close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Synthés à modélisation analogique en rack
Matériel Synthés à modélisation analogique en rack {{currentManName}}swap_horiz Rolandswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down

Test du Roland JP-08

Jupiter de poche
Dévoilée à la rentrée, la nouvelle série Boutique de Roland propose d’emblée trois mini-synthés numériques modélisant des références vintage de la marque. Au menu de ce test, le JP-08.

Small is beautiful. C’est incontestablement le mot qui circule dans les départements R et D des fabricants de synthés ces dernières années. Le MiniBrute d’Arturia a ouvert un segment de marché où les non-claviéristes, qu’ils soient MAOistes, guitaristes, bassistes, DJ ou encore chanteurs, se sont vu proposer une offre innovante de synthés plus compacts, plus mobiles, plus directs, plus économiques… avec beaucoup moins de touches que le standard, puis des touches plus petites, ce qui n’a pas manqué de faire râler les habitués de la voltige au clavier, entre 61 et 88 touches. Les réactions furent et demeurent vives, voire extrêmes, certains parlant de « fin d’une époque », de « n’importe quoi » et même d’« arnaque » !

Ce constat de changement de paradigme nous renvoie au concept de destruction créatrice de Schumpeter : l’innovation est précédée d’une période de destruction. Cela s’est produit maintes fois, il y a un bout de temps déjà : l’imprimerie a laminé les moines copistes, la lampe à incandescence a soufflé la bougie, la photo numérique a virtualisé l’argentique… Sera-ce le sort réservé aux grands synthés ? C’est ce que semble nous dire Arturia (MicroBrute), puis Korg (MS20 mini / ARP Odyssey) et tout récemment Yamaha (Reface DX, CS, CP, YC). C’est maintenant au tour de Roland de s’y mettre, proposant sa propre vision du micro synthé autonome, présenté dans sa nouvelle Boutique, avec pas moins de trois modules accompagnés de leur station d’accueil, modélisant trois synthés vintage de légende : le JP-08 (Jupiter-8), le JU-06 (Juno-106) et le JX-03 (JX-3P & PG-200). Après l’ultrabook, le segment de l’ultrasynth s’installe… mais pour le moment, déballons le JP-08.

Mini module

Les 3 synthés Boutique partagent la même conception, sous forme de module ultra compact (300 x 128 x 46 mm pour moins de 1 kg), pouvant être monté dans une station d’accueil (voir encadré). Certains prétendent à distance que ce sont des gadgets, ceux qui les auront en main diront tout le contraire : une plaque de métal pliée très solide entoure la machine (devant, dessus, derrière). Seuls le dessous et les côtés sont en plastique.

Roland JP-08

Les commandes sont de bonne facture et agréables à manier : potentiomètres et curseurs linéaires bien ancrés, boutons lumineux francs. Certes, elles sont très serrées et on pourrait craindre que la course des curseurs (10 mm) soit trop juste, mais on se rend compte à l’usage que la précision est tout à fait correcte, d’autant que la résistance est parfaite. Qui plus est, les curseurs sont rétro-éclairés en leur extrémité, idéal pour les lieux obscurs.

La prise en main est immédiate, car la grande majorité des paramètres est directement accessible en façade. Le reste se fait en combinaison avec les touches [Dual] ou [Manual] ; cela concerne essentiellement les fonctions du séquenceur ou les réglages globaux, tels que l’accord global, le canal MIDI, la transposition d’octave (-4 / +5) ou par demi-ton, la courbe de réponse à la vélocité (assignée au volume uniquement) ou le tempérament de jeu via le ruban de Pitch bend ; cela concerne aussi quelques paramètres de synthèse additionnels mémorisés avec les programmes : temps de portamento, mode de jeu (solo / unisson / poly) et effet délai. Dommage que le constructeur n’ait pas sérigraphié ces fonctions sur la façade, il restait de la place pour cela.

Bien accueilli

Si les trois modules de la série Boutique peuvent être pilotés via MIDI ou USB, on peut aussi les insérer dans un mini-clavier de commande spécifique faisant office de station d’accueil : le K-25m (308 x 209 mm pour 700 grammes). Le module se fixe dans les flancs métalliques du K-25m avec un système d’axes métalliques bien solides. Un support escamotable permet d’incliner le module suivant 3 angles. Il ne reste plus qu’à connecter la nappe souple du K-25m au module via un petit connecteur 16 broches pour pouvoir le jouer avec le clavier intégré. Celui-ci possède 25 mini-touches (2 octaves) sensibles à la vélocité ; leur réponse est correcte et leur débattement confortable. L’absence de prise pédale risque de manquer à certains, puisque la station d’accueil est dépourvue de connectique (hormis la nappe de liaison). Nous apprécions au final ce concept très intelligent de module avec station d’accueil optionnelle, formant ainsi un synthé 100 % autonome pour ceux qui s’accommodent du petit clavier !

