La réverbe, juste une question de feeling

Le guide du mixage - 64e partie

Suite aux articles présentant les différents types de réverbération, vous devriez maintenant être en mesure de déterminer quelles familles correspondent le plus aux objectifs que vous vous êtes préalablement fixés.

Maintenant, il vous reste à choisir exactement quels presets issus de ces familles constitueront le meilleur point de départ pour le morceau que vous êtes en train de mixer. Et mine de rien, ce n’est pas une mince affaire tant cela peut influencer la perception de votre titre par l’auditeur d’un point de vue purement émotionnel…

Le parfum du son…

J’aime à penser que la réverbération est à la musique ce que les odeurs sont à notre inconscient. Et lorsqu’on y réfléchit un tant soit peu, cette analogie est somme toute logique. À l’instar de la réverbération, une odeur est quelque chose d’impalpable n’ayant pas réellement d’existence propre. Pour qu’il y ait odeur, il faut un émetteur, un moyen de propagation et un récepteur. Dans la nature, une réverbe n’est « présente » que lorsqu’un son est émis dans un espace et que quelqu’un est là pour l’entendre. De plus, les odeurs ont un accès privilégié et quasiment direct à notre mémoire et à nos émotions, sans parler de l’impact qu’elles peuvent avoir directement sur notre corps. En effet, si j’évoque l’odeur de grand-maman, d’un bouquin, d’une voiture neuve, d’une forêt, ou bien encore de l’herbe fraichement coupée, tout le monde comprendra de quoi je parle et cela fera certainement ressurgir un souvenir et/ou une émotion chez mes interlocuteurs. Et même si ces odeurs ont une portée émotionnelle différente pour chacun de nous du fait de notre vécu, il n’en demeure pas moins qu’il existe une racine commune aux sentiments qu’elles sont susceptibles de déclencher chez tout un chacun. Quant aux effets corporels éventuels, ils sont tout aussi indiscutables. J’en veux pour preuve le lien étroit entretenu par la présence d’un bouquet de lavande dans l’environnement direct de votre serviteur et les inéluctables spasmes abdominaux que cela entraîne chez ce dernier… Mais je m’éloigne du sujet. Enfin pas tant que ça finalement…

Revenons donc maintenant à nos réverbérations. Tout comme les odeurs, elles sont profondément ancrées dans notre inconscient collectif. Elles sont une partie intégrante de la nature, et donc, à ce titre, elles ont un aspect vivant qui peut « dialoguer » avec notre animalité. Ainsi, au-delà de la suggestion d’un quelconque lieu, les réverbérations sont capables de transmettre d’autres informations à l’auditeur — par exemple une époque, une ambiance, ou bien encore une humeur — et ce, de manière très subtile mais pourtant bel et bien réelle.

Altiverb 7 IR browser : reverb space presets

Du coup, le choix de vos présets doit impérativement tenir compte du message et/ou de l’émotion que vous souhaitez véhiculer. Pour filer la métaphore jusqu’au bout, imaginez donc l’espace d’un instant une belle jeune femme distillant le parfum peu délicat d’une poissonnière après une dure journée de labeur, une vieille voiture ayant l’odeur d’un cabriolet flambant neuf, ou bien encore un boxeur qui, après un combat particulièrement acharné, sentirait la fleur des champs… Plutôt incongru, n’est-ce pas ? Eh bien en ce qui concerne le mariage entre votre musique et vos réverbérations, il en ira de même si vous n’y prenez garde. Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ; utiliser une réverbération inattendue en regard de votre composition peut être un effet de style très intéressant, voire extrêmement percutant si cela est fait avec goût. Seulement je préfère que vous en ayez conscience et que cela soit un acte volontaire plutôt que le résultat d’un heureux accident.

Bref, tout ça pour dire qu’au moment de choisir vos presets, je vous conseille d’imaginer l’émotion que vous cherchez à transmettre, la patine que vous désirez donner à votre production, puis de traduire cela d’un point de vue fréquentiel. Travaillez-vous sur une atmosphère sombre ou chatoyante ? Un feeling ouvert ou fermé ? Une ambiance moderne ou datée ? Un groove vif ou alangui ? Voilà les questions qu’il vous faut vous poser afin de pouvoir faire correctement vos choix de présets.

Et après ? C’est ce que nous verrons dans le prochain épisode !