close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Tête d'ampli guitare tout lampe
Matériel Tête d'ampli guitare tout lampe {{currentManName}}swap_horiz Diezelswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Du grain, du gain & du gras, en veux-tu en voilà ! - Avis Diezel Hagen

Rapport qualité/prix : Correct Cible : Les utilisateurs avertis
J'ai acheté cet ampli d'occasion (par chance, à côté de chez moi) en Septembre 2014 pour 2000 €. J'ai attendu un an avant pour la poncer correctement avant d'émettre un avis qui soit le minimum objectif sur les qualités et défauts de cet ampli. Je vous laisse le soin de consulter les caractéristiques techniques.

Premièrement, c'est un bel objet : Design agressif, la finition des plaques avant / arrière impose sévère. Les multiples leds présentent sur l'ampli lui donne un côté tuning de mauvais goût qu'on aime tous secrètement.
Diezel oblige, c'est du solide. Au détriment, certes, d'une transportabilité parfaite. Tête + flight, on s'en tire pour bien 30 kilos.

En vrac, quatre canaux : 1 clean, 1 crunch, 1 "mega" (distorsion) et un super giga "mega". On va en faire le tour un par un.

Le canal clean a été ma première surprise. Moi qui achetait cet ampli pour faire vibrer les tripes du public au moindre palm-mute, j'ai été agréablement surpris par la beauté et la profondeur de ce canal. Gain à 11h, micro manche humbucker sur une Strat, le son est rond, chaud, très chaud, spatial, dimensionné. Loin, très loin des canaux clean presque clichés des ampli high-gain. Et tant mieux. Position intermédiaire neck/middle, les arpèges sont parfaitement ciselés, voicing impeccable et grosse headroom. On peut attaquer les arpèges, s'énerver, monter le volume, le clean reste expressif, beau.
Je règle ce canal -utilisé en permanence avec un compresseur Effectrode PC-2A- avec les basses à 1, les mediums à 6, les aigus à 1. Et quel son...

Canal 2, "crunch" dirons-nous : Gain à 11h, position intermédiaire sur une Strat, on peut aisément aller chercher des figures un peu plus incisives qu'au clean, tout en restant très, très propre. Au micro neck (humbucker, toujours), ça grogne et dieu que c'est bon ! Un crunch chaud, hargneux, expressif. Autant dans la finesse des arpèges sur le bas du manche que pour des rythmiques plus balèzes.
Gain à 13h, ça commence à envoyer sévère. C'est mon réglage de prédilection en concert, et ça suffit déjà amplement à quiconque désire envoyer du steak ! Les crêtes (pique à l'attaque) sont violentes, la dynamique jouissive, tout en gardant une définition impeccable des notes, accords ouverts ou non. Mon réglage live : basses à 1, mediums à 6, aigus à 1 / 1,5.
Avec le master 2 activé pour un passage lead, les riffs sonnent d'enfer. Du gros volume, oui, mais du bon ! Je pousse rarement le gain au-dessus, mais au-delà de 13h ce canal enterre déjà une bonne partie de la concurrence.

On en vient au canal 3, le "mega", celui qui a fait le succès de la marque allemande. Gain à 11h, c'est déjà la folie ! Avec un EQ metal les palm-mutes sont M-O-N-S-T-R-U-E-U-X. Ca secoue le bide, c'est violent et tellement incisif ! La précision est telle qu'elle ne pardonne pas, il va falloir ressortir le métronome ! Mais pour faire sonner la bête, on est prêt à tout, n'est-ce pas ? Qu'importe si vous n'aimez pas le metal, la violence de ce canal vous poussera naturellement à vous mettre en drop C et à headbanger secrètement dans votre chambre (si vos voisins l'acceptent). Au-delà de 11h, le gain est juste démentiel, tout en conservant une dynamique franchement bonne. Là où la majorité des amplis high gain s'écrasent en grimpant en distorsion, celui-ci se démarque très clairement. Guitaristes lead, vous allez aimer.
Pour ma part, j'utilise le gain à ... 2 ! Et ça me suffit largement en concert. Les accords graves sont profonds, dark, expressif, c'est vraiment classe. Avec des triades type tierce - tonique - tierce en powerchord, ça grogne méchamment et on entend clairement les cordes résonner entres-elles. Et les petites dissonances avec une telle distorsion, c'est génial. Pareil que les autres à l'EQ, basse à 1, medium à 5 / 6, aigus à 1.

Le canal 4... alors là, c'est un autre monde. Je ne sais plus où j'ai lu ça, mais un gars disait que si le gain valait la même chose que le pétrole, alors les possesseurs d'une Hagen seraient riches. C'est vrai, très riche.
Ce quatrième canal reprend les caractéristiques de son prédécesseur mais avec plus de tout (surtout de la démesure). C'est très, très épais. Le gain à 11h est déjà largement suffisant pour n'importe quel soliste qui aime les sons fat ! Avec une reverb en parallèle et un delay, c'est exceptionnel. Côté rythmique, ça assure à fond. Le gain est ici légèrement plus construit autours d'un buzz : autant dire qu'avec un EQ typé metal, les rythmiques arrachent bien.
Paradoxalement, c'est le canal que j'utilise le moins, avec le gain à ... 1 ! Pour mes solos, ça envoie déjà du lourd. Gain à fond, c'est totalement incontrôlable mais sacrément fun.

