Le guide de l’enregistrement - 103e partie

La justesse du chanteur

Après la gestion des problèmes de placement rythmique traitée la semaine dernière, nous allons aujourd'hui voir comment aider votre interprète lorsque ce dernier rencontre quelques soucis de justesse.

Juste Leblanc

Même le meilleur des chanteurs peut se retrouver plus ou moins à côté de la plaque dans ses mauvais jours. Dans ces cas-là, la meilleure solution est et restera toujours de reporter la séance d'enregistrement si tant est que cela soit possible. Mais comment faire lorsque l'ajournement est complètement hors de question ? Bien sûr, il est toujours envisageable d'avoir recours à des outils de correction type Melodyne à l'occasion d'une séance d'édition. Ceci étant, pour rester dans l'esprit de la "philosophie" que nous défendons depuis le début de cette série, autant régler le problème dés à présent. Croyez-moi sur parole,  le résultat final n'en sera que plus naturel. De plus, ce sera du temps et de l'énergie de gagnés pour la suite de la production. Bref, une fois de plus, une manipulation judicieuse du retour casque de l'interprète peut vous aider à arrondir les angles…

Pour commencer, essayez de sensiblement baisser le volume global du retour. En effet, il a été scientifiquement prouvé qu'un volume sonore trop élevé entraine une perception biaisée de la hauteur d'une note, ce qui induit immanquablement des problèmes de justesse pour le chant. Le volume idéal semble osciller autour du niveau d'une conversation normale légèrement animée, soit entre 60 et 70 dB SPL.

Si cela ne suffit pas à corriger le tir, le deuxième réflexe à avoir se résume à la mise en avant des instruments mélodiques dans le playback. Comme je vous l'ai déjà dit la semaine dernière, cela ne se traduit pas par une augmentation du volume de ces instruments mais plutôt par la baisse du volume du reste de l'instrumentation.

Enregistrement-103Le problème persiste encore et toujours ? Ne vous inquiétez pas, il vous reste encore un bien bel atout dans votre manche : la simplification du playback. Pour ce faire, voici quelques recommandations :

  • Enlevez tous les instruments superflus, typiquement les ornementations mélodiques, les percussions additionnelles, etc. Tout ce qui n'est pas essentiel à la structure même du morceau peut dégager sans problème de façon à recentrer l'interprète sur la mélodie principale ;
  • Supprimez les éventuels choeurs car ces derniers peuvent faire dévier le chanteur de sa propre ligne de chant, surtout si le morceau est relativement nouveau pour lui ou bien lorsque ces choeurs ne sont pas habituellement présents lors des performances live ;
  • Les instruments saturés ne sont pas les meilleurs amis du chant. En effet, le principe même de la distorsion consiste à rajouter des harmoniques, ce qui peut éloigner le chanteur de la fondamentale… Moralité, essayez de mettre en retrait lesdits instruments autant que faire se peut au sein du playback ;
  • Il peut être judicieux de privilégier la mise en avant des instruments mélodiques oeuvrant dans le même registre que la voix afin de guider l'interprète, d'autant que ceux évoluant dans le bas et le haut du spectre sont rarement de bons indicateurs tonals pour ce dernier. En recentrant sensiblement le playback sur les instruments travaillant entre 200 Hz et 8 kHz, votre donneur de voix devrait percevoir la tonalité plus facilement ;
  • Faites attention au dosage de la réverbération et/ou du delay sur le retour voix car si cela peut être confortable pour l'interprète et l'aider à rentrer dans l'esprit du morceau, un réglage trop flatteur/généreux peut lui masquer ses problèmes de justesse et donc l'empêcher de se corriger.

Vous l'aurez compris, il ne faut surtout pas hésiter à tailler dans le playback, quitte à revenir au squelette de la chanson si nécessaire. Prenez toutefois garde à ne pas trop sous-mixer les éléments rythmiques au profit des instruments mélodiques car cela pourrait nuire au placement rythmique comme nous l'avons vu lors du précédent épisode. En outre, cela pourrait également compromettre l'engagement de l'interprète en termes "d'énergie", ce qui serait pour le moins mortifère vous en conviendrez.

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour un épisode explorant les dernières possibilités de manipulation du retour afin d'accompagner le chanteur.