close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Prise de Son & Mixage
Matériel Prise de Son & Mixage {{currentManName}}swap_horiz Selectionner
une Marque
Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
  • settings_backup_restore

[Bien débuter] De l’importance de la pré-production - forum Prise de Son & Mixage

Moi je suis pour à 100% de répéter au casque ou in-ears mais les vielles habitudes ont la dent dure.. Je fais un travail de fond avec 2 de mes projets pourça car les locaux où nous répétons sont pourris point de vue acoustique...
J'y arriverai, un jour :-D :-D
Citation de ReNo Mellow :
Ca veut dire qu'à ton prochain concert, tu ne joueras pas le morceau, parce que l'instant T magique, t'es plus capable de le rejouer???

Triste.



Je donne mon avis à la question pour mixman76 ,
Le travail en studio n'a pas obligation d'être reproductible sur scène, ce n'est pas parce-qu’un passage ne peut pas être rejoué que le morceau serra mort pour la scène.
C'est même une étape courante que de réécrire pour la scène, sans que ce soit de la triche ou quoi que ce soit de malhonnête, tu en tire une version « studio » et une version « live ».
Quelque soit les moyens utilisés l'album studio offre ta musique enregistré sans public et des libertés musical et technique que tu ne pourras pas avoir pour la scène, la scène ou album « live » ce doit d'offrir un spectacle au public, l’approche n'est pas la même que celle du studio.
En partant d'un album studio, pour la scène tu as la liberté de changer la longueur d'un morceau, suprimer, ajouter, faire intervenir des musiciens et des instruments extérieur à l'album studio, bref décliner sous différentes formes pour la mise en scène et la scénographie en relation direct avec le public tout en reprenant les morceaux pour qu'il soit jouable, perso je ne vois aucun mal à ça.
J'irai même jusqu'à écrire que l'on se doit de palier l'incapacité technique à reproduire à l'identique la finesse et la subtilité d'une production Studio par un surcroît d'énergie et d'émotion en live.
Citation :
Je donne mon avis à la question pour mixman76 ,
Le travail en studio n'a pas obligation d'être reproductible sur scène, ce n'est pas parce-qu’un passage ne peut pas être rejoué que le morceau serra mort pour la scène.
C'est même une étape courante que de réécrire pour la scène, sans que ce soit de la triche ou quoi que ce soit de malhonnête, tu en tire une version « studio » et une version « live ».


J'en suis bien conscient, mais si un moment est si magique au point de ne pas pouvoir le réenregistrer, c'est que c'est un moment important du morceau qu'on va éviter de sucrer en live...

Encore une fois, je me répète, on peut très bien avoir chacun des approches différentes, mais si un article et un forum ont pour but de conseiller, il se semble important de mettre en avant les méthodologies les plus professionnelles possible. On pourra toujours trouver une exception à chaque chose, mais ca n'en fait pas une vérité.

Ce sujet ressemble au bon vieux débat sur le métronome.

Doit-on enregistrer sur un click lors d'une approche de dub et overdub?

Tu vas toujours tomber sur un batteur ou un gratteux qui va te dire : oui mais non parce que la musique doit être vivante, blablabbla...

Non, la façon la plus professionnelle de faire, c'est d'enregistrer sur un click. Ton click peut varier 250 fois de tempo et/ou de signature rythmique, si artistiquement c'est justifié, mais c'est TOUJOURS bénéfique d'enregistrer au click, les plus grands musiciens le font quotidiennement, c'est qu'il y'a une raison.

La totalité des personnes que j'ai rencontrée qui refusaient d'enregistrer sur un click étaient en réalité des personnes qui ne SAVAIENT pas jouer sur un click... ils trouvaient des excuses et des exceptions toujours de plus en plus douteuses pour tenter de se rassurer.

Je suis le premier ravi que la production musicale se démocratise et permettent à n'importe qui de s’éclater et de se faire plaisir, mais il faut savoir admettre que producteur, musicien, ingénieur du son, mixeur, sont des métiers et que ces métiers impliquent une méthodologie et une garantie de résultats.

Le musicien du dimanche à tous les droits, et c'est très bien, mais je ne pense pas qu'il faille en faire un étalon de mesure et un nouveau standard à suivre.

Citation :
J'irai même jusqu'à écrire que l'on se doit de palier l'incapacité technique à reproduire à l'identique la finesse et la subtilité d'une production Studio par un surcroît d'énergie et d'émotion en live.


là je suis d'accord, mais c'est pas la même chose que de zapper une partie parce qu'on est même pas foutu de la rejouer.
Citation :
J'en suis bien conscient, mais si un moment est si magique au point de ne pas pouvoir le réenregistrer, c'est que c'est un moment important du morceau qu'on va éviter de sucrer en live...