Deux potards côté Poweramp : Deep & Présence. Les réglages sont très sensibles avec ces deux potards, et c'est tant mieux. C'est le petit plus de précision qu'on apprécie. Le deep rajoute du (gros) bas. Je ne l'utilise pas lorsque je suis repiqué, j'en met un peu en répétition, sans plus.
La présence est très bien foutu, je la règle sur 11h pour amener cette petite touche de brillance dans les 4 kHz & au-delà pour bien sortir dans le mix. Gros plus, elle n'arrache pas les oreilles.

Côté connectiques, tout est toujours très bien fourni comme d'habitude chez Diezel. Outre les 5 sorties HP (16 Ohms, 2x8 Ohms, 2x4 Ohms), on trouvera également une sortie XLR pour le pédalier Diezel Columbus (alimentation inclue), une sortie pour le pédalier type footswtich, une sortie tuner (qui fonctionne quand l'ampli est en "mute", très bon point), et une sortie compensée.
J'ai essayé la sortie compensée en résidence : Ca sonne comme du MP3. Ca n'a aucun intérêt à moins de vouloir s'enregistrer chez soit, et encore.

4 sélecteurs à l'avant de la bête, en plus des 4 sélecteurs de canaux :
Loop, Mute, Master 2, Store.

- Loop sert à activer la seconde boucle série, j'y reviendrai.
- Mute sert à muter l'ampli sans utiliser le standby. Très pratique, surtout pour s'accorder.
- Master 2 sert à activer... le Master 2.
- Store sert à "sauvegarder" les informations MIDI si vous utilisez un pedalier MIDI pour switcher vos canaux, activer la loop ou le Master 2. C'est mon cas, et c'est d'enfer.

Venons-en à ce qui a provoqué chez moi la décision d'achat : 3 boucles d'effets. Oui !

Dans l'ordre des connectiques : Switchable Serial Loop, Serial Loop, Parallel Loop (avec un potard de mix).
J'utilise la boucle série pour mes effets Eventide Pitchfactor, Strymon Timeline, Strymon Mobius et Effectrode PC2A, le tout dans un routeur MIDI Decibel Eleven Pedal Palette. C'est ici que l'on viendra mettre des effets types chorus, flanger, wahwah (pour faire du RATM), et tout ce que vous désirez. Une boucle série quoi, mais une bonne.

La boucle Parallèle est un énorme avantage : J'y met ma reverb Eventide Space. De cette façon, le reverb n'est jamais en contact avec les delays, pitch et effets de modulation. Question production sonore c'est top. On gagne en dimension, sans perdre en "pureté" de signal. Dimension sonore + 1.

La troisième boucle, série cette fois-ci, activable à souhait, semble positionnée après la première boucle série. On peut y placer un boost par exemple. Je ne l'utilise pas pour l'instant, faute d'effets à mettre dedans. (Mais parfois le moins c'est le mieux, non ? Non ... ?)


Pour finir, après un an d'utilisation intensive je ne regrette que deux choses avec cet ampli :
- Son poids
- Les 6 lampes de préamplification 12AX7 estampillées RUBY. 2600 € neuf c'est pas assez cher pour mettre mieux que ça ? M. Diezel, voyons... Je les ai vite remplacé.

Bon, et puis la sortie compensée foireuse aussi. Mais des fois, il y a des choses sur lesquelles il ne faut pas se poser de question.

Ce que j'aime :

- l'hyper-versatilité des quatre canaux
- la précision chirurgicale des EQ
- le voicing
- les boucles
- le MIDI
- la réserve de gain
- la puissance !
- le son quoi... j'ai attendu ça des années.

Ca ne plaira évidemment pas à tout le monde, à essayer avant d'acheter. A ce prix-là, c'est conçu pour répondre à certains besoins précis. Mais quel son...

Je m'éclate à chaque séance. Je ne la revendrai pour rien au monde (a priori) ! ;)

EDIT : 16/02/2016

J'ai à nouveau changé les lampes pour des NOS en V1 / V2. Du NOS pour du high-gain avec poweramp me direz-vous, pas grand intérêt. Mais comme je ne monte que très peu le gain de l'ampli pour profiter du grain et pouvoir pousser les volumes de l'étage de préamplification assez haut (et donc, faire travailler les lampes), eh bien j'ai tout simplement redécouvert mon ampli.

V1 - Miniwatt Dario (Philips) (NOS)
V2 - Raytheon Baldwin (NOS)
V3 - TAD Premium
V4 - JJ ECC83S
V5 - JJ ECC83S
V6 - JJ ECC83S

Nul doute que la Miniwatt en V1 y est pour quelque chose. J'ai retrouvé cette sensation d'ouverture que j'ai eu en m'amusant sur un 65 Amp poussé à fond, et même un sublimissime Verellen Loucks. L'ampli prend la pièce, fait vibrer les tripes et aucune fréquence n'agresse jamais les oreilles. Rendement énorme, profondeur sonore incroyable... Je suis plus que comblé. Je pense que le mariage NOS / tubes actuels fonctionne parfaitement. Inutile d'en avoir 6, des JJ bien triées font parfaitement l'affaire. Et ça sonne !

