close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Micros statiques à transistors à petite membrane
Matériel Micros statiques à transistors à petite membrane {{currentManName}}swap_horiz Shureswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Quand le chinois mange Wa Wa, il chie Wa Wa :I - Avis Shure KSM9

Rapport qualité/prix : Mauvais Cible : Les utilisateurs avertis
J'ai laissé Dany Boon écrire le titre de cet essai, je n'aurais pas dû. :facepalm:


Essayé aujourd'hui lors d'un comparatif. Il était essayé et dB matched avec :

- Le Beyerdynamic TG-v50
- Le Beyerdynamic TG-V56
- Le Beyerdynamic TG-V70
- Le Beyerdynamic TG-V90r
- Le Shure Beta 58
- Le Shure KSM 8
- Le Shure KSM 9


... avec comme objectif de choisir mon micro chant définitif.

Ma voix tourne dans le médium et le bas médium. Je n'ai pas une tessiture baryton, mais ma voix à un quelque-chose de feutré et un peu acidulé dans les aigus. Je fais principalement du rock français, ne crie pas forcément, mais les morceaux que je fais d'habitude ont de la niaque et de l'harmonie. Cependant, pour ces tests, je me suis aussi amusé à sortir de ma zone de confort, en allant dans des registres aussi plus cou_llus, du rap et des growls qui sont déjà de l'ordre du métal.

Ce micro m'a beaucoup impressionné. Il était, dans un parc déjà très bien fourni, un micro à la finition exemplaire et aux matériaux de qualité. J'ai été tout particulièrement impressionné par la fourre en dure, livrée avec, qui, je le pense, est l'une des meilleures fourre à micro destinée à un usage professionnel. Si le gars qui l'a pensé n'a pas reçu une augmentation après ce coup de brio, que Shure se rattrape maintenant et lui paye un bonus. Après cet essai, je vais définitivement tenter d'en acquérir pour les autres micros de mon parc. Oui... c'est vraiment du bon.

Un point très intéressant sur ce micro, est qu'il peut, via un switch dans le micro, qui s'active donc après démontage de la capsule pour y accéder ; avoir une directivité modifiée. Cardoïde, hypercardoïde, et Cardoïde large... qui est un truc que Shure a introduit récemment. Ceci élargit considérablement sa souplesse d'usage.

Avant de continuer, je me dois de noter que ce micro de fabrication chinoise est vendu 569 Chf. Soit 269 Chf de plus que le Beyerdynamic V56 de fabrication allemande. Ce n'est pas illogique, vu le festival de technologies qui se tirent la nouille dans ce micro pour essayer de vous fournir du gain clean avec une fidélité de reproduction de voix à toute épreuve. Mais ça me donne aussi l'impression que le système de délocaliser chez les crèves-la-dalle ne fonctionne plus très bien ces temps. Il est peut-être temps pour Shure de faire fabriquer ses micros en Zambie ou en Angola. Ou pire encore... relocaliser en Picardie.

En matière de sonorités, le Shure était clairement dans mon top 2 des micros préférés dans ce test. Il est le plus régulier, ne manquant de rien, n'exagérant rien, il se montre très défini, avec une bonne reproduction de toutes les fréquences et sans exagérer les sibilantes. Ma voix axée dans le médium et le bas médium était très à l'aise là-dessus. L'effet de proximité est contrôlé, bien qu'existant, le son devenant un peu plus chaud alors, avec cette petite bosse shure que certains aimeront ou détesteront. Par-contre, on n'a plus cet effet "schmack schmack", assez typique du SM58, qui est donc, ici, absent. Je crois que personne ne le regrettera.

La capsule sur le KSM9, à ma grande surprise, n'est pas une dynamique, mais une statique à double diaphragme. Je ne m'y attendais pas, tant la réjection du larsen était performante. On peut jouer fort, dans un milieu avec pas mal de bruit (série de tests 1).

Dans des conditions d'essai normales, le micro s'est bien débrouillé (série de test n°1). Dans l'essai numéro 2, en condition petit local avec deux amplis 50watts à tube en fullstack dans le dos et moniteurs juste devant, j'ai remarqué un problème à exploiter ce micro, qui était trop sensible au larsen dans les fréquences médiums. J'ai essayé de changer la directivité, mais rien n'y a fait, il est très sensible au larsen et c'est handicapant. En revanche, il faut bien comprendre qu'il a été exposé à l'apocalypse sonore d'un local de répétition comme on en voit peu. Mais si ça tient là, ça tiendra même dans les petits concerts les plus exigus et extrêmes. Ce qui ici, n'était pas le cas.


Mot de la fin :

Le KSM9 est un excellent micro chant. Il est super cher, super fidèle, et super dédié, avec une super sacoche pour un usage super professionnel. Vous l'aurez compris, c'est un micros qui enchaîne les superlatifs. Rien n'est mauvais, ou même moyen. Il semblerait juste qu'à un certain niveau d'usage extrême, le microphone arrive à sa limite. Mais je pense aussi que bon nombre de groupes n'ont pas les conditions que je vis lorsque je me produis en concert.