Le JP-08 reprend la quasi-intégralité des commandes et la charte graphique du JP-8, mais cette fois sur 2 rangées : LFO et VCO en haut, VCF, VCA et enveloppes en dessous. La rangée inférieure est composée de boutons lumineux, permettant de gérer les programmes, les séquences et les fonctions globales. L’afficheur central à 2 diodes 7 segments permet de visualiser le numéro de programme, mais rien d’autre. À gauche, on trouve deux rubans d’expression avec rappel et rétro-éclairage latéral suivant la position (délicate attention), l’un pour le Pitch bend, l’autre pour la modulation ; le premier permet également la pré-écoute des sons lorsque rien n’est connecté à la machine, avec choix du tempérament parmi 16 types prédéfinis.

La connectique, située à l’arrière, est commune à la série Boutique : interrupteur secteur, port USB type micro B (alimentation, MIDI et audio), mini potentiomètre de volume, sortie casque, sortie ligne, entrée ligne (routée directement vers les sorties audio analogiques / USB, pour cascader plusieurs modules) et entrée / sortie MIDI au format DIN. Toute la connectique audio est au format mini-jack stéréo. En dessous du module, on trouve un petit HP (dont nous reparlerons) et une trappe pour insérer les 4 piles AA-LR6 fournies (à défaut d’un cordon micro USB / alimentation secteur non fourni). En conjonction du petit HP et du ruban de Pitch bend, elles rendent le synthé totalement autonome, du moins pendant les 6 heures annoncées par le constructeur.

ACBien mieux

Dès les premières notes, le JP-08 nous met une bonne claque. D’abord, parce que les niveaux audio sont élevés. D’ailleurs, ceux qui utilisent un casque pour lecteur MP3 / smartphone ont intérêt à réduire le volume avec le petit potentiomètre idoine situé à l’arrière ! Outre un mode manuel, la machine propose 64 mémoires (reprenant pour partie les sons du JP-8) et 8 Presets (combinaisons de sons en mode Whole ou Dual). À ce propos, on ne peut pas séparer deux sons comme sur le JP-8 : soit on en joue un, soit on en empile deux. Aucun doute que le JP-08 soit une modélisation de JP-8, non seulement au niveau des commandes, mais aussi sur le plan du son. Le JP-8 est un synthé polyvalent, aussi à l’aise dans les basses, les nappes et les cuivres, que dans les strings, les leads et les grosses synchros. Des VCO discrets, un filtre passe-bas très linéaire (certains disent « trop parfait » ou « trop neutre » ou « dépourvu de caractère », passons…), des enveloppes qui claquent…

Roland JP-08

On retrouve cette polyvalence et ce grain dans le JP-08. Nous proposons d’ailleurs un petit quiz « oué le jipé ? » : 5 sons assez proches joués au JP-8 et au JP-08, mais dans quel ordre ? Postez vos réponses dans les commentaires sur le test… Ce qui nous a le plus plu, c’est la qualité de la modélisation ACB reproduisant des imperfections de l’analogique, avec une fluidité remarquable des commandes continues. Plutôt que simplement simuler le désaccordage des VCO (de manière plus ou moins grossière comme c’est le cas sur d’autres synthés), l’ACB émule les subtiles variations entre les voix d’un polyphonique vintage quand on les alterne ou répète : ici un léger Detune, là une ouverture de filtre qui change, ici une enveloppe qui produit un clic, là une PWM qui accroche un peu… franchement c’est bluffant et très appréciable sur un synthé polyphonique ! Lorsqu’on débranche la sortie audio ou casque, le petit HP intégré est activé : autant le dire tout de suite, ses 0,5 W et sa position à l’arrière ne lui permettent pas de briller. Très vite, il sature et peine à restituer les aigus et surtout les graves. Il est loin du niveau des 2 x 2 W + Bass Reflex des Reface de Yamaha, mais permet aux synthés Boutique de rester sous la barre des 5 V / 500 mA de consommation, synonyme d’alimentation via USB. On ne peut pas tout avoir…

JP 08 1audio quizA
00:0000:33
  • JP 08 1audio quizA 00:33
  • JP 08 1audio quizB 00:23
  • JP 08 1audio quizC 00:24
  • JP 08 1audio quizD 00:30
  • JP 08 1audio quizE 00:22
  • JP 08 1audio 11 00:17
  • JP 08 1audio 15 00:13
  • JP 08 1audio 16 00:09
  • JP 08 1audio 21 00:11
  • JP 08 1audio 31 00:16
  • JP 08 1audio 32 00:19
  • JP 08 1audio 35 00:18
  • JP 08 1audio 36 00:24
  • JP 08 1audio 38 00:11
  • JP 08 1audio 46 00:21
  • JP 08 1audio 54 00:17
  • JP 08 1audio 61 00:13
  • JP 08 1audio 62 00:16
  • JP 08 1audio 72 00:10
  • JP 08 1audio 73 00:11
  • JP 08 1audio 80 00:11
  • JP 08 1audio 81 00:10
  • JP 08 1audio 88 00:11