Non, c'est comme l'instant magique en live que tu n'arriveras jamais à réenregistrer en studio.
C'est comme ça, il y a des instants qui ne sont pas reproductibles, nous ne sommes des machines.


Citation :
Ce sujet ressemble au bon vieux débat sur le métronome.


Je ne comprend pas vraiment la comparaison avec ce qui est dit, après si t'aime bien interpréter l'instant magique du métronome, chacun ses choix. :lol:

Citation :

Le musicien du dimanche à tous les droits, et c'est très bien, mais je ne pense pas qu'il faille en faire un étalon de mesure et un nouveau standard à suivre.


Vivement lundi :bravo: euh qui a parlé de musicien du dimanche à part toi? :|

Citation de ReNo Mellow :
Citation :
La musique étant une activité artistique, bien souvent un instant T " magique" sera bien difficile à reproduire et c'est souvent quant on "découvre" son morceau qu'il soit écrit ou pas avant, que ces instant apparaissent et que l'on est bien vert de rage que la prise soit pourrie.


Ca veut dire qu'à ton prochain concert, tu ne joueras pas le morceau, parce que l'instant T magique, t'es plus capable de le rejouer???

Triste.


Non pas du tout rien a voir avec la technique, le boulot en live c'est autre chose, ça se bosse spécifiquement, c'est juste un gros gain de temps en studio, la tu as ta prise direct, si son pourri, faut re bosser le feeling que tu as eu, puis préparer le rec propre ;) mais tu le sais bien, tu aura beau jouer 40 fois le passage, 40 fois il sera legerement different, y'a jamais un concert pareil ou un rec pareil, normal, c'est une photo d'un instant "T"
Hors sujet :

Citation :
Citation de ReNo Mellow :
Ce sujet ressemble au bon vieux débat sur le métronome.



Je ne comprend pas vraiment la comparaison avec ce qui est dit, après si t'aime bien interpréter l'instant magique du métronome, chacun ses choix.


Je sais que c'est dimanche pour tout le monde, je ne peux pas te répondre comme ça sans effort, ça manque d'honnêteté. ;)
T'aime bien le débat, pour le métronome il n'y en a pas.
Le métronome est un instrument, il sert principalement à l'étude, généralement le musicien l'utilise à tempo lent pour travailler son morceau et va progressivement accélérer jusqu'à ce qu'il arrive à jouer le morceau à la bonne vitesse, après il va supprimer le métronome et vérifier en chronométrant le morceau et constater la bonne vitesse ou pas sans métronome, un temps trop long = trop lent, trop court = trop rapide, et ce jusqu'au moment ou il arrive à jouer régulièrement à la bonne vitesse sans métronome.
Comme les petites roulettes du vélo quoi, à un moment on les enlève.
Un métronome ancien comprend les termes en italien, pas uniquement le nb de pulsation numérique.
Et c'est ce qu'on va retrouver annoter sur la partition, la précision n'est pas la même que celle en nombre de pulsation, ça demande l'interprétation du musicien, ce même musicien qui au bout de quelques années d'études n'a plus besoin de métronome pour savoir à quelle vitesse il joue et à quelle vitesse un morceau est joué juste en l'écoutant.




En studio le métronome sert essentiellement à la synchronisation et au minutage pour de la musique qui en a besoin, à partir de là, une seul piste synchronisé permet d'avoir un repère temporel pour les musiciens, ça peut être un clic, un métronome ou tout autre instrument, voir plusieurs
Dans certain cas la régularité d'un musicien peut suffire.
Il existe aussi de la musique qui se joue sans métronome, et là ça ne sert à rien, c'est totalement contraire d'imposer un métronome.
Voilà, la musique et le travail de studio vont un peut plus loin que de dire il faut absolument utiliser un métronome, un clic ou autre, c'est quelque chose qui se réfléchi en fonction de ce que tu fais et de la musique elle même.
Citation de mixman76 :
Citation de ReNo Mellow :
Citation :
La musique étant une activité artistique, bien souvent un instant T " magique" sera bien difficile à reproduire et c'est souvent quant on "découvre" son morceau qu'il soit écrit ou pas avant, que ces instant apparaissent et que l'on est bien vert de rage que la prise soit pourrie.


Ca veut dire qu'à ton prochain concert, tu ne joueras pas le morceau, parce que l'instant T magique, t'es plus capable de le rejouer???

Triste.


