close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Claviers synthétiseurs analogiques
Matériel Claviers synthétiseurs analogiques {{currentManName}}swap_horiz Moog Musicswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Un Moog de plus... Sans plus! - Avis Moog Music SUB 37

Rapport qualité/prix : Correct Cible : Tout public
Je ne suis pas sûr que mon avis soit aussi pertinent que d’autres mais voilà, je fais parti de ceux qui n’ont pas aimé. Boum ! Voilà c’est dit et balancé et je vais développer mon point de vue.
Ok au déballage le SUB37 est bien foutu, compact, lourd (un peu trop) et bien fini (alimentation, potards, diodes etc…).
Après avoir déchanté avec le Mother 32 j’étais persuadé que le Sub37 allait me rabibocher avec la marque depuis le Minimoog Voyager. Comme j'avais bien aimé le Sub Phatty mais pas franchement les autres rejetons de la gamme, je me suis dit qu'il fallait quand même creuser un peu ma curiosité. Car je dois reconnaître que Moog me tape sur le système depuis un moment à force d'éditer en pagaille des appareils pas franchement intéressants et à la philosophie un peu trop simpliste, voir régressive, bref...
Pour ce qui est du SUb37, déjà, la prise en main ne m’a pas paru intelligente du tout et je me demande quel concepteur à pu placer un écran de montre swatch en haut à gauche d’un synthétiseur (plus con tu meurs !!!). Mauvais point qui, dès le départ place l’appareil en mauvais angle d’attaque. En plus de cela la navigation sur ce même écran pour accéder aux fonctions les plus rudimentaires (édition, paramètres globaux etc…) est franchement pénible. Tout se fait avec des boutons minuscules toujours placés à gauche ( ??!!) Idem au niveau du mixer avec le Sub OSC placé entre l’Osc1 et l’OSc2, rien de mieux pour se planter dans les réglages . Heureusement que les Banks de sons et les présets sont plus accessibles via les boutons poussoirs au dessus du clavier sinon on frôlait l’indigestion. Les deux matrices de modulations restent très hasardeuses et le rendu pas toujours évident, ça cogne pas vraiment comme on pourrait l’espérer.
Pour le reste on est dans l’habituel mais nécessaire 2 OSC’s + Sub + Mixer+ Filtre + Enveloppes etc… Avec les nombreuses fonctions en accès directes. Donc rien de méchant pour qui s’y connait en synthèse.
Et le son ? Ah oui le son, le sempiternel ‘son’ Moog si demandé, rêvé, fantasmé et inlassablement copié. Standard des standards renouvelé à l’épuisement sous toutes ses formes. Ici oui, tout comme le Mother 32 (ou la gamme des Phatty) on retrouve le ‘son’ mais pour le reste, c’est-à-dire la musicalité, le velours et la profondeur faudra repasser. Voilà c’est dit, le SUB37 c’est un Moog moderne, grand publique et passe partout! Vis-à-vis du Minimoog (D ou Voyager) ? Là faut être tranché, on est pas franchement sur le même créneau et le résultat est sans appel, le Sub se prend une raclée direct face à ses aînés.J'ai eu beau le retourner dans tous les sens, et tenter de lui trouver un charme caché, rien à faire. Pourtant il y a de quoi triturer la bestiole ne serait ce qu'avec les deux matrices de modulation, mais ça reste mou et fade. Et qu’on ne vienne pas m’agiter l’arpégiateur ou le séquenceur en guise de faire valoir, ce n’est pas un argument sur des synthétiseurs modernes, ils en sont tous pourvus.
Peut être faut il voir le Sub comme un descendant 'évolué' du Prodigy (qui lui avait un son très particulier et clairement identifiable) et lui pardonner son manque de personnalité? Sûrement.
En tout cas oui, il manque au Sub37 ce qu’il manque au Mother 32, ce truc si profond et musical qui rend l’appareil unique et particulier (j'ai pourtant eu l'impression de retrouver un peu de de cela dans le Sub Phatty mais il faudrait que je me recolle l'oreille dessus). La patate y est, le rendu sonore aussi et la philosophie modernisée de même. On peut même dire qu'il est dignement fini et répond très bien à la demande générale de part tous ces aspects contemporains. Mais, car il y a un 'mais', la baguette magique du Docteur Moog semble avoir disparue avec lui et fait de Moog une marque dans son temps, rentable, branchée et connectée. Ni plus, ni moins.