EDIT 16/01/2017

Je suis passé sur une guitare Mayones Regius 7, monté en humbucker Dominger Pickups.

La Diezel réagit d'une façon radicalement différente avec ! Alors première chose, c'est une 7 cordes. Je joue énormément avec, parfois même en Drop A. Et CA D-E-F-O-N-C-E. Qu'on soit claire. Le la grave est parfaitement retransmis par la Hagen, je pense même qu'elle adore ça.

Côté EQ, c'est une guitare en acajou. J'ai pratiquement le même set-up de micro que sur mon ancienne Stratocaster en frêne, table en érable et touche érable, et pourtant l'EQ est aux antipodes de ce que j'utilisais.

Une bonne base de travail : Aigu à 6,5 ; Mid à 8 ; Basse à 1

Après une bonne centaine de dates avec cet ampli, j'ai appris à l'utiliser selon les salles, les scènes, les systèmes de sonorisation... Je joue toujours avec le même couple de micro (le mien, un C214 et un SM57 plein centre) alors c'est une bonne base de comparaison.

Globalement, les contrôles de la section Master (Deep & Presence) sont fabuleux. J'ai appris à travailler avec cet ampli en résidence dans une grosse salle, avec un gros système son très réactif, et il fallait donc être assez précautionneux sur les changements d'EQ. Et j'ai appris avec le temps que ce n'était pas partout pareil, qu'il fallait parfoi être un peu moins frileux !

Par exemple, dans une salle moyenne avec un système de sonorisation un peu moins gros, il ne faut pas hésiter à redonner du corps avec le Deep (à 1 ou 2) et de l'air avec la Présence (parfois même jusqu'à 6 ou 7). Mieux vaut corriger à l'ampli ce qui serait fait à la console ensuite.

J'ai fait retuber la section de puissance par David, de l'Atelier des Amplis (à Saint Galmier). C'est impeccable depuis, avec ce quartet de JJ KT77. Je sens clairement aujourd'hui que le temps de rodage est fini, et que les lampes donnent tout ce qu'elles ont. Et honnêtement, c'est... un peu trop.

100 watts à lampes (AVANT saturation), c'est juste énorme, et honnêtement, trop. Avec 3 NOS en V1, V2, V3, 3 JJECC83S triées, et 4 KT77 triées, le rendement est juste monstrueux. Ca arrache carrément, les crêtes sont fabuleuses. Bien plus que la config de base. Mais le résultat est que je ne pousse jamais le master au-delà de 2 quand je suis repiqué (les volumes des preamp sont à 5 ou 6). Dans une salle non repiquée, allez, on peut éventuellement monter à 3... au-delà, tout le monde meurt dans d'atroces souffrances.

C'est un peu tout le paradoxe d'avoir trop de puissances et de ne pas pouvoir l'utiliser. J'aimerai pouvoir rentrer dans le lard de l'ampli de puissance et taper dans les lampes, mais je ne peux pas. Je réfléchis à faire monter un split de puissance 25/50/100Watts.

Je l'ai utilisé en studio dernièrement, dans une live room parfaitement traitée acoustiquement, et j'ai pu pousser vraiment le Master. Et croyez-moi, l'écart de dynamique est incroyable. Sincèrement, je pense avoir entendu la plus belle distorsion possible avec cet ampli en utilisant le canal clean 1, en mettant le gain à fond pour bien taper dans la première lampe (la Miniwatt), avec le Master poussé comme il se doit. Ca retourne le ventre. Là, c'était de la vraie saturation de tube. Je n'ai jamais entendu un drive aussi ouvert, riche en harmoniques. Et comme je l'ai fait en bi-amp avec un Verellen Loucks... je me fais du mal.

J'aimerais aussi vous parler de mon expérience de tournée, et donc de logistique. Cette tête est énorme, comme toutes les têtes Diezel. Et elle est LOURDE. Seule, c'est 22 ou 23 kg. Comme on ne sort jamais sans son manteau, avec le case on grimpe à 30 kg.
Pour avoir fait faire un devis de case sur-mesure, avec structure en nid d'abeilles plus légère, on perd à peine 2 kg sur l'ensemble pour plusieurs centaines d'euros. Pas folichon.

La tête est lourde mais également longue, ce qui rend le transport seul vraiment problématique. Mon dos me le rappel à chaque fois, et sincèrement, c'est le point qui me dérange le plus. C'est chiant à porter, et ça prend énormément de place dans le véhicule de tournée.

J'ai pris plusieurs fois la décision de m'en séparé pour ces raisons-là uniquement, pour passer sur une plus petite configuration, mais je suis toujours revenu en arrière jusque-là car je n'avais pas "ce" grain, "ce" son.

J'encourage toujours autant à tester cette tête, mais soyez prévenus de la galère logistique que cela impose.