close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Prise de Son & Mixage
Matériel Prise de Son & Mixage Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
  • settings_backup_restore

[Bien débuter] Quel format d’enregistrement ? - forum Prise de Son & Mixage

Arf, j'arrive pas à retrouver cette vidéo ou cet article, mais il y a eu récemment une démonstration avec des plugs UAD, mesures à l'appui, qui indiquerait que globalement, certains plugs ont un bien meilleur comportement avec des fréquences d'échantillonnage élevées.
Si qqn a ça sous la main ce serait intéressant de le poster ici.
Sur toutes les machines.
Les constructeurs d'ADC sont pragmatiques et ne vont pas implémenter pour tes beaux yeux 10 filtres qui ne servent à rien. Donc ils suivent les recommandation de l'AES pour 48kHz et ses multiples > filtre à 20kHz et pour 44.1kHz et ses multiples > filtres en gros à 18kHz.
Les fréquences supérieures ne servent qu'aux sur échantillonnages.

Il n'y a rien de complexe. Le temps ou l'on étudiait les possibilités techniques des CAN date des années 50, 60 et début 70.

'Tiendre' une partie des solutions techniques, même les constructeurs de ton système d'acquisition n'ont pas accès à la sélection du filtre.
http://www.analog.co…audio-codecs.html
Aucun n'est alignés sur le 44.1kHz et ses multiples, fréquence d’échantillonnage caduque depuis bien longtemps pour AD.
Tu remarqueras en fin de liste les convertisseurs de 64kHz de la norme radio qui eux servent.
Ça serait intéressant de savoir, parceque l'histoire de la place que ca prend en plus sur le disque n'est pas vraiment un problème de nos jours, le problème c'est plutôt pour les gens comme moi qui utilise l'UAD, c'est à cause de ça que je fait tout en 44,1 et que j'ai jamais essayé un mixage en 96 pour comparer
Pour la résolution, il y avait pas aussi une histoire de niveau de référence, comme quoi le 0dBfs correspondait à peu près à -18dBVU, et que du coup si on est proche du 0dBfs en enregistrement on sature la partie analo du converto, d'où un autre intérêt du 24bit?
Citation :
De même que je n'ai jamais perçu de dégradation sonore après une conversion de wav vers MP3 au-delà de 192 Kbps. En général, je convertis mes morceaux en MP3 à 320 Kbps et là, j'ai du mal à croire que qui que ce soit puisse dire avec certitude, "ça c'est du MP3, ça s'entend".

On avait fait (enfin, un membre avait lancé) un blind test sur AF pour déceler le MP3 bien encodé (précision importante) du wav.
Au delà de 192 kbps, en effet, trop peu de gens tombaient juste pour que ça puisse se différencier du "coup de bol".

Cela ne veut pas dire qu'il faille travailler avec un mp3 en cours de process. Le mp3 implique une destruction de données. Lorsqu'on manipule ensuite le son, on risque d'amplifier cette destruction ou la destruction risque de ressortir.

Même si c'est toujours hasardeux, on peut faire une analogie avec l'image. Le JPEG est aussi un format compressé destructif sur le même principe que le MP3. C'est à dire qu'un algorithme détecte les données qui ne sont pas nécessaires à la qualité de l'image et les supprime.
Par exemple, si vous avez une image avec beaucoup de blanc pur (ou de noir pur), ça ne sert à rien de stocker la valeur de couleur de chaque point. On enregistre une information commune à toute la zone.
Plus on choisit un taux de compression élevé, plus l’algorithme considérera que des couleurs similaires sont identiques.
Dans beaucoup de cas, on peut ainsi obtenir des images très légères sans que la dégradation ne soit visible.

Là où ça se gâte, c'est quand on commence à traiter l'image. Si on l'éclaircit ou l'assombrit, qu'on change le contraste, la saturation, alors on a vite des artefacts qui apparaîssent.

C'est le même problème avec le mp3 : s'il s'agit juste de le lire, pas de souci. Mais si on empile les traitements, c'est là qu'on risque de créer des artefacts.

Je me pose d'ailleurs la question concernant la fe. Tant qu'il ne s'agit que d'enregistrer et reproduire le son, une fe de 44.1 ou de 48 est certainement suffisante. Elle suffit aussi sans doute pour recevoir tous les traitements classiques de mix : compression, égalisation pas trop bourrine...

Mais quand on commence à manipuler fortement le son, est-ce qu'il n'est pas préférable d'avoir une fe supérieure ? Je pense notamment à l'étirement temporel et au changements de hauteur.

