LiveRendez-vous demain, jeudi, à 12h pour le 27e numéro des "Pieds dans le patch" avec Marion Delpech de PWFM !
close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Prise de Son & Mixage
Matériel Prise de Son & Mixage {{currentManName}}swap_horiz Selectionner
une Marque
Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
  • settings_backup_restore

[Bien débuter] Le confort du chanteur (3e partie)

Le confort du chanteur (3e partie)
Troisième et dernier volet de notre chapitre consacré au confort du chanteur lors des prises de voix. Aujourd'hui, nous allons nous pencher pour la première fois sur le cas du matériel utilisé. Toutefois, avant d'aborder concrètement la question du "matos" sous un angle purement technique, il convient en premier lieu de s'attarder sur son aspect pratique du point de vue de l'interprète afin de lui permettre de donner le meilleur de lui-même…

Lire l'article
 


Ce thread a été créé automatiquement suite à la publication d'un article. N'hésitez pas à poster vos commentaires ici !
Trop fort, quelle inventivité !
Pour certains rappeurs, c'est devenu une évidence pour moi après quelques essais infructueux derrière un statique sur pied. Même solution que Nantho adoptée depuis longtemps. Parfois même, pas de statique du tout. Après tout, un SM58 peut délivrer le genre de son que souhaite l'artiste s'il est branché dans un bon préamp. Et après tout, la qualité de la performance compte beaucoup plus que la qualité sonore intrinsèque. Sans compter que certains savent vraiment jouer avec l'effet de proximité d'un 58 et l'utiliser comme un véritable instrument ou effet en complément de leur timbre de voix.

Ceci dit, tout dépend aussi du cadre de la collaboration. Sur un travail ponctuel, il faut être efficace, mais sur des collaborations plus longues, cela peut valoir le coup de faire comprendre à l'artiste l'intérêt d'employer des moyens plus académiques pour un meilleur résultat et pas mal de musiciens sont capables de comprendre les exigences du studio et de s'y plier sans que leur prestation y perde trop. Même des chanteurs ! :-D

J'en ai d'ailleurs vu qui, n'ayant encore jamais été confrontés à l'enregistrement par un bon statique dans une bonne acoustique et d'une écoute sur de bonnes enceintes (et un retour dans un bon casque), étaient littéralement boostés par le plaisir procuré par cette qualité (et ce que ça laissait envisager comme résultat final) ce qui leur faisait sortir des prestations de plus haut niveau qu'ils n'en faisaient habituellement, m'ont-ils dit. Et se montrer d'ailleurs très exigeants avec eux-même.

Comme quoi, il n'y a pas de règle.

Car il ne faut pas non plus oublier que pour la plupart des musiciens peu habitués au studio, leur venue, si elle peut donner de l'appréhension, est aussi un moment d'enthousiasme car enregistrer est pour beaucoup un aboutissement. Ils ont donc envie de donner le meilleur d'eux-même et de faire en sorte que ce qui sortira des séances soit le meilleur possible.
Cet enthousiasme aide à les amener à faire les choses dans les règles de l'art tout en se pliant aux contraintes inhabituelles. Ils sont théoriquement psychologiquement préparés à rencontrer de l'inconnu en allant enregistrer.
Bon article Nantho :bravo:
Je suis d'accord avec tout ce qu'a dit Will, même si Nantho à raison sur le fait de trouver des solutions techniques mon expérience perso (en tant que musicien puis en tant que "producteur") m'a montré que lorsqu'on enregistre on sait très bien qu'on devra se plier à certaines contraintes techniques. Je n'ai jamais rencontré de résistance à ce niveau là, les artistes sont plutôt enthousiastes et volontaires, mais il est vrai que j'ai une toute petite expérience en amateur.


Et là Nantho, combien tu mets de micros :mdr: :mdr:
Quoique.... certains fabricants de micro semblent avoir prévu le coup :(((

:mdr: :mdr: :bravo:

Ayant souvent enregistré en Afrique des chanteuses ou des chanteurs n'ayant jamais vu un micro de près, j'utilise des "micros-cravatte". L'avantage est d'avoir un réglage qu'il ne faut pas modifier selon les mouvements du chanteur, qui a l'entière liberté de son expression corporelle. La seule difficulté est de bien positionner le micro pour avoir le moins possible de repisse.