close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Micros statiques à transistors à petite membrane
Matériel Micros statiques à transistors à petite membrane {{currentManName}}swap_horiz Neumannswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Km184 Une Histoire de FRITES ??? - Avis Neumann KM 184

Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
(BRUIT) TOPPPPE …JE SUIS :

(lire vite) Un modèle de microphone statique devenu un classique dans le domaine des microphones miniatures de haute qualité cardioïde. Ma gamme se divise en trois directivités cardioïdes, omni et hyper cardioïde. Désormais disponible sous forme de couples stéréo appairer je suis livré dans une belle boite en bois. Ma référence débute par les lettres K M JE SUIS-JE SUIS ??…


Bonjour, a tous ! Alors la question est : comment parler autrement d’un micro pour lequel tant d’encre (ou pixels d’écran) ont coulé …

Vos yeux et vos oreilles sont d’ailleurs usés de lire et d’entendre des comparatifs.

Si vous avez l'esprit ouvert,curieux et un peu de temps je vais essayer de vous proposer une autre vision des choses dans une seconde partie.
Mais rappelons déjà pourquoi faudrait-il en avoir au moins un ?

« C’est KM ’ieu avec que 100 »

1/Versatilité :

C’est un micro à tout faire du moment où on applique toutes bonnes règles et ajustements de placements (comme avec tous les microphones). Mais même si vous êtes un débutant laxiste ou que le musicien sur scène à décider de ne pas se foutre à la bonne place ;-)! Le son ne sera jamais vraiment mauvais. Une des raisons vient de la réponse en fréquence et phase hors axe plutôt bien maitrisé et que la courbe cardioïde est complète et bien construite.

2/Densité spectrale :(Def équivalent au nombre de pixel sur une photo numérique)

Un autre argument est que lors d’un simple balayage d’EQ sur le spectre sonore capté par le KM vous procure de vrais capacités de corrections et coloration. Pour certains modèles et gammes inférieurs, cette manipulation sera plus hasardeuse. Ici, elle est riche en résultat toujours très musicaux.

3/Le prix :

Même si pour certain ce microphone reste peu abordable, il faut admettre que son prix est plutôt bien positionné. Il y a en réalité une concurrence assez faible. Ceux qui arrivent à faire moins chère et aussi performant son rare pour ne pas dire inexistant. Disons que c’est là où le débat commence.

4/ ??

Ce 4ème argument va vous surprendre mais ne pas avoir de KM vous donnera moins de légitimité pour proposer autre chose. (attendez avant de vous énerver)
Je m’explique ! Les musiciens sont habitués aux KM184 et ça les rassures (comme avoir du AVALON dans les racks ?!?)
Si vous proposer un autre micro car VOUS, vous êtes certain d’avoir un super résultat (micro ruban, dynamique, statique modifié…)
le musicien sera rassuré et il pensera : « il me donne pas son KM car il aura un meilleur son avec ce vieux micro a l’aspect peu engageant». Dans le cas inverse il va juste se dire : « c’est quoi ce micro tout moche… »

Bon ok l’exemple semble extrême… Mais en avoir un vous donnera aussi un point de comparaison entre lui (une référence technique) et d’autre micro et aussi d’avoir d’autres choix esthétiques. Mais justement je vais essayer d'expliquer ce point de vu...


« Pouvons-nous trouvez mieux… une histoire de psychoacoustique et de frites ??»

Si vous lisez les forums vous aller vite être perdu. Combien de micro N VS Km184, combien de vidéo de teste comparatif… Combien....Combien et je vous parles pas des avis qui vont faisant suite aux vidéos...

Je vais vous dire une chose importante : il est vraiment, OUI vraiment, très difficile de comparer des microphones avec une objectivité réelle. Une des raisons principale est que l’écoute comparée (en aveugle ou pas) n’apporte en réalité qu’assez peu de renseignements (lisez la suite pour comprendre). A moins de comparer un Cole 4038 et un micro de mesure (qui fait ça…).

Attention, Je ne parle PAS ici de réponse en fréquence NI réponse dynamique…
(Ah Oui ?) OUI...
En fait c’est une question de mémoire et de timbre causal.
Je vais prendre un exemple plus simple.

Si je vous dis : « faisons un teste comparatif de préparation de frites » (non je ne suis pas Belges), le gout de la frite est mémorisé, cartographié car vous avez déjà mangé X fois des frites (si si ne mentez pas). Vous savez un peu à quoi vous attendre, non ? Et, vos émotions, souvenirs, vont venir interférer très rapidement dans votre jugement (ce qui est en fait assez normal pour le moment). Moi, en ce qui me concerne, les frites épaisses et un peu mole de ma grand-mère sont MA référence. Quelque part c’est toujours que des patates et d’huile chaude. Mais si on me demande, à moi, sur une table remplis de X frites celle que je préfère le plus, il y a de grande chance que mon choix soi orienté en fonction de ce souvenir.

