close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Limiteurs de studio
Matériel Limiteurs de studio {{currentManName}}swap_horiz Behringerswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Ce n'est qu'un simple limiteur, mais il fait parfaitement son job. - Avis Behringer Protector MDX1800

Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
Description :

Franchement, faudrait être vraiment de mauvaise foi pour ne pas comprendre ! :-D
Behringer a pourtant été très explicite sur la sérigraphie :
PROTECTOR
AUDIO INTERACTIVE
8-CHANNEL
RECORDING LIMITER
MODEL MDX 1800

Je traduis en mode détaillé, si besoin : un limiteur audio automatique à 8 canaux destiné à éviter la saturation numérique sur les entrées d'un enregistreur (carte-son, ou tout autre enregistreur numérique DAT/SD/CD/MD/etc).
Ça, évidemment c'est sa destination première. Moi je l'ai longtemps utilisé exactement dans cette fonction, en intermédiaire avant les 8 entrées de ma vieille carte-son ISIS (sous Windows98SE), et j'en ai toujours été entièrement satisfait.
En plus, huit canaux en simultané dans un rack 1U seulement, c'est très pratique.

Sauf que, suite à mon passage à Linux, mon ISIS est retournée au placard (pas de driver en 8 pistes), et j'utilise maintenant une Terratec Producer EWX 24/96 plus performante, certes, mais avec deux voies seulement. Je me suis donc mis à travailler autrement pour mes enregistrements, et j'utilise aujourd'hui un compresseur/limiteur à deux canaux (Behringer MDX1600), mais ce n'est pas toujours aussi simple et efficace qu'avec le MDX1800.

Raccordements - Réglages :

On branche les sources de signaux sur les entrées du MDX1800 et on relie les sorties correspondantes à la carte-son, ensuite on enclenche le switch "limiter" sur IN (LED verte éclairée), on positionne le switch "operating level" sur le niveau de sensibilité général (-10dB/+4dB, avec une LED orange pour témoin), et enfin, on règle le potard "threshold" sur le seuil d'activation du limiteur (en fonction du niveau de saturation en entrée de la carte-son), ce réglage étant commun aux huit canaux à la fois. Lorsque le signal d'une entrée atteint le seuil préréglé, le voyant "limit" du canal concerné s'éclaire et le limiteur rentre en action, diminuant le niveau du signal jusqu'au seuil défini.
Attention : ce n'est pas du hard limiting (appelé aussi clipping), c'est très précisément le même effet que si on baissait manuellement le fader du canal concerné jusqu'à ce que le signal descende juste un micropoil en-dessous du niveau maxi préréglé par le "threshold". Sauf que cette opération se fait automatiquement en quelques millisecondes.
C'est tout ! C'est donc à la fois simple et efficace ! :bravo:

Si on est bien d'accord sur la meilleure façon de travailler, le principe habituel pour un enregistrement multipiste, c'est de rentrer d'abord tous les signaux au niveau maxi admissible pour la carte-son, pour pouvoir conserver le meilleur rapport signal/bruit sur chaque piste. Ce n'est pas à l'enregistrement qu'on fait le mix, c'est bien après, en relecture dans le DAW (ou l'enregistreur numérique). Un seul réglage de limitation pour tous les canaux semble donc parfaitement suffisant et logique, puisqu'il s'agit effectivement du niveau maxi que la carte-son acceptera sur ses entrées sans produire de saturation numérique. C'est quand même la fonction première de cet appareil, et c'est même écrit dessus (RECORDING LIMITER), au cas où on l'oublierait ! :-D

