close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Claviers synthétiseurs analogiques
Matériel Claviers synthétiseurs analogiques {{currentManName}}swap_horiz Moog Musicswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Un must! Même aujourd'hui. - Avis Moog Music Minimoog Voyager Anniversary 50th

Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
Le minimoog Voyager EB 50th Anniversary est une version moderne du Minimoog produit dans les années 70/80's. La version 50 ème anniversaire apporte quelques banques complémentaires par rapport à celle de l'Electrique Blue, rien de plus.
Donc déjà, il ne faut donc pas y voir ni y chercher un model C ou D mais bien une intention pour Moog, au moment de sa sortie, d'appartenir plus au présent qu'au passé.
Pour ce qui est des caractéristiques:

OSCILLATEURS
- 3 VCO (Voltage Controlled Oscillators) avec formes d’ondes variables
- Ajustement de la fréquence ±7 demi-tons
- OCTAVE 6 états
- WAVE contrôle continu de la forme d'onde triangle, dent de scie, carre, rectangle
- SYNC synchronisation des oscillateurs
- Modulation de fréquence
- Mode fréquence libre, sub-oscillateur
- Mixeur 5 entrées, osc, bruit et source externe

FILTRES
- 2 filtres type Moog passe-bas résonant 12 ou 24 db/Oct
- CUTOFF, RESONANCE
- SPACING écart entre les deux filtres
- KB CONT AMOUNT taux de modulation du clavier

ENVELOPPES
- 2 enveloppes ADSR
- 1 LFO (triangle, carré, sample&hold et sample&hold adouci
- Contrôle sur la vitesse, synchro et destination

MASTER VOLUME
VOLUME casque
Taux de Glide
Accordage fin

Implémentation MIDI complète : tous les paramètres reçoivent et transmettent des contrôleurs MIDI. Le clavier peut servir de clavier de commande polyphonique. Transferts sysex des tous les paramètres.

Système d'exploitation sur flash ram (mise à jour par midifile) Clavier 44 touches produisant gate, CV, vélocité et pression
Molettes de pitch-bend et modulation
Commutateurs pour GLIDE et RELEASE
Surface tactile T
ACTEX® : contrôle tridimensionnel X, Y et pression pilotant de nombreux paramètres
Panneau arrière:

PEDAL/CONTROL INPUTS : 9 entrées pour contrôle externe par CV ou pédale de volume
LFO RATE
MODULATION SHAPING CONTROL
MODULATION SOURCE CONTROL
OSCILLATOR PITCH
OSCILLATOR WAVE
FILTER CUTOFF
FILTER SPACING
FILTER RESONANCE
ENVELOPES RATE
CONTROL OUTPUTS 5 sorties CV pour piloter des messages externes
LFO TRIANGLE WAVE
LFO SQUARE WAVE
KEYBOARD PITCH
KEYBOARD VELOCITY
KEYBOARD PRESSURE
LFO SYNC entrée pour synchro du LFO
ENVELOPES GATE entrée gate
GATE sotie gate du clavier
GLIDE, RELEASE pour pédale switch
MIX OUT sortie avant filtrage avec possibilité d' insert d'effet
ENTREE AUDIO pour traiter une source externe
SORTIE AUDIO symétrique
Connexions MIDI IN, THRU, et OUT
Alimentation : 100-250 VAC, 50-60 Hz
Dimensions : 775 X 457 X 76 (à plat) 305 (levé) mm
Poids : 18 kg (oui quand même!)

UTILISATION

La configuration est ultra simple et très didactique, on est donc devant un engin facile d'accès et sans sous menus à extension. Un potard, boutons, molette = 1 fonction. donc là dessus c'est irréprochable.
Pour le manuel il faut connaitre l'anglais impérativement (ne serai-ce que les bases) pour bien comprendre le fonctionnement de certains paramètres notamment des menus de configuration du Voyager. Il peut servir également pour les extensions du synthé (VX-351).
L'édition est très simple et la navigation pour les modifications est très aisé.
Pour ce qui est de la construction et des finitions le Minimoog Voyager Electric Blue est carrément réussi. Calqué sur la carrure du Minimoog modèle D (en plus compact mais plus beau de mon point de vue) on n'a donc aucun mal à trouver ses repères. Le bois noir et magnifique, les potards sont exemplaires (au vu de ce qui se fait chez la concurrence c'est appréciable), les boutons (bleus et rouges) s'enclenchent au quart de tour et l'écran sans être fantastique fait très bien son boulot ( de toute façon sur ce type de synthé on recherchera l'interactivité la plus naturelle possible).
Seule la lumière bleu de la sérigraphie pose un petit soucis quand elle est poussée à 100% (petit sifflement au loin). Un problème que Moog aurait du gérer avant la commercialisation. Mais bon faut il rappeler que les Voyager sont fait à la main par une société 'familiale' et que ce type de 'bug' reste humain au final. Bon après la petite déception, pas bien grave au final, il faut le laisser à 40% et ça passe correctement.

