close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Claviers synthétiseurs numériques
Matériel Claviers synthétiseurs numériques {{currentManName}}swap_horiz Waldorfswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Avis de fwedewe - Waldorf MicroWave XTk

Clavier de 4 octaves
2 oscillateurs + 2 LFO + 4 enveloppes dont une paramétrable sur plusieurs pan et bouclable + 1 filtre multimode + 1 filtre 6db/oct + effets + matrice optimisée pour toute modulation

L'instrument est très bien construit, semble très solide (il est vraiment lourd pour un clavier de cette taille) et s'avère magnifique avec sa couleur orange, sa sérigraphie particulière et ses flancs en bois.

UTILISATION

La prise en main d'un tel instrument nécessite une certaine connaissance préalable en matière de synthèse analogique et de synthèse à tables d'ondes. Dès lors que ces deux paramètres sont en partie maîtrisés, ce synthétiseur offre globalement une bonne ergonomie, grâce aux nombreux potentiomètres accessibles et bien disposés ainsi qu'aux menus clairement définis. Tout cela participe à la création très rapide de sonorités riches et intéressantes.
Le recours au manuel peut parfois être nécessaire afin de découvrir certaines fonctionnalités cachées telles que les modulations possibles sur certains types de filtres. Dans l'ensemble, il est possible de s'en passer.

SONORITÉS

L'univers sonore des tables d'ondes est particulier mais au combien intéressant et riche. La multitude de sons que l'on peut en sortir incite à la recherche et à la créativité. Le balayage des ondes est un des points clé de cette synthèse qui permet d'obtenir des sons en mouvement permanent.
Le son général est un peu "froid" mais la dynamique de ce clavier demeure d'un fort bon niveau (très percutant surtout si un on utilise le filtre Sin(x)-LP !!!). Les deux oscillateurs obéissent à la même table d'onde sélectionnée, à la différence du Blofeld, ce qui peut se révéler frustrant parfois. De même, l’ajout d'un troisième oscillateur, aux formes d'ondes basiques comme sur le modèle Q de la marque, manque dans certains cas car il permettrait d'asseoir un peu plus le registre grave lors de la création de sons de basse, par exemple. Cependant, ces limitations n'empêchent en rien d'obtenir rapidement des sons d'une très grande qualité aux textures riches et dynamiques.
Concernant les filtres, le premier est de type multimodes. Il permet, en outre, de sélectionner les éternels LP, HP, BP, en 12dB ou 24dB/oct, mais ajoute aussi d'autres types tels que le Sin(x)-LP, le FM filter ou le Waveshaper qui vont avoir une influence directe sur le spectre harmonique des sons. En les sélectionnant et en modifiant un paramètre clé les concernant, que l'on retrouve dans les sous-menus, le son de départ va gagner des harmoniques supplémentaires. Il faut cependant ne pas en abuser, suivant la table et l'onde/les ondes choisie(s), car l'effet peut être dévastateur. Mais ce paramètre ajoute une réelle plus-value à cette synthèse car les expérimentations sont encore plus nombreuses. Le second filtre, d'une pente de 6dB/oct, et seulement LP ou HP, a un intérêt bien plus limité. Il peut éventuellement éliminer en douceur quelques harmoniques afin de peaufiner légèrement un son. Pour ma part, je ne l'utilise jamais.
Les LFO sont classiques mais paramétrables à volonté.
Les enveloppes sont au nombre de quatre. Comme sur le Q, graphiquement il n'y a pas de différence visuelle entre l'enveloppe du filtre et celle de l'amplitude, seule un petit trait signifie la séparation des deux. Quand je vois que Waldorf mettait un potentiomètre rouge pour désigner le Cutoff sur ses synthés, j'estime que la marque aurait pu créer un petit signe distinctif entre ces deux paramètres - appréciation toute personnelle. Pas de gros soucis dans l'absolu mais parfois, il arrive que mes doigts interviennent sur la mauvaise molette (un Virus est mieux fichu de ce côté). Hormis ce souci, totalement mineur, il faut souligner l'intérêt de deux enveloppes supplémentaires, surtout celle à 8 pans : elle permet toute sorte de modulation complexe et peut aussi devenir, en bouclant un de ces pans, un troisième LFO dont la forme d'onde est, au final, définit de toute pièce par l'utilisateur. Cela permet des effets saisissants sur le plan sonore.
La matrice de modulation permet d'affecter un grand nombre de paramètres et ne pose aucune limitation en terme de connexions. Seul votre esprit connaîtra certainement une limite dans l'interconnexion des modules.
La partie effets date un peu : chorus, flanger et wah ne sont pas convaincants. L'overdrive est moche et pourrit le son. Seul le délai est utilisable à mon goût.
Il faut noter qu'il existe aussi, en dehors du module d'effets, un autre chorus. Celui-ci a la particularité de ne pas être paramétrable, c'est "On/Off". Il épaissît beaucoup le son et a tendance aussi à en renforcer un peu l'intensité. Dans certains cas, c'est appréciable, à d'autres moments, c'est un peu exagéré car la modulation importante dénature le patch que l'on créait au départ. Dommage que Waldorf n'ait pas songé à proposer ce chorus avec deux ou trois niveaux prédéfinis, un peu comme sur un Roland Juno 60.

AVIS GLOBAL

Le MicroWave XTk est un synthétiseur passionnant. Riche en terme de créativité, grâce à son moteur sonore, certains de ses filtres originaux et tout un ensemble de modulations sans limites, il permet de s'évader avec efficacité du monde habituel des "Sin/Tri/Saw/Sq". Certes, un peu "froid" par sa sonorité généralement métallique, en raison des tables d'ondes qui se réfèrent à celles embarquées dans les illustres PPG, il demande une approche différente et nécessite de passer du temps pour en sortir des sonorités intéressantes et d'une grande richesse (un peu comme un Yamaha DX7). Sortir un son de type "Pads" ne s'obtient pas aussi facilement que sur d'autres synthétiseurs mais en se montrant persévérant, non seulement on y parvient, mais en plus, on peut le transcender en créant une texture évolutive. Et c'est à ce moment qu'on découvre la personnalité, si particulière, de cet instrument. A noter qu'il existe un emplacement mémoire pour la création de ses propres tables d'ondes ; cela nécessite le recours à un logiciel.

Pour ma part, je conseille de le brancher à un module d'effets bien plus actuel afin de mettre vraiment en valeur son potentiel sonore (rien qu'une réverbe et un petit chorus efficace et paramétrable à volonté)

Un collector à posséder pour qui est passionné par la synthèse et les synthétiseurs :-)
photo photo photo photo photo photo photo photo