaines dispositions réceptives pour "recueillir" quelque chose
qui "flotte dans l'air" plutôt que de trouver l'inspiration dans une peinture, une promenade
ou toute source qui serait étrangère à la musique.
Bref, il n'y a que la musique qui m'inspire pour faire de la musique et chercher l'inspiration en-dehors d'elle
m'a toujours semblé étrange même si je sais que des musiciens fonctionnent ainsi.

Mais si ces dispositions réceptives sont efficaces (au moins dans mon cas) c'est que bien que pratiquant la musique sérieusement,
je n'en fait pas profession et je ne suis donc pas parasité par des contraintes de temps, des contraintes
économiques relatives au métier de musicien, un besoin de reconnaissance, une place dans la société...
N'ayant donc aucun but si ce n'est de réaliser quelque chose que j'entends, le processus se voit donc "simplifié".

Au final je fait partie des gens qui pensent que l'art ou la création artistique quelle qu'elle soit, doit être sa propre finalité et non un moyen. Et comme le disait Peter Lamborn Wilson dans un de ses livres, il n'est même pas nécessaire que notre art ou notre création sorte de chez soi. Quel soulagement "de se voir autorisé" à refuser toute forme de diffusion par les canaux habituels lorsqu'on sent au fond de soi que l'on n'est pas fait pour ça.
Combien de musicien(ne)s se sont embarqué(e)s dans l'aventure en suivant ce qu'on pourrait appeler
la voie normale (répétitions, enregistrement, concerts) avant de se rendre compte qu'au fond d'eux ça n'était peut-être
pas ce qu'ils/elles voulaient/pensaient ou voyaient les choses?

On pourrait penser que l'on n'est plus dans le sujet de l'inspiration, mais au fond je pense le contraire car en effet, rechercher l'inspiration suppose une intention, et selon moi elle doit être identifiée car l'intention
est selon moi un système d'aiguillage fondamental.
Être inspiré, mais pourquoi faire?
Produire mais dans quel but?
Diffusion au public ou simple satisfaction personnelle?



Citation de Môssieur Jean :
Pour ce qui me concerne c'est plus l'inspiration qui me trouve d'une certaine manière.
Régulièrement j'entends une idée musicale (une mélodie, des accords, une ligne de basse, une partie de batterie...)
et je la note ou l'enregistre.
De fait, je fait partie des gens qui doivent être dans certaines dispositions réceptives pour "recueillir" quelque chose
qui "flotte dans l'air" plutôt que de trouver l'inspiration dans une peinture, une promenade
ou toute source qui serait étrangère à la musique.
Bref, il n'y a que la musique qui m'inspire pour faire de la musique et chercher l'inspiration en-dehors d'elle
m'a toujours semblé étrange même si je sais que des musiciens fonctionnent ainsi.

Mais si ces dispositions réceptives sont efficaces (au moins dans mon cas) c'est que bien que pratiquant la musique sérieusement,
je n'en fait pas profession et je ne suis donc pas parasité par des contraintes de temps, des contraintes
économiques relatives au métier de musicien, un besoin de reconnaissance, une place dans la société...
N'ayant donc aucun but si ce n'est de réaliser quelque chose que j'entends, le processus se voit donc "simplifié".

Au final je fait partie des gens qui pensent que l'art ou la création artistique quelle qu'elle soit, doit être sa propre finalité et non un moyen. Et comme le disait Peter Lamborn Wilson dans un de ses livres, il n'est même pas nécessaire que notre art ou notre création sorte de chez soi. Quel soulagement "de se voir autorisé" à refuser toute forme de diffusion par les canaux habituels lorsqu'on sent au fond de soi que l'on n'est pas fait pour ça.
Combien de musicien(ne)s se sont embarqué(e)s dans l'aventure en suivant ce qu'on pourrait appeler
la voie normale (répétitions, enregistrement, concerts) avant de se rendre compte qu'au fond d'eux ça n'était peut-être
pas ce qu'ils/elles voulaient/pensaient ou voyaient les choses?

On pourrait penser que l'on n'est plus dans le sujet de l'inspiration, mais au fond je pense le contraire car en effet, rechercher l'inspiration suppose une intention, et selon moi elle doit être identifiée car l'intention
est selon moi un système d'aiguillage fondamental.
Être inspiré, mais pourquoi faire?
Produire mais dans quel but?
Diffusion au public ou simple satisfaction personnelle?





Ton point-de-vue est très intéressant.

Comme tu le dis, ne pas "devoir" faire sortir l'art de chez soi (dans le sens "ne pas devoir avoir d'approbation") est un peu la liberté artistique absolue. Mais c'est aussi l'enchainement de devoir cocher la case survie autrement. Par un "job". Que la plupart des artistes détestent.

Cependant, pour de nombreux compositeurs, la musique est un moyen de créer un échange avec un public, une relation, un lien émotionnel et une reconnaissance. Parfois, souvent, c'est plus : gagner sa vie avec son art. Ce qui peut devenir une contrainte incroyable, bien sûr. Mais aussi un moyen, si on trouve l'équilibre subtil, de vivre de sa passion.