Cœur ouvert

Roland JP-08

Le JP-08 est un synthé numérique à modélisation analogique (un VA) polyphonique 4 voix et bitimbral (mode Dual uniquement, pas de Split, on l’a dit). On peut jouer les 4 voix en polyphonie, monodie ou à l’unisson (sans accès au Detune entre les voix). En polyphonie, il n’y a pas de vol des voix, c’est un peu ballot. En mode Dual, 2 voix sont empilées donc la polyphonie est réduite à 2 notes. Le JP-08 modélise les 36 paramètres de synthèse du JP-8 sorti en 1981 (synthé analogique polyphonique 8 voix bitimbral, capable de fonctionner en Split / Dual), auxquels il apporte quelques fonctions supplémentaires, à savoir une onde sinus pour le premier oscillateur, une tessiture étendue pour les deux oscillateurs et des formes d’onde triangle et bruit pour le LFO. Le son est généré par 2 oscillateurs accordables de 2 à 64 pieds (par octave pour le premier et par demi-ton pour le second), avec Detune, Cross Modulation (pour générer des effets spéciaux métalliques) et synchronisation. Le premier oscillateur offre 6 formes d’onde : sinus, triangle, dent de scie, impulsion variable, carré et bruit blanc. Le second se contente des ondes sinus, dent de scie et impulsion variable, mais propose ces trois formes d’onde en version basse fréquence, utile pour les intermodulations d’oscillateurs. Les largeurs d’impulsion peuvent être modulées par le LFO ou une enveloppe (Env-1), ou encore réglées à la main. Le Pitch (de chaque oscillateur ou des deux) peut également être modulé par le LFO ou une enveloppe (Env-1).

Le signal des deux oscillateurs est mélangé dans une balance puis passe dans un filtre passe-haut statique, suivi d’un filtre passe-bas résonant 2 ou 4 pôles, qui s’arrête à la limite de l’auto-oscillation, comme sur le JP-8. La fréquence de coupure peut être modulée par le LFO, l’une des deux enveloppes et le suivi de clavier. La résultante passe alors dans un ampli, dont on peut régler le volume et la modulation par le LFO, sur 4 niveaux. Ce dernier est assez basique, avec réglage de la vitesse (non synchronisable en MIDI), du délai et de la forme d’onde parmi 6 possibilités : sinus, triangle, dent de scie descendante, carrée, aléatoire et bruit. Les 2 enveloppes sont de classiques ADSR, bien pêchues. On peut inverser la polarité de la première (assignable au Pitch, à la PWM et au filtre, nous l’avons dit), alors que la seconde est assignable au filtre et assignée à l’ampli. Pour l’une, l’autre ou les deux, on peut enclencher le suivi de clavier, fonction rare et pourtant bien utile. En bout de chaîne, on trouve un effet délai basique, dont on peut régler le niveau, le temps et le feedback sur 16 valeurs. Toujours ça de pris… Tous ces paramètres sont sauvegardés dans une mémoire de 64 programmes pré-chargés d’usine, eux-mêmes empilables au sein de 8 Presets.

Séquenceur 16 pas

Le JP-8 proposait un arpégiateur sympathique (pour l’époque). Le JP-08 intègre quant à lui un petit séquenceur 16 pas et 16 motifs, sauvegardés indépendamment des programmes. On bascule en mode séquenceur en appuyant simultanément sur les touches [Dual] et [Manual] ; on en ressort de la même manière, sans arrêter la reproduction en cours, ce qui permet de changer de programme alors que le séquenceur tourne. Le séquenceur joue au tempo souhaité ou en synchro MIDI. Son transport se limite à une unique touche Play / Stop. On le programme avec les 16 boutons lumineux et [Dual] / [Manual] situés en rangée inférieure. Les fonctions ne sont pas sérigraphiées, ce qui est un mauvais point, sauf pour le développement de la mémoire…

