close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Théorie musicale
Matériel Théorie musicale {{currentManName}}swap_horiz Selectionner
une Marque
Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
  • settings_backup_restore

[Bien débuter] L'évolution de Schönberg du classicisme romantique à l'atonalité

L'évolution de Schönberg du classicisme romantique à l'atonalité
L'article d'aujourd'hui sera de nature un peu différente des précédents. En effet, je vous propose exceptionnellement de nous intéresser cette semaine davantage à l'histoire musicale qu'à la théorie.

Lire l'article
 


Ce thread a été créé automatiquement suite à la publication d'un article. N'hésitez pas à poster vos commentaires ici !
Magnifique article, merci à Audiofanzine de ne pas se limiter à des articles sur le matériel ou les techniques actuelles et de s'élever à ce niveau. Continuez ...Merci?
Pour faire suite aux prétendants commentaires (concernant la première partie)...

Il m'est évident que ce n'est pas une suite de notes aléatoire et/ou « n'importe quoi ». Je perçois des séquences, des « schèmes », de la structure, etc. Par contre, est-ce que ça m'émeut? Non. Qu'est-ce que ça m'évoque? Désorientation, perturbation, décadence, folie, etc. Est-ce que j'apprécie? A priori et, naturellement, non! Mais si je cherche à analyser, je pourrais finir par apprécier la combinaison et « l'ingéniosité » de certains passages. Mais j'avoue que ça demeurera essentiellement un exercice cérébral et intellectuel.

J'ai d'ailleurs un peu le même rapport avec des styles bcp plus « accessibles », comme le Jazz, que je réussis à apprécier écouter (et regarder exécuter) surtout parce que je suis guitariste et que j'admire « l'ingéniosité », la créativité et la virtuosité de certains jazzmen, sans pour autant que cela ne me touche émotionnellement ou ne m'émeut. Quand j'écoute ou regarde un jazzman jouer, ce n'est pas pour être émue ou touchée.

Bref, je comprends tout à fait que les musiques atonales/dodécaphoniques/sérielles ne touchent pas des masses, car (comme certains autres styles d'ailleurs), elles n'usent pas de « gimmicks » simples qui créent l'envie naturelle de fredonner et de bouger et/ou qui suscitent l'association d'émotions basiques comme la joie et la peine, ce qui ne nécessite aucun effort intellectuel. Mais sinon, je ne porte aucun jugement de valeur pour autant, car ça demeure une forme d'art et un style de musique comme plusieurs autres (on apprécie ou pas).

Il y a 30 ans quand, tout jeune, je commençai à écouter du Death Metal technique, mes parents et certains de mes amis ne voyaient en cette musique qu'un grand n’importe nawak, alors que lorsque nous sommes guitaristes, nous savons très bien que c'est loin d'être n'importe quoi et que certains mecs sont des virtuoses, que l'on apprécie ou non la musique (enfin, ok, dans tous les styles, il y a parfois des « sans aucun talent » qui cherchent à justifier leur médiocrité sous prétexte d'un « art incompris », mais c'est un autre sujet!).
Merci !
Est-ce qu'il serait possible, si jamais les prochains contenus s'approchaient des contemporains vivants et des enjeux actuels, d'avoir un article sur l'histoire récente de la compo algorithmique et de ses outils s'il vous plait ?
(pas forcément l'algorave qui est très récente et bien documentée...)
Darkmoon, ces musiques n'ont pas eu la chance de se faire connaître autant qu'elles le méritent, en particulier à cause de l'omniprésence du néo-classicisme dans les musiques de film.
Citation de Killby :
... à cause de l'omniprésence du néo-classicisme dans les musiques de film.

Et la publicité ! Et les emprunts dans la musique pop (ex. en France Serge Gainsbourg, William Sheller, etc).
Et ne pas oublier que la pop est l'héritière du rock et du folk, héritier du rock 'n' roll, descendant du rhythm and blues, héritier du blues, du swing, pour remonter au ragtime, héritier du romantisme et donc du classicisme.
oui, j'ai fait court ;)
Citation de Killby :
Darkmoon, ces musiques n'ont pas eu la chance de se faire connaître autant qu'elles le méritent, en particulier à cause de l'omniprésence du néo-classicisme dans les musiques de film.


J'imagine bien!

...mais c'est l'éternel débat (et cercle vicieux) entre qui de l'oeuf ou de la poule :

Est-ce qu'un art/artiste n'est pas très connu à cause du manque de visibilité/publicité ou est-ce qu'il n'est pas très publicisé/représenté parce que, de toute façon, n'attirant pas assez les foules?

Bien malin celui qui peut répondre à ça! ;)
Ca c'est clair, mais il faut reconnaître que si les films, la pub et autres utilisaient davantage autre chose que le néo-classicisme, "on" finirait pas y être moins réfractaire, l'habitude aidant, et ensuite, peut-être l'émotion pourrait-elle émerger ...
Merci beaucoup pour cet article !