close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Tête d'ampli guitare tout lampe
Matériel Tête d'ampli guitare tout lampe {{currentManName}}swap_horiz Revv Amplificationswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Depuis le temps que j'en Revv... - Avis Revv Amplification D20 Lunchbox Amp

Rapport qualité/prix : Correct Cible : Les utilisateurs avertis
Introduction :

Je vais essayer de ne pas paraphraser le très bon test qu'AZ a déjà écrit sur le sujet qui m'a beaucoup aidé à me décider. Aussi, pour de plus amples infos, je vous invite à le consulter.

Je voulais absolument me tourner vers un ampli à lampe - grand naïf que je suis - mais vivant en appartement en plein centre-ville, ça s'annonçait tendu...
J'avais entendu parler des émulations en plug-in, et pour en avoir essayé quelques-unes (GTR3 de Waves, Plini et Tosin de Neural DSP, plusieurs JST Toneforge, quelques émulations UAD...) je n'étais pas pleinement satisfait.
Non pas que les émulations étaient mauvaises, du tout, mais je souhaitais quelque chose de différent, dans la forme et dans le son. C'était décidé : je voulais un ampli à lampe moderne. J'ai assez tôt entendu parler de Two Notes qui est à la pointe de la technologie en ce qui concerne les IR de cabs. Quand j'ai appris qu'ils collaboraient avec Revv, c'était décidé : il me fallait le D20.

Quand je me suis décidé à l'acheter, j'ai été confronté à un choix crucial : D20 ou G20 ? On pourrait croire a priori qu'il s'agit du même ampli. Le G20 embarquant en plus un deuxième canal, il serait donc sensiblement mieux que le D20 ! En soi, il serait donc plus avantageux d'acheter le G20 pour 100€ de plus...
Mais il faut garder à l'esprit qu'il ne s'agit pas du même canal clean ! Bien que le G20 ai l'avantage d'avoir un deuxième canal (le canal violet du Generator 120), son canal clean a une headroom plus réduite et plus "sombre" que celui du D20, qui tire son canal clean du Dynamis ! Je vous invite à regarder cette vidéo pour vous en rendre compte :



Je tiens également cette source d'un échange de mail avec l'équipe de Revv à ce sujet. Ainsi le D20 sera plutôt destiné aux styles qui demandent beaucoup de dynamique et de clarté tandis que le G20 s'adressera plutôt aux styles orientés metal car il risque de manquer de dynamique et de punch dans les aigus pour d'autres styles.
Je joue du funk, du jazz-fusion, du blues et du math-rock : mon choix était fait car je n'avais pas l'utilité d'avoir un deuxième canal (et puis j'ai pas mal de pédales).

L'ampli en lui-même :

Eh bien écoutez, c'est excellent.
Dès le départ, on a un emballage niquel, un sac de transport fourni (perso j'adore) dans lequel se trouve l'ampli sous plastique protecteur. Le chassis semble solide, la poignée repliable également. Les potards sont un peu résistants dans leur course, mais il vaut mieux ça que l'inverse. Petite exception faite pour le push/pull du gain qui me semble un peu plus fragile, à voir dans le temps comment ça tient.

Le D20 est équipé d'une loadbox interne qui permet directement de le brancher en XLR sur une carte son sans disposer d'un cab, ce qui est ma configuration actuelle. Un bruit de masse apparaît ? Pas de problème y'a un commutateur ground/lift.
On le démarre et d'un coup, une superbe headroom, des aigus très clairs et punchy, des middles ronds et parfaitement définis. En ce qui concerne les basses, elles sont peut-être même parfois un peu trop présentes sur les 4x12 ! Globalement le son est transparent et le spectre équilibré, ne laissant pas vraiment de signature sonore distincte à l'ampli : parfait pour mes pédales d'OD et de disto !

