close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Processeurs de réverbération
Matériel Processeurs de réverbération {{currentManName}}swap_horiz TC Electronicswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

La Révérbération de Salle d'audience qui a de quoi se défendre ! - Avis TC Electronic Reverb 4000

Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
« Monsieur le Juge, mes chères confrères, mesdames et messieurs. A une époque où les progrès naissent tous les jours et où l’accessibilité aux mythes ne dépend plus que du mouvement d’un poignet et de l’index. OUI… je vous le demande… Pourquoi mon client ici présent devrait-il dépenser plus que le millier d’euros… Pourquoi serait-il OOObligé de ne traiter qu’une seul source stéréo et… enfin… si dans la nuit, le pauvre homme rencontre enfin la divine inspiration… pourquoi serait-il obligé d’allumer, brancher, sélectionner, tourner et au prix d’interminables efforts enfin… oui enfin pouvoir enregistrer. QUI va contre le progrès... se tourrrrne vers le passé, le chaos, le désespoir et pourquoi pas même… Oui disons-le : la FOLIE ?? Alors oui… Mesdames et Mess…. …. »

Bonjour à tous, je ne suis pas avocat et surtout pas l’avocat du diable mais si la Réverb 4000 se trouvait à être jugeais par les Fans intégristes de plugins il leurs faudrait de sacrés arguments (financiers) pour les faire changer d’avis.

Point Historique et « Jurisprudences »

Vous vous en souvenez plus mais nous avons déjà eu un cas de jurisprudence. Rappelez-vous nos bon vieux sampler/échantillonneur… j’avais moi-même eu un S2000 et un S6000. Aujourd’hui AKAI/EMU tous disparut … ou agonisant. Le prix d’occasion essaie parfois de rendre justice au passé de ces machines mais c’est peine perdu.
Et pourquoi ? Et bien l’apparition de plugins stables, efficaces, ultra rapide, pas de re-conversion A/N. Bref des arguments de poids a moins de faire du Hip-Hop ou rap avec une Emu Sp1200 ou Akai S900… Pour moi l'argument était surtout le temps de chargement et le nombre de sons pratiquement infinie...

Un monde en mutation

Tous les grands constructeurs tels que LEXICON, TC et Eventide ont assisté aux tentatives d’adaptations d’Akai et EMU à ce nouveau monde virtuel. Aujourd’hui tous les 3, à leurs façons, essayent de sortir leurs algorithmes réputés en version Plugins ou avec des fonctions d’intégration (USB, plug de commande, soft). En y repensant c’est un peu étrange non ?? C’est comme si Paul Bocuse se lançait dans les plats surgelés tout en prétendant offrir la même qualité qu’un restaurant 3 étoiles complètement absu… (ah bon ? ils l’ont fait aussi ?).

Alors concrètement ce TC4000 ?!

Même si le traitement interne n’est que sur le papier en 48Bits (contre les 64 d’un MAC/PC) il est important de mettre les choses dans les bonnes perspectives. Et pour cause à l’intérieur l’architecture du processeur est proche d'un type « Cell » en gros et pour faire simple c’est un type de processeur qui permet des calculs trèssss puissant sur des reconstitutions d’évènements physiques. C’est des processeurs qui sont utilisés dans l’imagerie médicale et l’armé. Robuste, hyper spécialisé il n’y a pas encore d’équivalent dans les processeurs traditionnels (puissance, stabilité).
Tc électronique affiche clairement sa communication sur la gestion de Réverbération Générique et Source. En gros Générique = Recréation des mythes du passé, Source = recréation d’espaces réalistes.

On doit bien avouer que les algorithmes sont tous magnifique. J’aime beaucoup Ambiator qui est entre un chorus et une réverbération. C’est parfait pour élargir une source sans la noyer dans X réverbérations. Comme d’autre j’ai parfois préférer VSS3 que VSS4. Mais attention aucun des algorithmes n’est inférieur aux autres.
Aucun plugin n’a pu réussir aussi bien l’intégration de sources acoustique complexe. J’ai comme beaucoup d’entre vous les quelques des 5/6 meilleurs plugins actuel de réverbération et aucun ne peut complètement rivaliser avec ma TC4000 ou mon Eventide Eclipse d’ailleurs (dans un autre registre).

Les réverbérations courte et très courtes sont une réussite sans égal. Les grandes réverbérations sont moins dense que Lexicon ou Eventide mais pour le coup très adapté au retravaille de mix d’orchestre et musiques acoustiques. A l'inverse de la grande concurrence les grandes réverbérations sont très ouvertes, hyper compatible mono (c’est pas toujours le cas d’une Lexicon si je peux me permettre ;-) ).

La face cachée !

La puissance des algorithmes et les possibilités de réglages n’ont jamais eu d’équivalent en plug. On pourrait presque s’y perdre si on commence à mettre le nez dedans. Vous faire la description de toutes les possibilités de réglages (et combinatoires) reviendrait à écrire pas loin d’une thèse, même le manuel si risque pas. Le tour de force de chez TC et d’avoir gardé une interface ultra simple qui permet rapidement si besoin de se plonger dans les méandres de la bête. Mais l'option ICon ou en software ICon cela devient hyper facile.

La connectique

Moi en mix j’intègre la 4000 en insert/aux avec ProTools est dès que je suis satisfait je transfert le rendu de la réverbe sur une nouvelle piste. Et le temps de transfert face au résultat est plus que supportable et de plus avoir la forme d’onde de la réverbe ma pousser à des expérimentations…
Je l’utilise exclusivement en 96khz/24bits et AES/EBU, avec Wordclock Mytek 8x192 ou le réputé UA2192. Mais il m’est arrivé quelques fois de devoir l’intégré en analogique pour des projets de musique classique qui était 192khz et très franchement la conversion AN/NA est sans compromis.
Seul problème est cette connectique WordClock en Cinch ??? Ainsi que l’on ne puisse pas lui demander d’être en veille lors de la présence du secteur plutôt de s’allumer systématiquement. Cependant je devrais aller voir dans si il n’y a pas un petit cavalier pour inverser la fonction… à suivre
Avec l’option ICON en vrai ou Software (via USB) on se retrouve avec une machine vraiment professionnel et qui ne sera pas obsolète si facilement.

L’artisanat de la réverbération !

Vous savez c’est un peu comme une histoire de baguette de pain. Ce n’est toujours que de la farine de l’eau, du sel, de la levure (ou levain), et pourtant tellement de différence et sommes de résultat différents.
Ici pas de risque de tomber sur un son stéréotypé ou industriel (comme pour le pain) vous partirait toujours au moins d’un réglage qui vous convient et vous pourrez le retoucher pour atteindre la perfection ou du moins votre idée de la perfection.

En s’accordant du temps (Oui je sais c’est du luxe), on peut atteindre un niveau de résultat hautement professionnel.

Conclusion

Vous savez j’utilise aussi beaucoup les plugins. Il est vrai que les machines Hardwares demandent du temps dans notre monde en quête de rapidité. Mais je trouve qu’elles nous le rendent par leur qualité. Et je crois que cette interface physique qui demande d’aller vers elle, de si consacrer… nous pousse aussi à trouver le meilleur. Je crois surtout que les constructeurs devront bientôt nous proposer une vraie révolution en la matière un monde entre la carte DSP/plugin et le hardware. Certain ont essayé comme Focusrite Liquid (par exemple) ou les derniers cartes son de chez Universal Audio…

+++ Qualité des algorithmes
++ Fonctions, stabilité, intégration
- N’est pas en 192khz (ok je chipote)
--Le wordclock en fiche Cinche au lieu de BNC