Utilisation :

la grande plage de réglage du seuil de limitation permet évidemment d'exploiter les possibilités de ce MDX1800 pour d'autres usages que l'enregistrement multipiste.
Dans le cas d'une soirée en salle ou en boite, ça peut aussi être utile pour refréner l'enthousiasme exagéré d'un DJ-Kévin un peu bourré (et un peu bourrin, aussi :-D), en plaçant le limiteur entre la table et l'ampli de puissance, pour ne pas dépasser un niveau sonore trop important ni inviter la maréchaussée à abréger la soirée.
Idem pour le cas où on utilise un ampli de puissance "de remplacement" bien plus puissant que les enceintes (l'habitude des sondiers et des DJs étant de mettre tous les volumes à fond sur l'ampli et de régler le niveau sur le Master de la table de mix. Très dangereux pour les enceintes, surtout si le même DJ-Kévin est aux manettes !). Il y en a d'ailleurs un qui nous avait totalement grillé nos deux excellents caissons de medium/agus et décentré un boomer, suite à une soirée "groupe" suivi de "dancefloor", parce qu'il trouvait que les "châteaux" (sic) de notre sono sonnaient beaucoup mieux que ses propres enceintes, ce qui était malheureusement vrai. Jusqu'au moment où ça ne sonnait plus du tout... :oops2: ...Trente ans après, il est toujours en exil en Uruguay sous une fausse identité, avec un contrat sur sa tête. :-D
On peut aussi se servir de ce limiteur pour bloquer les niveaux des retours de scène à un seuil maxi afin de ne pas provoquer de larsen avec les micros de reprise (surtout pour des instruments acoustiques et des overheads). Et bien d'autres possibilités encore... ;)
Oserais-je même envisager de l'utiliser pour du mastering ? Moi oui, sans aucun problème, mais vous, je ne sais pas... :-D

Qualité sonore :

Au niveau du son, je n'ai trouvé strictement aucune modification du spectre sonore original, contrairement à ce qui a été dit dans un avis précédent, mise à part l'atténuation du signal, évidemment, puisqu'il a été conçu pour ça.
Donc il ne bouffe absolument pas les graves. Il s'avère au contraire très transparent, et ne génère aucun souffle audible non plus. :bravo:

Comme l'avis précédent m'avait particulièrement étonné, j'ai effectué un examen plus poussé avec des signaux de tests (sinus, carré et triangle, successivement à 100Hz, 440Hz, 1kHz et 10KHz), en comparant les signaux d'une source mono envoyée en stéréo, une voie partant en direct sur la carte-son, l'autre passant par un canal du MDX1800 (limitation activée et voyant rouge allumé, bien sûr). L'exemple graphique donné pour expliciter la fonction limiteur sur cette page web, représente exactement ce que j'ai obtenu dans mon éditeur de waves, quelles que soient la forme du signal ou la fréquence de la source. Les courbes obtenues montrent bien un signal atténué, mais sans aucune trace de "moustache" ou d’écrêtage (clipping). D'ailleurs, après remise au même niveau à l'aide du zoom de l'éditeur, les deux signaux stéréo sont exactement superposables. La seule différence visible, c'est le délai d'enclenchement du limiteur en tout début de signal... :bravo:

J'en reviens donc un instant à cet avis qui parle d'un "ploc-ploc" pour un kick de batterie : je pense que c'est simplement dû à un mauvais choix d'outil pour traiter ce type de son particulier. D'accord, la nuance peut sembler un peu difficile à saisir mais c'est vraiment un compresseur qu'il aurait fallu utiliser dans ce cas de sons percussifs, et pas un simple limiteur comme ce MDX1800, même si de nombreux compresseurs ont également une fonction limiteur (et même peak limiter, parfois) disponible sur leur panel, ce qui n'aide pas à éviter une certaine confusion...
Effectivement, il y a, avec le PROTECTOR MDX1800, un délai d'enclenchement du dispositif de limitation (environ 30mS) qui le rend beaucoup plus lent à réagir qu'un compresseur bien réglé. En comparaison, par exemple, l'AUTOCOM PRO-XL MDX1600 possède un délai d'attaque variable entre 0.3 et 300mS, soit un délai minimum d'enclenchement au moins 100 fois plus rapide. De quoi éviter le fameux "ploc-ploc" sur un kick de batterie, n'est-ce pas ?
Pas la peine de développer ce sujet davantage. Si besoin, vous trouverez toutes les explications techniques nécessaires sur le net, y compris dans les dossiers d'AF concernant les différents outils de mastering et leur bon usage, entre autres.
A quoi ça servirait que nos chers rédacteurs du site se décarcassent à nous transmettre leur science, sinon ? ;)

