close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Prise de Son & Mixage
Matériel Prise de Son & Mixage {{currentManName}}swap_horiz Selectionner
une Marque
Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
  • settings_backup_restore
Le guide du mixage — 48e partie

Améliorer ses prises de batterie avec un Noise Gate

Cette semaine, je vous propose d’envisager l’usage d’un Noise Gate afin d’améliorer significativement vos prises de batterie.

Pourquoi ?

Comme nous le verrons à l’occasion de notre dossier sur l’enregistrement, la réussite d’une prise de batterie « naturelle » tient pour beaucoup à l’équilibre des pistes overhead. En effet, si les pistes réalisées en « close miking » ont un rôle déterminant en matière d’impact sonore, les sensations d’ampleur, de naturel et d’espace 3D proviennent principalement des overheads. Cela est d’autant plus vrai en l’absence de prise d’ambiance. Malheureusement, le placement des micros overhead est une véritable science qui demande des années d’expérience. De fait, il arrive fréquemment que les enregistrements de batterie effectués à la va-vite dans un home-studio souffrent d’un profond déséquilibre à ce niveau-là. En général, les cymbales se révèlent beaucoup trop fortes par rapport au reste du kit, et les premiers à en souffrir sont la caisse claire et les toms dont le son semble alors ne pas « respirer ». Bien entendu, la solution idéale serait de parfaire le placement des micros et de refaire les prises. Cependant, si cela n’est pas possible par manque de temps ou tout simplement parce que vous mixez les enregistrements de quelqu’un d’autre, il existe une petite astuce qui vous permettra d’améliorer grandement les choses dans la majorité des cas…

Comment ?

Noise gate pour le mixage audio

Cette technique est relativement simple à mettre en place. Pour vous la décrire, partons du principe que le problème à traiter est un déséquilibre entre la caisse claire et les cymbales. Pour commencer, placez un Noise Gate sur vos overheads et mettez cette piste en solo. Puis, au lieu d’utiliser le signal de ces overheads pour piloter le Gate, vous allez utiliser l’option de sidechain externe de façon à ce que ce soit la piste de caisse claire réalisée en « close miking » qui déclenche l’action du Gate. À partir de là, fixez le paramètre « Range » à sa valeur maximale pour obtenir un silence absolu lorsque la « porte à bruits » est fermée. Jouez maintenant avec le niveau seuil. Vous devriez alors voir le Gate s’ouvrir uniquement sur les coups de caisse claire. Ajustez alors les réglages restant afin d’entendre le plus possible le déclin de votre caisse claire sans pour autant trop capter le jeu des cymbales. À ce stade, le résultat n’aura pas grand-chose de musical. Mais si vous remontez le paramètre « Range » à une valeur plus raisonnable, entre 1 et 5 décibels, vous devriez constater que votre prise d’overhead est désormais beaucoup plus équilibrée. Retirez donc le solo de vos overheads pour réintégrer le son de votre caisse claire « close miking » et savourez le résultat !

Bien sûr, cette astuce a ses limites et si vous utilisez une valeur de « Range » trop violente, le son obtenu aura vite fait de plomber le naturel recherché. Méfiance donc ! 

La semaine prochaine, nous continuerons à explorer les usages alternatifs du Noise Gate en « construisant » un élément percussif synthétique à partir d’une prise acoustique.