SONORITÉS

Alors le son? qu'en est il au final? Question subjective mais qui là, demande une réponse tranchée.
Oui le son est bien là, rond, lourd, avec une présence incomparable et une profondeur digne d'un vrai Moog. Ayant eu le Prodigy (bof bof)), jouer plusieurs fois sur un Mininmoog D (plus rustre voir plus brute dans son approche) et essayé le Little Phatty (pas convaincu du tout) eu et revendu un SUB37 je penses savoir ce que je dis.
Mais là à peine allumé on a une impression de puissance rarement égalé par un synthé mono, pas besoin de compresseur, juste un peu de reverb (et encore) et là.... On est dans un autre monde.
On est loin d'une émulation ou d'une vague reproduction concurrente (Minimax en harware, Minimosta en soft etc....). Pour avoir usé des versions software je peux dire que non, non et non le Voyager n'est pas vraiment comparable avec ces émulations, là je crois qu'il faut s'acheter des oreilles si on ne fait pas la différence dans un mix. Les filtres sont à tomber et les 3 Osc donnent un lourdeur, une présence sans commune mesure avec ce qui se fait actuellement dans le virtuel.
Ce qui est étonnant avec un moog Voyager c'est que tout sonne très 'musical'. C'est flagrant lorsque l'on expérimente et que l'on commence à moduler les quelques ouvertures de l'appareil. Je ne connais aucun synthétiseur capable d'une telle prouesse et pourtant j'en ai et j'en ai eu des clavier mais celui là, il a une présence qui dégage tous les concurrents haut la main. Même le Prophet 6 n'y arrive pas aussi bien. Le velour et la qualité du son est difficilement exprimable mais sachez que n'importe quelle manipulation, même hasardeuse, passe haut la min dans un mix.
Donc absolument rien à voir avec le son japonais à la CS, SH (à part le SH1000 dont le filtre était copié sur celui du Minimoog)) ou les MS20/10 & co. Ici c'est bien estampillé US!
Les différentes banks (très nombreuses et diversifiées) sont très représentative des possibilités du Voyager (même si certains sont un peu répétitif). En faire le tour donne une bonne idée du potentiel de l'instrument. Les basses, les leads, les napes ont une présence unique et invite à la création et à la manipulation. La partie Modulation/MOD est très intéressante et permet de jolies combinaisons notamment avec le LFO synchronisable en Midi.
On retrouve entre autre les basses de Kraftwerk, Boards of Canada, les leads de Gary Numan ou Moroder. Chacun appartenant à des époques différentes, ce qui marque bien le côté intemporel de l'engin.
Il n'y a pas d'effets sur la machine et dans un sens tant mieux. Chacun sa partie et ça tournera tout seul.
On pourra juste regretter l'absence d'un petit sequencer type analog comme on en rencontre sur le Evolver ou le Mopho. Là ça aurait été grandiose! On se consolera sur un SQ10 de chez Korg.

Alors après plus de 7 ans d'utilisation, je maintiens mon point de vue. Le Moog Voyager reste un instrument unique tant au niveau du son, de l'utilisation que de sa construction. Depuis plus d'un an le constructeur à suspendu sa production le subtilisant au médiocre Sub37 et de couteux nouveaux 'Model D' et d'un sympathique Grandmother.
Au prix de l'occasion aujourd'hui (entre 1600 et 2000€ par ici) c'est une affaire!
Le Voyager restera pourtant, le témoin du retour de la marque dans les années 2000 et, de surcroit, dernier héritier du génial Docteur Moog.