close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Réverbs Guitare
Matériel Réverbs Guitare {{currentManName}}swap_horiz Strymonswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Un rêve éveillé - Avis Strymon BigSky

Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
Utilisé conjointement avec les Strymon Mobius et Timeline sur un PB assez fourni, piloté par un footswich qui fait également contrôleur midi (Boss ES800).


Je joue sur un Mesa Boogie Recto-verb 25, avec un panel de guitare assez varié, pour principalement un répertoire rock.


Je suis très exigeant sur le son, je cherche de manière générale la précision et le détail, j'accepte de base tout à fait un son numérique si je le sens de qualité.


Il s'agit de la seconde des trois Strymon dont j'ai fait l'acquisition. Complète dans ses connectiques : entrée midi et sortie thru midi, entrées/sorties mono/stéréo, possibilité de brancher une pédale d'expression.


Boitier magnifique en aluminium, la qualité de construction est clairement au RDV des potards à l'écran LCD, simple mais efficace.

Ce qui fait la spécificité de ce genre de boitier multi effet, c'est la précision chirurgicale des paramètres au BPM près, la possibilité de contrôle midi qui rend tout absolument simple en live, et que je recommande fortement pour une expérience complète.


Il faut rentrer dans l'univers Strymon pour bien utiliser leur matériel. C'est à la fois accessible via les presets, et exigeants pour bien maitriser et comprendre ce que l'on fait. Les possibilités sont énormes une fois la navigation dans les menus et l’utilité de chaque paramètre bien intégrée. Ce travail est à faire une fois, si vous rachetez Strymon par la suite ça paraitra beaucoup plus simple et intuitif.


Maintenant le plus important, le son : c'est une véritable claque. Les effets ont beau être numériques c'est chaud, d'une largeur incroyable, je ne vous dis même pas si vous faites le branchement en stéréo. Mon utilisation de la Bigsky se fait essentiellement sur des effets de Cloud, Shimmer et Bloom, qui restent assez créatif mais accessibles et tout de suite bluffants. On a tout de suite envie de créer son son, et de les utiliser à tout va ce qui est un excellent signe de l’intérêt de la pédale. La dynamique est excellente et le son se modèle à votre jeu, c'est délicieux. Les sons plus classiques, à savoir Room, Hall, Plate, Spring sont très convainquant également, et sonnent très "naturels". J'ai beaucoup de mal à m'en passer.

Utilisée conjointement aux autres effets de Strymon, la BigSky se place très bien pour peu que votre pédalier soit bien constitué bien sur. On ne ressent pas de sensation de rajouter une couche de son sur une autre, ça se mélange naturellement sans sensation lourde et boueuse, sans augmentation abusive du volume sonore.

Le gros point fort de cette reverbe : le traitement du son se fait en parallèle du signal ce qui permet de garder votre son brut non numérisé.

La concurrence se fera avec Eventide ou la Boss RV500, le choix se fera plutôt en fonction des gouts de chacun. Je trouve que Strymon se trouve entre le côté très geek de Eventide et plus commercial de Boss.


En conclusion :

Une reverbe d'exception proposée par Strymon. Ultra complète, efficace utilisée seule ou avec d'autres effets. Donne envie de jouer de la guitare et de créer son son, je crois que c'est ce qui fait l’intérêt d'une bonne pédale. Au top.


PS : pour simplifier l'utilisation voilà comment j'ai procédé, ce qui m'a permis d'apprivoiser les effets en quelques semaines, méthode répétée sur les trois Strymon :

- pas le choix, lecture du manuel. Indispensable à la bonne compréhension. Heureusement, pas trop long et didactique.

- j'ai regardé les vidéos sur leur chaine Youtube qui servent de présentation des possibilités pour chaque effet (3 à 5 minutes pour chaque vidéo, 12 effets). Elle sont plutôt de qualité, et présentent les réglages de manière détaillé de chaque son. Je notais les paramètres de chaque exemple qui me plaisait, et en faisais un preset sur la Strymon. Comme ça se créait une 20aine de preset, un peu plus orienté vers ce qui m’intéressait que les 50 de base que je trouve assez décousu.

- par la suite, en jouant et en essayant je pouvais être encore plus sélectif, affiner les réglages de chaque preset et finir par être complètement autonome dans la création de mes sonorités.