Non pas du tout rien a voir avec la technique, le boulot en live c'est autre chose, ça se bosse spécifiquement, c'est juste un gros gain de temps en studio, la tu as ta prise direct, si son pourri, faut re bosser le feeling que tu as eu, puis préparer le rec propre ;) mais tu le sais bien, tu aura beau jouer 40 fois le passage, 40 fois il sera legerement different, y'a jamais un concert pareil ou un rec pareil, normal, c'est une photo d'un instant "T"


Je vais te donner un exemple concret perso en mode noooon ! mais pourquoi !!! : Groupe + chorus gtr de mon ancien collègue sur une bossa jazz, une version maquette et une version pre def à finir, quelles prises tu garderai si tu le pouvais et pourquoi ?
maquette à 04:02 = https://soundcloud.com/valerio-vidal/evolution-version-maquette
def à 04:02 = https://soundcloud.com/valerio-vidal/evolution
Citation de ʘo. :
Citation de Will Zégal :
Personnellement, je n'aime pas avoir trop d'options, car j'ai beaucoup de mal à jeter. J'ai alors tendance à vouloir tout rentrer dans le morceau, ce qui est rarement le mieux.


Comme quoi on est tous différents, là ou d'autre vont développer des techniques de pêche très élaborées je jette et refais un café quand un poil tombe dedans.
Pour la musique je suis pareille, je préfère garder le meilleur et jeter le reste sans me poser de question,aucune place au regret, aucun sentiment.

Justement. Pour sélectionner le meilleur, moi, j'ai besoin d'une étape du genre pré-prod.
Lorsque je suis en phase de création, je cherche plein de pistes différentes. Il y a des trucs qui ne marchent pas, d'autres qui déchirent. Les trucs qui ne fonctionnent pas sont vite jetés. Les trucs bien, ben il faut bien sélectionner ce qu'on va garder et ce qu'on va balancer. Une des façons de le faire est de faire des "brouillons" avec les différentes solutions. Il devient alors souvent évident à l'écoute de ces brouillons quel est le meilleur truc à garder.

Certes, cela prend plus de temps. Mais les morceaux dans lesquels j'ai utilisé ce processus sont meilleurs.

Après, certains sont peut-être capables de faire ce processus de tête ou de s'en passer. C'est une chance car ils gagnent du temps. Moi, pas.
Ou alors ils ne cherchent pas plein de trucs et s'arrêtent dès qu'ils ont trouvé un truc bien, sans explorer d'autres pistes. Auquel cas, la préprod est vite faite.
Difficile pour moi de parler exclusivement de pré-production, dans le sens que je progresse en conservant ce qui est bon, aussi je n'attend pas d'avoir tout le morceau pour commencer à enregistrer correctement si pour la suite je sais déjà que je peux reproduire les mêmes conditions.

Si tu veux il y a des décisions que je prend très top et qui ne bougent plus, par exemple pas besoin de tergiverser pendant des heures sur comment prendre la voix ou une guitare, tout comme un preset de synthé tu peux commencer à bosser avec à partir du moment où tu sais ce que tu veux comme son, ok il faut assumer de conserver le truc du début à la fin, pas facile...

Je travail suivant des méthodes que j'ai principalement appris et développées en binôme, en situation où il y en a un qui possède le morceau, sa musique et l'autre travail dessus pour voir ce qu'il a à apporter sans s’approprier la musique de l'autre, pour ça un simple échange de fichier mp3 permet de progresser.

En gros, en travaillant seul, j'ai un projet principal, c'est le même projet qui est mené jusqu'à la finalisation, à côté j'ai des projets annexes/ satellites qui me permettent de bosser uniquement des passages bouncés du projet principal grossièrement mixé, je m'impose deux espaces de travail différents.
Je peux dire que le projet principal constitue au départ la trame au sens littéraire, c'est aussi là que se forme la structure du morceau, la durée, etc... En annexe, je travail les sons, les notes, le rythme, etc..
Fur et à mesure j'amène le travail annexe que je monte et mix dans le projet principal, une peu comme un enchaînement de scène que constitue un film.
Je vais encore pouvoir ajuster, régler, légèrement modifier et effectuer les changement intéressant mais normalement je n'ai pas besoin de refaire la scène, le travail comparatif entre différentes options a déjà été fait à partir du bounce du projet principal et donne une direction, tant que j'ai de l'encre et des feuilles je peux imprimer autant que je veux et découper, dessiner, écrire, raturer dessus... sans avoir à toucher au propre, c'est cette notion qui me fait avancer.
Bien entendu ce que je fais ne s'applique sans doute pas à toutes les situation et à tout le monde.