Roland JP-08

Il existe 4 signatures temporelles : triple-croche, double-croche, triolet de doubles-croches et triolet de croches. Pour chaque pas (entre 1 et 16), on peut entrer une note et une seule, au moyen du clavier ou du ruban de Pitch bend, ou garder le silence, ce qui veut dire que le séquenceur est monodique. La vélocité est prise en compte lorsqu’on entre les notes au clavier, sympa. Le temps de Gate se règle avec le ruban de modulation, pour chaque pas ou de manière globale (avec la touche [Dual]). Chose amusante, il existe différents modes de lecture : à l’endroit, en inversion des pas impairs / pairs, pas pairs joués seuls, pas impairs joués seuls, pas impairs puis pairs, pas pairs puis impairs, aléatoire. Du coup, ça met du groove dans le rythme, groove que l’on peut accentuer avec un Shuffle programmable. L’automation des commandes n’est toutefois pas possible et les notes séquencées ne sont pas transmises en MIDI / USB. De même, on ne peut pas transposer la lecture à la volée. Ce serait bien que des améliorations d’OS prennent cela en compte…

MIDI et audio

Roland JP-08

Pour communiquer vers l’extérieur, les synthés Boutique sont équipés de prises MIDI et USB. Un mode Chain permet de cascader plusieurs JP-08 via MIDI Out / In (et audio Out vers In) et ainsi augmenter la polyphonie. Une fois dans ce mode, les notes au-delà de 4 simultanées sont transmises par MIDI Out à la machine suivante (connectée en MIDI In, donc…). Les commandes en façade émettent alors des CC ou des Sysex ; même les changements de programme lancent une séquence de Sysex, nous ignorons s’il s’agit d’un dump du programme sélectionné, faute de documentation sur le sujet. On pourra aussi brancher la sortie audio du module esclave dans l’entrée audio du maître, ça évitera de manger une entrée stéréo sur la table ou la carte son, c’est d’ailleurs pour ça qu’elle est faite. C’est via USB que l’on peut sauvegarder et restaurer les mémoires du JP-08 : cela ne fonctionne pas en dump Sysex, il faut relier le JP-08 à un ordinateur et le mettre en mode spécial à l’allumage en maintenant une touche. L’ordinateur accède alors à un répertoire contenant deux sous-répertoires : Backup et Restore. Backup contient les fichiers de chaque programme, preset et séquence. Il suffit alors de placer ces fichiers dans le répertoire Restore pour les retrouver le moment voulu.

C’est aussi grâce à la prise USB que le JP-08 se transforme en interface audio stéréo 24 bit / 44 kHz en entrée / sortie. Les sons du module et de son entrée audio analogique sont ainsi convertis en numérique et peuvent être envoyés à une STAN. Réciproquement, les sons sortant de la STAN sont convertis et envoyés à la sortie audio analogique du module. C’est donc un instrument virtuel dépourvu d’automation de ses commandes de synthèse, compte tenu de ce que nous avons dit précédemment. Ceci nécessite au préalable d’installer le driver PC / Mac fourni par Roland (indisponible au moment de notre test). Franchement c’est agréable de voir des capacités audio over USB présentes sur les instruments de cette gamme, la concurrence ferait bien de s’en inspirer, surtout sur des machines plus élitistes…

On the road

La nouvelle série Boutique est une réponse bit pour bit à la série Reface de Yamaha. Vu le court délai entre la sortie des deux séries, il est fort à parier que les deux constructeurs les ont développées en même temps. Si l’approche et la cible sont identiques (musiciens / chanteurs / DJ nomades souhaitant un synthé de voyage autonome), la conception diffère un peu. Roland a opté pour un concept intelligent de module VA connectable au besoin à une station d’accueil, avec une alimentation par pile ou USB. Ceci limite la puissance du système d’amplification intégré, réduit ici à sa plus simple expression. Là où Roland remporte la mise, c’est sur l’audio over USB et le pilotage total de modules cascadés par CC ou Sysex Midi. Le choix entre les différentes offres se portera également sur le type de synthèse ou le modèle de synthé émulé. Et sur ce point, le JP-08 réussit sa mission, que ce soit sur le plan du look, des commandes ou du son. Roland n’a pas oublié les mémoires, ce qui rend le JP-08 totalement autonome. Avec un prix très calculé, voilà une belle alternative pour ceux que la rareté, le prix, le poids, la taille et la maintenance du JP-8 rebutent !

Téléchargez les extraits sonores (format WAV)

  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08
  • Roland JP-08

 

Notre avis :

Points forts

  • La qualité de la modélisation sonore
  • La fluidité des commandes continues
  • Les paramètres éditables identiques au modèle
  • Autonome, compacte et mobile
  • La qualité de construction
  • La prise en main immédiate
  • Les mémoires de programmes et séquences
  • Le mode Dual
  • L’existence d’un petit séquenceur
  • L’USB MIDI et audio
  • Le mode Chain, avec pilotage par par CC ou Sysex
  • Le concept de station d’accueil optionnelle

Points faibles

  • La polyphonie limitée à 4 notes
  • Pas de mode Split
  • Un seul petit HP vite saturé
  • Séquenceur mono, sans transposition ni émission de notes en MIDI
  • Pas de cordon USB / alimentation secteur fourni