close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Synthés numériques en rack
Matériel Synthés numériques en rack {{currentManName}}swap_horiz E-MUswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down

Un expandeur dédié aux sons d'orchestres

Test E-MU Virtuoso 2000
Disons le tout de suite : le Virtuoso 2000 de Emu a pour but quasi unique de recréer des sons d'orchestre. Vous reconnaîtrez dans les démos qui accompagnent chaque son des ambiances bien connues de certains films.




Des caractéristiques techniques impressionnantes

Emu Virtuoso 2000 : un orchestre dans votre home studio ...Il faut l'avouer, les compagnies américaines font rarement les choses à moitié (elles ont même tendance à en faire de trop parfois...). Le Virtuoso 2000 respecte pleinement cet aspect : là où certains expandeurs sont limités à 8 ou 16 Mo de ROM, le Virtuoso possède 64 Mo de ROM de sons d'orchestre, 128 voix de polyphonie, 512 presets et 512 programmes utilisateur.

Au niveau des contrôles, on dispose sur la face avant de la machine de 4 potentiomètres qui peuvent chacun contrôler 3 paramètres, soit 12 paramètres directement accessibles : tone (la fréquence de coupure), presence (la résonance), shape (ampleur de l'enveloppe), et image (rapport de niveau entre les différents sons composant le programme). En appuyant sur le "control button", on passe de ces 4 paramètres à 4 autres : l'attaque, le relachement, et un paramètre bien sympatique de rotation spatiale du son dont on peut régler la vitesse. Enfin, par un nouvel appui sur le control button, on a accès aux paramètres dynamic 1 et 2 (expression...), et à la balance des effets avec le son d'origine.

Mentionnons en outre que le Virtuoso possède 2 MIDI IN / THRU pour gérer sa multitimbralité de 32 voies (et 1 OUT). Enfin, au niveau audio, il ne déçoit pas puisqu'il possède 6 sorties analogiques séparées (Jack 6'35) et une sortie numérique SPDIF. Les possesseurs de tables de mixage numériques regretteront qu'il n'y ait pas d'entrée Wordclock. Ceci dit, la présence même de cette sortie numérique est une excellente initiative puisque, ne l'oublions pas, les différences de dynamique les plus grandes sont observées en musique classique. A ce propos, la réponse de l'instrument au clavier est paramétrable (14 courbes de vélocité). Par défaut elle est très sensible. Du coup, ce n'est pas évident de jouer un son augmentant progressivement car la moindre différence de vélocité d'une note altèrera de façon audible le son. Si l'on maîtrise parfaitement la vélocité de son clavier, en revanche, on pourra atteindre des nuances assez précises.

A l'écoute

Passons aux choses sérieuses. On dispose d'une banque de sons assez gigantesque (voir liste dans fiche technique), mais on regrettera l'absence d'un piano qui aurait certainement été le bienvenu pour boucler la liste des instruments. On trouve principalement des cordes frottées (ensembles de violons...).

La première écoute a été faite au casque et là, j'étais pleinement convaincu par le réalisme des instruments, leur largeur spatiale etc. Une seconde écoute plus attentive et sur les monitors m'a fait relativiser cette impression : si certains sons particulièrement réussis sortent du lot, une grande partie des sons sont assez décevants et parfois sonnent comme une "boîte de son MIDI"... Pourtant, tous les sons du Virtuoso 2000 ont été enregistrés dans les meilleures conditions, à partir d'un orchestre réel. Alors, pourquoi le réalisme n'est-il pas toujours au rendez vous ? La réponse est simple : il est extrèmement difficile de recréer les nuances du jeu d'un musicien sur un instrument, comme un violon par exemple, à partir d'un synthétiseur, d'autant plus que les sons d'orchestre enregistrés sont "figés". A ce propos, on comprend pourquoi la modélisation physique a été créée : en modélisant un intrument non pas à partir d'une onde PCM mais en recréant les paramètres acoustiques réels, on peut s'approcher beaucoup plus des nuances d'un instrument acoustique réel. Mais bon, là je m'écarte du sujet.

Ne blâmons tout de même pas la machine : certains sons sont assez réalistes, chose dont on peut facilement se rendre compte car Emu a pris la peine d'enregistrer 120 patterns permettant une préécoute des sons dans leur meilleure configuration. Ainsi, il est plus aisé de connaître rapidement le rôle d'un son dans l'orchestre et éviter d'utiliser par mégarde une contrebasse dans les aigües, par exemple.

Notons au passage que, même si le Virtuoso est spécialisé dans les sons d'orchestre, il dispose de sons synthétiques assez forts (nappes par exemple) et autres sons électroniques, qui plaîront certainement à beaucoup d'entre vous. D'autre part, les nombreux filtres et effets permettront de créer soi-même des sons particuliers et créatifs dans le domaine purement synthétique. Quant au mélange de sons d'orchestre avec des effets et filtres synthétiques, leur rendu sera des meilleurs.

Conclusion et avis personnel

Les ambiances des musiques de films "classiques" pourront facilement être recréées grâce à des strings plus qu'honorables, cependant il est difficile de recréer le jeu de vrais sons d'orchestre via un synthétiseur à base d'ondes PCM. Du coup, le prix élevé de la machine s'explique techniquement (sorties analogiques nombreuses et SPDIF, ROM abondantes...) mais ne se justifie peut-être pas pleinement du point de vue du réalisme des sons. A ce prix, on aurait - naïvement ? - espéré d'avoir un orchestre extrèmement proche de la réalité.

Fiche technique et bilan

Formes d'onde et sons : 64 Mo extensible à 128, 512 presets, 512 programmes utilisateur
Types de sons : Violons, violes, violoncelles, contrebasses, trompettes, cors français et anglais, trombonnes, tubas, piccolos, flutes, hautbois, clarinettes, harpes, xylophones, et multiples percussions orchestrales.
Polyphonie et multitimbralité : 128 voix de polyphonie, 32 de multitimbralité
Filtres : 50 types (passe haut, passe bas, passe bande, coupe bande...) d'ordres 2 à 12
Connectique audio : - 6 sorties séparées, dont 4 peuvent être utilisées comme entrées et mixer ainsi à 4 sons extérieurs ce qui sort du main.
- Une sortie numérique SPDIF
- Sortie casque
Connectique MIDI : 2 IN, 2 THRU, 1 OUT
Résolutions : PCM de 16 bits 44,1 KHz, convertisseurs DA delta-sigma 20 bits (main) et 18 bits (submix)
Processeur d'effets : 24 bits
Rapport signal / bruit : > 92 dB
Dynamique : > 90dB
Réponse en fréquence : 20 Hz - 20 KHz +2/-1 dB


Points forts

  • Patterns de préécoute adaptés à chaque son
  • Certains sons sont de très bonne facture, et seront réalistes si l'on prend la peine de les mêler de façon adéquate.
  • 6 sorties séparées + sortie numérique

Points faibles

  • Pas de piano
  • Beaucoup de sons restent encore peu réalistes ou redondants
  • Le prix