close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Prise de Son & Mixage
Matériel Prise de Son & Mixage Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
  • settings_backup_restore
Le guide de l’enregistrement - 157e partie

Sélection de micros pour l’enregistrement du piano

Pour clôturer ce chapitre consacré à l’enregistrement du piano, je vous propose aujourd’hui une sélection de micros capables de retranscrire avec brio toute la complexité sonore de ce bel instrument.

Bien entendu, cette sélection n’est d’une part absolument pas exhaustive, car je ne connais bien évidemment pas la totalité des micros existants ; et d’autre part, elle est forcément subjective puisque reflétant mes goûts en matière de prise de piano. Ceci étant, elle pourra toujours servir de point de départ aussi valable qu’un autre pour qui débute. Sur ce, rentrons dans le vif du sujet.

Les micros piano pour les petits budgets

Commençons avec mes chouchous : les Oktava MK-012. Le rapport qualité/prix de ces beaux joujoux est tout bonnement imparable. Pour à peine plus de 500 € la paire, un couple d’Oktava MK 012 n’a pas à rougir face à d’autres modèles autrement plus dispendieux. Cerise sur le gâteau, les trois directivités permettent de faire face à bon nombre de situations, bien au-delà de la seule prise de piano.

Autre candidat de choix, une paire de Rode NT55. Un peu moins polyvalent que le couple précédent, les Rode NT55 restent tout de même intéressants pour qui souhaite un rendu plus précis dans le haut du spectre. Attention cependant, ils en deviennent parfois agressifs.

Oktava MK-012 : Oktava MK-012 (96081) RODE NT55 : RODE NT55 (13101)

Les micros piano pour les budgets moyens

Dans le milieu de gamme, les statiques à petite membrane Neumann KM 183 sont une solution très intéressante pour la captation stéréo de piano. Le son délivré est d’une grande précision, et ce, sans heurter l’oreille. Seul inconvénient, l’unique directivité omnidirectionnelle limite de fait l’usage de ce couple à certains types de prises.

Pour une solution plus « tout-terrain », une bonne vieille paire d’AKG C414 fera la blague. En effet, ce grand classique offre une large palette d’utilisations et peut faire des merveilles lors de l’enregistrement d’un piano. Notez toutefois que le format large membrane peut compliquer la tâche à l’heure du placement, en particulier dans le cas d’une prise de proximité.

Neumann KM 183 : Neumann KM183 AKG C414 : C414 brass 1

Les micros piano pour les gros budgets

Dans le haut du panier, j’ai une tendresse toute particulière pour les Schoeps CMC 6U équipés de capsules MK2. Le tarif n’est évidemment pas à la portée de tous, mais la qualité sonore délivrée est incroyable, surtout sur un piano. C’est clair et précis sans pour autant être froid. Si seulement j’étais riche, j’en posséderais déjà une paire rien que pour mon plaisir personnel !

En large membrane haut de gamme, le Neumann U 87 reste une valeur plus que sûre pour la captation piano. Le placement d’un couple ne devrait pas poser de problèmes malgré la taille des bestiaux, car si vous avez les moyens de vous en offrir une paire, vous avez certainement également les moyens pour avoir un assistant qui s’occupera de les placer pour vous !

Schoeps CMC 6 U : Schoeps CMC 6Ug (98180) Neumann U 87 : micro

Pour conclure

Deux petites remarques pour finir. Tout d’abord, vous avez peut-être remarqué que dans ce chapitre, je n’ai pas abordé la question du panoramique lors de l’enregistrement stéréo du piano. Il ne s’agit évidemment pas d’un oubli. Bien que n’ayant pas réalisé de sondage sur la question comme j’ai pu le faire pour le cas de la batterie, il me semble que les conclusions seraient identiques. Moralité, à vous de voir puisqu’il n’y a pas de règle absolue en la matière.

Enfin, je tenais à évoquer ici une dernière technique d’enregistrement du piano sur laquelle je ne vais pas m’étendre, car je ne l’ai personnellement jamais pratiquée. Cependant, de nombreux collègues m’en ont souvent dit le plus grand bien, cela vaut donc peut-être le coup de creuser la question de votre côté ! Il s’agit de l’utilisation de microphones PZM - « Pressure Zone Microphone » - soit « micro à zone de pression » en français. Ce genre de joujou ne subit que très peu l’effet de proximité et il est possible de les placer à l’intérieur du piano, alors pourquoi pas ? Si l’un d’entre vous à une certaine expérience de la captation piano avec des micros PZM, qu’il n’hésite pas à témoigner dans les commentaires de cet article !

Sur ce, rendez-vous au prochain épisode pour de nouvelles aventures !