Bon, on se lave les doigts et on reprend le micro. Ici, et malgré des sonorités différentes et prix le teste de comparaison va être faussé par VOTRE attente et la mémoire de vos X écoutes (on considère bien que vous êtes pas débutant en musique mais pas obligatoirement un pro du son...).

Le son de… guitare folk à chez vous une certaine empreinte sensoriel, vous avez même peut-être un artiste et une chanson en tête. Si je vous fais écouter le son d’un seul microphone (sans comparaison immédiate) vous allez chercher un peu un référentiel (mémorisé) de ce son si vous l’obtenez pas vous passerez votre chemin. Ne pas oublier cependant que beaucoup d’éléments échappent à votre comparaison : la qualité de la lutherie, l’acoustique de la pièce, le musicien et le morceau joué (préamplificateur…) ce qui veut dire que peut-être ce même microphone dans un autre cas similaire sera plus favorable. (Bref restons sur notre sujet)

A présent, dans le cas d’une écoute comparé immédiate (même à l’aveugle) vous vous trouvez aussi dans une attente avec un aller-retour avec votre mémoire sonore. Hors il est démontré (lire un autre avis que j’ai écris) que l’on va plutôt sur la référence sonore la plus marqué, ou plus identifiable. Il en est de même en marketing dans les couloirs de super marché. A l’inverse ce qui explique le choix de mettre tous les paquets de clopes en noir...

ALORS ??? !!! Vous voilà encore plus perdu et surement un peu endormis par ce plat de frite et mes propos… Mais comment faire une vraie conclusion à ce que je viens de dire.

Mon point de vue est que le KM184 est une REFERENCE ADMISE du métier de preneur de son (auditivement parlant). C’est d’une certaine façon comme une échelle de valeur (oui, oui… pas objective…) c’est par conséquent un point de départ pour travailler OU trouver une autre sonorité. Mais c’est également un point d’arriver au son généralement attendu OU au contraire que le l’on veut éviter. Ce qui reprend un peu mon point 4 du premier titre. (cette réflexion fonctionne à l'identique avec un SM58,57...) et il y a donc aussi une relation entre l’omniprésence d'une référence (icikm184) sur les scènes et studio et le fait que ce micro est une référence... ET oui je n'ai jamais dis que la référence était parfaite...

Ce point de vue et réflexion permet d'admettre que tout microphone quelque soi le prix peu très bien vous donner complète satisfaction si il répond à votre recherche sonore. Le KM184 est dans ce domaine au minimum un référentiel intéressant (car tres entendu et utilisé) et donc en avoir quelques uns permet d'atteindre un référentiel universel. Libre a vous de vous en écarter, l’accepter...avec autre chose.

« Les vrais problèmes et pourquoi chercher mieux. »

Malgré tout voilà une petite liste de choses qui nous manque à l’utilisation.
- Pas de filtres ni atténuateurs sur le microphone.
- La présence de l’aigu parfois trop prononcé et la
- Dynamique des basses (rien à voir avec la bande passante) pas si dynamique que ça.

Le médium est lui beaucoup moins critiquable. Pour toutes ses remarques certains brandissent l’étendard du vintage avec les vieux KM 84. Le prix de ces vieux machin qui sont souvent des 4ème ou 5ème mains me semble pas justifié, mais c’est un point de vu je pense discutable.
A l’inverse un KM140 neuf règle pas mal de problème présent dans le Km184. (au double du prix c’est à souhaiter)

J’ai contre toute attente été déçu par les Josephson (peut être que j’en attendais trop…vous me suivez ?) en fait j’ai retrouvé une partie des défauts des Km 184 avec peut être une coloration un peu plus douce.
Mais Shure et AKG proposent eux aussi des micros de « référence » s’approchant fortement des Josephson avec un prix plus abordable. En réalité, et il faudra que je creuse la question, une contrainte de fabrication oblige surement à franchir une barrière financière supérieur (on appelle ça aussi de la technique de vente je crois).

A deux fois le prix d’un Km184 on commence à régler tous les problèmes. J’ai une petite pensée pour les séries MKH de Sennheiser, Microtech Gefelle, Schoeps, DPA…

De toute façon les micros c’est un peu nos Pokemons à nous (achetez-les tous).