Conclusion :

Ce limiteur à huit canaux est donc un très bon outil discret et efficace à un prix très abordable et dans un format réduit (1U seulement pour 8 canaux simultanés). Que ce soit pour un usage studio en amont d'une carte-son ou d'un enregistreur numérique, pour un usage en sonorisation, ou éventuellement pour du mastering (perso) en home-studio, il fait son boulot très correctement et de façon transparente. :bravo:

Pour la complexité d'utilisation, c'est vite vu : si on sait lire, on sait l'utiliser (à moins de le confondre avec un compresseur, mais pourtant il y a bien écrit dessus "LIMITER", et même en deux endroits différents :-D).

Le seul petit reproche que j'aurais à lui faire, c'est qu'il n'est pas "true-bypass", et qu'il doit donc rester allumé en permanence pour laisser passer les signaux, même débrayé (en mode "limiter OUT"). On pourrait donc craindre qu'en cas de défaillance, il faudra donc revenir derrière le rack pour tout recâbler en direct. Mais je pense que le risque est assez faible : le mien, acheté d'occasion il y a quelques années, a quand même vécu chez moi plusieurs centaines d'heures de fonctionnement sans la moindre anomalie jusqu'à présent, ce qui est plutôt rassurant concernant sa fiabilité, d'autant qu'il chauffe peu, ce qui en fait également un bon camarade pour ses voisins de rack. Concernant d'éventuels problèmes de repisse entre les canaux, je n'ai absolument jamais rien remarqué dans mes enregistrements. Si repisse il y a, elle doit être vraiment faible. Donc une fois dans le mix, ni vu ni connu... ;)

Son rapport qualité-prix ? Puisque c'est mon avis perso : tout simplement excellent, surtout à moins de 100€...

Un petit Hors-sujet en passant : ;)

Bon, encore une fois, on pourrait me reprocher d'être un peu trop indulgent concernant un produit de chez Behringer, et j'en ai vraiment un certain nombre, la plupart acquis d'occasion. En fait, c'est sans doute parce que j'y trouve souvent les outils qui répondent le mieux à mes propres objectifs et au budget que je peux y consacrer, grâce aux avis, aux bancs d'essais et aux petites annonces d'AF, entre autres. La contrepartie à cela, c'est que je suis très attentif à l'état de mon matos et que je l'entretiens très régulièrement. C'est souvent un gage de longévité pour du matos jugé à juste titre "low-cost".
Ma seule ambition est de pouvoir faire de la musique pour mon propre plaisir, et celui de mes proches s'ils le souhaitent, voire d'autres auditeurs sur le web éventuellement grâce aux plateformes de partage. En cela je n'ai aucune prétention professionnelle, et je me contente avec une grande satisfaction des outils disponibles actuellement à la hauteur de mon budget. A mes yeux, c'est déjà un bonheur de pouvoir faire dans mon petit home-studio un enregistrement de qualité "maquette" avec mon propre matos.
En ce qui me concerne, que je puisse contrôler l'amplitude de mes signaux avant enregistrement avec un modeste compresseur "AutoCom Pro-XL MDX1600" (un nom qui se la pète déjà un peu beaucoup, à mon goût), ou avec un Manley Vari-MU qui coûte 100 fois plus cher, qualitativement, je ne pense vraiment pas que mon travail en sera 100 fois meilleur...
En revanche, que je me morfle un crédit dans les dents et que ma femme me fasse la gueule pour ça, j'en suis absolument certain ! :-D

Ceci dit, bonne zic !
Miaousicalement... ;)