A noter aussi que travailler à une fe supérieure permet d'abaisser la latence. On s'en fout en enregistrement et en mixage, mais quand on bosse avec des instruments virtuels, ça peut compter.
Citation :
Arf, j'arrive pas à retrouver cette vidéo ou cet article, mais il y a eu récemment une démonstration avec des plugs UAD, mesures à l'appui, qui indiquerait que globalement, certains plugs ont un bien meilleur comportement avec des fréquences d'échantillonnage élevées.
Si qqn a ça sous la main ce serait intéressant de le poster ici.

Pour moi le plus flagrant ce sont les reverb VST qui en générales sonnent beaucoup mieux en 96kHz, le son en générale me semble plus précis aussi, il est à savoir aussi qu'en export audio à la fin du mixage il est préférable d'enregistrer le projet en sortie ADAT directement, je trouve qu'il y a moins de perte qu'un export à partir de son DAW préféré à cause des somations des mélanges de pistes, (en tout cas il y en a sur Ableton live) il y a comme une baisse de qualité.
Citation de Will Zégal :
Mais quand on commence à manipuler fortement le son, est-ce qu'il n'est pas préférable d'avoir une fe supérieure ? Je pense notamment à l'étirement temporel et au changements de hauteur.

À partir du moment où tout a été capturé au travers d'interfaces qui ont des filtres qui élaguent tout au-delà de 20kHz, il suffit d’échantillonner à 40kHz pour avoir toute l'info. Donc si tu travailles à 48, 96, ou 192kHz, ça ne rajoute pas d'infos dans le signal. Le signal reconstruit en sortie sera le même.
Pour l'effet lui-même, il peut être intéressant de travailler en interne avec un sur-échantillonnage. Mais si l'effet fait son propre sur-échantillonnage, ça marche aussi bien que si toute la chaîne travaille à fréquence plus élevée, et ça consomme moins de ressources.
Après, il y a les cas particuliers où la source ne vient pas d'un enregistrement audio, genre tu as un synthé logiciel qui génère exprès des ultrasons, puis tu passes le tout dans un pitch-shifting pour le redescendre dans les fréquences audibles. Je ne sais pas quelle utilité ça a, mais celui qui fait ça, je pense qu'il est assez calé pour savoir à quelle fréquence il doit travailler.

Pas besoin d'ultrasons. Le fait de manipuler pitch et time permet de créer des textures sonores originales.
Citation de Will Zégal :
Pas besoin d'ultrasons. Le fait de manipuler pitch et time permet de créer des textures sonores originales.

Si tu n'utilises rien au-dessus de 20kHz (= ultrasons), la fréquence d'échantillonnage du projet ne devrait rien changer.
Pour un algo de pitch shifting, il est possible que la fréquence d'échantillonnage que l'effet utilise en interne ait une influence, mais si c'est le cas, un plugin bien fait doit faire son propre sur-échantillonnage et ne pas se reposer sur la fréquence du projet.
Citation de klr22222 :
Donc ils suivent les recommandation de l'AES pour 48kHz et ses multiples > filtre à 20kHz et pour 44.1kHz et ses multiples > filtres en gros à 18kHz.

Tous les tests d'interfaces sur AF trouvent d'autres fréquences de coupure.

Citation de klr22222 :
Il n'y a rien de complexe. Le temps ou l'on étudiait les possibilités techniques des CAN date des années 50, 60 et début 70.

Je ne suis pas un génie désolé.

Citation de klr22222 :
'Tiendre' une partie des solutions techniques, même les constructeurs de ton système d'acquisition n'ont pas accès à la sélection du filtre.

Alors qui ??? ;-)

Citation de klr22222 :
Aucun n'est alignés sur le 44.1kHz et ses multiples, fréquence d’échantillonnage caduque depuis bien longtemps pour AD.
Tu remarqueras en fin de liste les convertisseurs de 64kHz de la norme radio qui eux servent.

Tu confonds fréquence maximale possible et fréquences permises.
Mais imaginons que je sample un son en 44 kz.
La fréquence maximale enregistrée est donc de 22 Khz. (Shannon et Nyquist)
Je décide d'utiliser le son comme sample et de le pitcher 3 octaves plus bas (donc durée multipliée par 8).
La fréquence maximale présente dans le résultat sera donc du 2250 Hz. (Aïe...)

Aurais-je eu intérêt à sampler en 192 Kz ? Aurais-je ainsi pu récupérer des informations dans les aigus ?

Sujets les plus actifs dans "Prise de Son & Mixage"

Les dernières questions dans "Prise de Son & Mixage"