Sans souci on retrouve un EQ 3 bandes pour modeler un peu le signal (alors c'est un peu relou parce qu'au lieu d'être Bass - Middle - Treble c'est l'inverse : Treble - Middle - Bass, ce qui demande un petit temps d'adaptation quand on fait ses réglages à l'aveugle et que par habitude on se plante en fait de potard...).
La saturation obtenue avec le push/pull est très agréable, on pourra obtenir un beau son rockabilly et au maximum un overdrive début hard-rock. Il faudra user de pédales pour corser un peu le son si on veut aller au-delà de ces styles.

Outre le fait de pouvoir avoir du lampe à volume acceptable à la maison, le gros avantage de cet ampli est qu'il dispose de la technologie Torpedo de Two Notes. En effet, une fois le logiciel gratuit installé, on peut soi-même se faire ses petits presets de cab (quel cab on met, quel micro dessus et où ça, reverb, eq, comp etc.). Il y en a 10 inclus de base et on peut en acheter d'autres sur le site de Two Notes. Tout est pilotable MIDI évidemment mais je n'ai pas pu essayer encore.
Le D20 est extrêmement polyvalent car, vous vous en doutez, si on charge une autre IR de cab, on change drastiquement le caractère de l'ampli ! Et honnêtement, on a affaire à un excellent travail de reproduction et de capture d'IR ! Le fait de pouvoir également changer les micros et de les placer différemment dans le logiciel laisse une marge de manoeuvre dingue pour façonner son son de la manière la plus personnelle possible.

J'aimerais également parler d'une fonction que j'ai mis un moment à comprendre car c'est assez mal expliqué dans le manuel et que le test d'AZ, malgré sa grande qualité, ne la détaille pas.
Le D20 est équipé d'un bouton 4W/20W (ok ça c'est facile à comprendre) mitoyen d'un autre mystérieux bouton PRE/POST. Alors si vous pensez à Pre-fader/Post-fader vous n'y êtes pas du tout. En gros, le D20 a la capacité de bypass ses lampes de puissance afin que l'émulation Two Notes récupère le signal issu du préampli pour l'amplifier avec des lampes de puissance virtuelles.
Pour être plus précis, en mode "POST", le signal passe par le préampli (2x12AX7), puis par les lampes de puissance (2x6V6) avant d'arriver dans la simulation de HP au choix.
En mode "PRE", le signal passe toujours par le préampli, mais cette fois il arrive directement dans l'ordinateur pour solliciter des lampes de puissance virtuelles avant d'aller dans la simulation de HP. Ces lampes virtuelles sont elles aussi au choix : KT88, 6L6...

Une fois bien maîtrisée, cette option vient confirmer qu'une fois encore, le D20 est un monstre de versatilité sonore. Il ne s'agit pas là d'une fonction prolixe ! C'est totalement exploitable et sonne professionnel.

Peut-être le défaut majeur du D20 réside dans le fait qu'il faille user de pédales d'effets pour coller à d'autres styles de jeu (par exemple pour jouer du metal), ce pourquoi le G20 a vu le jour par la suite. Mais le D20 reste un amplificateur de très très bonne facture avec un excellent canal clean (bien meilleur selon moi que celui du G20). Il apporte le pouvoir de faire à peu près ce qu'on veut avec son son. Et ça, c'est vraiment impressionnant ! Sortez votre pedalboard et vous êtes le roi (ou la reine) du monde !

Les quelques autres défauts que j'ai trouvé en un mois d'utilisation intensive :

- Le prix. Parce que quand bien même le travail de R&D requis et l'innovation, on est quand même sur du 1200€ neuf pour un 20W ;
- Pas super polyvalent pour les styles extrêmes (on lui préfèrera le G20) ;
- Sur certaines simulation de cabs, le son peut manquer un tout petit peu de profondeur par rapport à une prise réelle ;
- Plutôt technique à prendre en main pour l'exploiter à 100%.

Pour moi, il mérite 4,5/5 (que je n'arrive pas à mettre). J'en suis très satisfait pour l'utilisation que j'en ai.