close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Tête d'ampli guitare tout lampe
Matériel Tête d'ampli guitare tout lampe {{currentManName}}swap_horiz Blackstar Amplificationswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Avis de Pucelle_Dabidjan - Blackstar Amplification Series One 200

Tête d'ampli de bonne qualité fabriquée en corée.
Fonctionnant en classe AB.
Poids 30 kg
Muni de quatres 12ax7 Sovtek, 1 12AU7 d'electro Harmonix et de quatres KT88-STR de Tube amp doctor
Puissance annoncée, 200w. PUISSANCE MESUREE 250w AVEC GAIN A MIDI
2 sections de potis et une section master
Commandable midi
Boucle d'effet en série
Prix 2200 euros

Un petit coup dans la tête me permet de voir que c'est très bien construit. Pas de magie noire, pas d'hocus pocus, trois platines printed board pré-assemblées avec quelques raccords façon ordinateur. Je note toutefois la présence d'un gros radiateur, probablement destiné, dans le cas présent, à absorber la chaleur. Bravo.

{8} Tête très complète, visiblement très bien contruite et qui offre tout pour se faire plaisir. Je mets neuf car un tel débordement de réglages aurait mérité plus de canaux à régler et l'engin est peut-être un peu pauvre en boucle d'effets. Si on va déjà dans la direction du too much, alors autant y aller totalement.

UTILISATION

Dès le premier instant, on comprend que la tête va nécessiter un gros travail de réglage avant de pouvoir en tirer le meilleur. On est aux antipodes des 65 amps et autres buddas qu'on règle au feeling en tournant des potards réagissant logiquement. Ici, on est tout à fait dans la classe "mesa setup". On essaie et on peaufine. On peut tout en sortir, mais il faudra se prendre la tête. Je précise toutefois que les potards ont une course autrement plus logique qu'une vieille recto. ça fait toujours plaisir de le dénoter.

La note d'utilisation est sévère, car, en plus d'être coton à régler, cette tête est TRES PUISSANTE ! Et quand je dis TRES PUISSANTE, je pense qu'elle est ce qui se fait de PLUS FORT sur le marché actuellement. Je ne recommande pas vraiment l'usage en half stack, et pas non plus avec n'importe quel cabinet. Mes marshalls 1960 voulaient mourir, les mesas nous disaient au revoir ; les crate et autres randall se montraient totalement dépassés, le cab orange encaissait, mais n'avait pas la même aisance dans les basses et bas médiums que le cab Blackstar. En fait, je vous recommande d'utiliser l'engin directement avec le cab du fabriquant en question. "C'est vrai qu'il est ben bon !" Je vois déjà certains pointer en me disant "le switch dpr il est là pour quoi ?"... pour adapter le point de travail/volume aux différentes situations de live et de studio mes amis. A bas volume, la tête a un son bouché et toussotant, à la limite du mourrant. Il lui faut être poussée bien haut pour que le son prenne de la hauteur, mais votre cerveau aura lâché avant.

{4} Oui, on peut avoir du plaisir avec cette tête, mais le setup sera fastidieux et il faut être blindé en cabinet et en espace pour pouvoir vraiment utiliser cette tête.

SONORITÉS

En matière de sonorité, la tête m'a démontré qu'en se penchant sur les réglages, il n'y-a pas grand chose qu'on n'a pas. Le clean peut sembler, de prime abord, un peu analytique, mais, en jouant avec les tonalités et l'isf (j'insiste, à utiliser conjointement car interaction importante), il peut se muter en clean chaud et équilibré ou en canal clair à couper au couteau à des volumes très élevés. La dynamique est, quoi qu'en décide, toujours remarquable.

En crunch, la demoiselle fait montre d'un caractère british tonitruant qui va s'aligner dans les meilleurs du genre. Le son peut s'apparenter à un jcm800 qui serait passé par une cure intense de tuning. Des médiums plus gras, plus chaud globalement et plus harmonique dans ses distorsions. Le son mord avec un joli côté terreux et une grosse poussée. L'espace que prend ce crunch est remarquable. Quand on pousse le gain, le son devient plus comprimé, déjà très lead, avec un côté un peu plus nasal et il devient aussi plus sensible dans les aigus. La séparation dynamique reste excellente. L'utilisation de l'ISF sur ce canal est encore plus impressionnante sur ce canal clean. Crunch ou super crunch ? Vous en serez le maître.

Quand on passe en OD-1, par rapport aux crunchs, les médiums se font de la place. Le mordant s'accentue et met l'attaque en avant. ça sonne plus moderne mais plus chaud aussi. On garde toujours un petit pied dans le vintage du crunch. Ce canal possède du sustain à revendre et aime basculer dans les aigus. La compression reste très faible. Parfait canal de shreddeur selon moi.

En OD-2, le son se chauffe encore plus (sisi c'est possible) et la sensibilité au jeu augmente. Les basses et les bas médiums attaquent ici particulièrement fort. Métalleux et heavy rockeurs seront à leur place.

Je note une cohérence entre l'od1 et l'od2 louable. Les deux canaux peuvent parfaitement coopérer ensemble et c'est tant mieux ainsi.

Je veux encore parler du niveau de gain, car pour certains, c'est essentiel. Le Blackstar ne fait pas partie des amplis les plus agressifs sur ce plan. Mais il reste défini même à de forts niveaux de gains, là où certains de ses concurrents commenceraient à devenir boueux.

{10} ça n'arrive pas souvent, mais quand ça doit être remarqué, on le remarque. 10-10 en sonorité le bestiau.

AVIS GLOBAL

Hein quoi ? deux ?

Oui, deux ! D'abord, on a droit à une tête délocalisée qui a coûté une misère à produire et qui nous est vendu plus cher qu'une mesa triple recto (base de prix us). Je ne peux pas voir dans les comptes de blackstar, mais je peux évaluer ce qu'il leur en coûte de fabriquer l'engin en question. Et là, les 2200 euros ne se justifient plus. Le board en pcb fabriqué en usine ne demande pas des efforts infinis à produire, ni une demande de main d'oeuvre extrême. Si, en plus, on calcule que les ouvrier sont payés entre 1 et 5 dollars de l'heure et que Blackstar a certainement bénéficié de beaux rabais de masse pour les composants. Tout est dit. Comme déjà énoncé pour le marshall haze, délocaliser pour vendre son produit à peine moins cher que la concurrence, quel est l'intérêt ? Oui, je sais, c'est très philosophique et fleur bleue ; mais je suis rockeur et quand je vois des engins comme cette S1-200, ça me répugne. J'y peux rien. Une müller ou une stevens, fabriqués en allemagne par un type qui n'est pas exploité sont à peine 400 euros plus chers. Je ne nie pas l'aisance sonore de cette blackstar, ni sa polyvalence tonitruante. Mais la concurrence "décente" n'est pas loin.

Deux encore, car le volume absolument abracadabrantesque que développe ce monstre ne correspond en tous cas pas à l'usage de tout le monde. Seul une minorité de musiciens vont jouer aux Zénith et au Stade de France.

Deux toujours, car répéter dans un local "normal" fermé me semble hasardeux. Je ne dis pas que c'est impossible, mais je pense que des compromis dans le setup sont alors nécessaires.

{2} Indéniablement une bonne tête, mais pas faite pour tout le monde.

Je ne vous connais pas, mais que vous soyez russes, chinois ou français. Je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit d'exister.
(cit : moi ^^ )