Dans un cas comme dans l'autre, ce n'est pas simple. Mais qu'est-ce qui est simple ? :clin:

Merci pour ta réaction !
Pourquoi "mindset" alors que nous avons des termes français pour ça ? :mrg:

Je n'ai pas grand chose à redire sur la vidéo avec laquelle je suis globalement d'accord.
Sauf sans doute une réserve sur la question du lieu. Quand je crée, le lieu n'importe pas. Ce n'est pas lui qui m'inspire.
J'aurais plutôt parlé d'environnement.

J'ai la chance, pour l'instant, de ne jamais avoir connu de panne d'inspiration. J'ai plutôt pu connaître des manques d'envie à une époque. Mais depuis longtemps, je manque plutôt de temps pour concrétiser toutes les idées que j'ai.

Je me rappelle avoir vu un article du genre "les x choses que les gens créatifs font différemment des autres" (je ne le retrouve pas, mais on trouve ce genre d'articles à la pelle sur le oueb).

Une des choses qui y était indiquée et est curieusement rarement évoquée quand on parle de créativité en musique est "ils s'entourent de belles choses".
Effectivement, quand je vais chez des artistes (quels qu'ils soient), leur intérieur se distingue souvent de celui du commun des mortel par son esthétique. Je ne parle pas seulement d'avoir des oeuvres d'art au mur, ce qui peut plus dépendre d'un niveau de revenu et d'un positionnement social, mais d'aménagements et de décorations plaisantes, originales, etc.
Et même avec des moyens modestes (comme moi), on peut s'entourer d'oeuvres d'art. Il suffit de fréquenter les squats, les expos un peu underground, tous les lieux où on trouve des artistes n'ayant pas reçu de "cote" sur le marché de l'art pour pouvoir se payer des oeuvres pour quelques dizaines d'euros. Et quand on n'a pas les moyens d'acheter une peinture, une sculpture ou un tirage original de photo, il y a toujours les posters, les belles affiches (d'expo ou d'autres), etc.

Que ce soit sur AF ou dans les groupes Facebook de home-studistes que je fréquente, la plupart des studios personnels et homme-studios essayent de singer l'aspect des studios commerciaux. On est très souvent dans des lieux froids, dénudés, plus ou moins remplis de matos moche (peu de matos de musique et de son est beau et même un (rare) beau synthé ou une (moins rare) belle guitare se retrouve souvent à côté de racks laids, d'enceintes mastoc, d'écrans informatiques...).

Un des autres trucs rarement évoqués pour les musiciens est la marche et la rêvasserie. Je mets les deux en même temps parce que le premier est propice au second.
Quand je bloque sur un truc, compo ou mixage, je vais faire un tour. Marche = oxygénation, rythme, pensée qui vagabonde, stimulis extérieurs, etc. Très propice.
Et on pense loin de nos outils et instruments. Là où, dans le studio, on est vite tenté d'essayer immédiatement tout début d'idée et donc souvent à ne partir que d'un embryon et à se laisser beaucoup porter par la sérendipité du studio (ce qui n'a rien de mauvais, mais peut aussi faire tourner en rond), la marche conduit à la développer beaucoup plus, voire totalement mentalement avant de rentrer la mettre en application.

Enfin, un truc parfois évoqué, mais pas franchement parce que considéré comme honteux, c'est écouter ce que font les autres.
Perso, il m'arrive souvent que la musique m'inspire. Ce n'est pas forcément que j'y trouve une idée, mais qu'une musique me donne envie d'en créer.

Mais on peut aussi "voler" une idée.
Les bons artistes copient, les grands artistes volent.
Pablo Picasso

Ce genre de propos est aujourd'hui honteux : on a érigé le droit d'auteur en chose sacrée (comme la propriété privée), pour le plus grand profit des ayants droits (producteurs et maisons de disques en musique) alors qu'il ne visait au départ qu'à protéger les artistes (surtout les écrivains) de la rapacité des éditeurs.
Avant ça, les grands musiciens ont passé leur temps à s'inspirer les uns des autres, à piquer un bout de phrase musicale, une idée... et piochaient aussi très largement dans le répertoire populaire.

Attention : on ne parle pas de plagier, c'est à dire de refaire en se l'appropriant un morceau, une mélodie ou un arrangement qui a été fait par d'autres. Mais je trouve parfaitement normal de piquer une ligne de basse, un groove de batterie ou un son de synthé pour en faire complètement autre chose, même si je ne pratique personnellement pas ainsi.

Autre point important : le moment. On a des moments de la journée où on est plus créatifs, quelles qu'en soient les raisons. Moi, je sais que c'est tard le soir et essentiellement la nuit.
1/1

Sujets les plus actifs dans "Le Pub des Gentlemen"

Les dernières questions dans "Le Pub des Gentlemen"