Profession : ingé son Live

Interview des ingés son Live Mathieu Sachot et Bertrand Lavergne

Une fois n’est pas coutume, c’est au monde du Live que s’intéresse Audiofanzine, avec l’interview de deux ingés son à l’occasion de la dernière édition du Festival Foud’Rock.

Si dans l’imaginaire du grand public, les ingénieurs du son sont le plus souvent associés à l’univers du studio, il conviendrait de ne pas oublier qu’une grande partie d’entre eux travaillent dans l’obscurité d’une salle de spectacle, veillant au confort sonore du groupe pour les uns, ou à celui du public pour les autres. Comme en studio, il est question de micros, de compresseurs ou d’EQ, mais avec des contraintes nettement différentes. Outre le fait de devoir s’adapter à chaque concert à de nouvelles contraintes logistiques ou acoustiques, il faut surtout savoir travailler en temps réel, ce qui tend à donner un côté ‘performance’ à ce rôle. Et au-delà de ça, composer aussi avec la législation en vigueur sur le bruit.

Un peu honteux de ne pas donner toute la place qu’ils méritent à ces hommes et femmes de l’ombre, Audiofanzine a profité de la dernière édition du Festival Foud’rock pour aller à la rencontre de deux d’entre eux : Mathieu Sachot, l’ingé du Festival, et Bertrand Lavergne, ingé du groupe 7 Weeks qui était à l’affiche. Entre deux concerts, les deux hommes dévoilent ainsi certaines facettes de leur passionnant métier, au cours de deux interviews qui feront figure d’introduction pour les néophytes en la matière.

Foud’Rock ?

Se tenant sur deux jours en octobre de chaque année à Magny-les-Hameaux en Ile-de-France, Foud’rock est un jeune Festival consacré au gros rock et au métal et qui, n’en doutons pas, est promis à un bel avenir. Après avoir vu passé des références comme Loudblast, AqMe ou Headcharger, ce petit frère du Hellfest a en effet accueilli lors de sa dernière édition The Hyènes (des anciens Noir Désir Jean-Paul Roy et Denis Barthe autour d’une idée d’Albert Dupontel), mais aussi Deportivo, Bukowski, 7 weeks et les Américains de Barb Wire Dolls. Outre la sympathique affiche, c’est surtout le niveau de professionnalisme (et de sympathie) dont font preuve ces bénévoles qui augure d’un bel avenir. Et comme à la base du projet, on retrouve deux AFiens…

Pour plus d’infos, n’hésitez pas à visiter http://www.foudrock.fr/.


Merci encore à Mathieu et Bertrand de m’avoir accordé de leur précieux temps
et à toute l’équipe de Foud’rock pour sa gentillesse.

Et merci aux groupes qui ont envoyé du bois durant deux jours :
I know, it’s only rock’n’roll but I like it ! ;-)