close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Autres effets studio
Matériel Autres effets studio {{currentManName}}swap_horiz dbxswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Celui qui travaille dans l'ombre... - Avis dbx AFS224

C'est un anti-larsen automatique.
Il ne fait rien d'autre.
Stéréo (ou dual mono), 24 filtres par canal, largeur d'1/80ème d'octave minimum

Deux modes : statique et dynamique (on choisit le nombre de filtres statiques et le nombre de filtres dynamiques)
4 largeurs : 1/80, 1/20, 1/10 ou 1/5ème d'octave
4 durées de maintien pour les filtres dynamiques : Toujours, 10s, 10m, 60m
Connecteurs XLR et Jack 1/4" TRS symétriques, sorties à +4dBu ou -10dBV

A l'intérieur, c'est forcément tout numérique. D'où le regret de ne pas pouvoir l'insérer en numérique directement. Pourquoi devoir repasser par des étages AD/DA ?

Contrairement au Berhinger, y'a pas de prise MIDI, donc pas de possibilité de sauvegarde et restauration des réglages. Dommage. Ca pourrait servir comme base quand on revient dans la même salle avec la même sono...

UTILISATION

Simple ? Ben si on veut.

Chaque bouton a plusieurs fonctions et, à moins d'avoir l'habitude, c'est pas facile à retenir. Quant à moi, j'ai eu besoin du mode d'emploi chaque fois.

Mais bon, une fois réglé avant presta, on n'y touche plus. C'est le principe et l'intérêt...

Quelques manips -toujours les mêmes- avant le concert pour régler les filtres statiques et supprimer ainsi les larsens principaux (donc augmenter le niveau) comme on le ferait avec un EQ graphique, puis le reste ne sert qu'en live, pour supprimer les "accidents", type le chanteur qui passe devant le HP, dans l'enthousiasme de l'ambiance, le micro qui tombe, etc.

QUALITÉ SONORE

Je l'utilise sur les retours voix, en insert sur les départs Aux sur ma Yamaha DM1000.

C'est important de le mettre en insert parce que l'engin ne marche bien qu'à proximité du niveau nominal, donc si on veut régler le niveau global, il faut garder le master fader du départ Aux après le dbX. Si on mettait le dbx en sortie avant l'ampli, il faudrait régler le niveau sur l'ampli, ce qui n'est pas pratique -les amplis étant le plus souvent près de la scène.
Suis-je clair ?

Qualité sonore ? Ben quand il est inséré, on ne l'entend pas. C'est le but, non ?

AVIS GLOBAL

Donc, ça fait le taf.
Plutôt bien, je trouve.

Mais soyons clairs : c'est le genre d'engin qui, s'il marche bien, on ne doit pas l'entendre ! Donc, pas facile de se faire une idée...

Et aussi : faut pas s'attendre à des miracles - les miracles ça n'existe pas !
Donc, ça ne va pas vous épargner le travail de régler la sono, les micros, la position de ceux-ci par rapport aux sources, aux HP et aux réflexions de la salle, et, enfin, de prendre le temps de supprimer les larsens patiemment -ici avec des filtres automatiques - avec vérification que le son ne devient pas une bouillie - ce qui indiquerait qu'il faut déplacer/changer qq chose...

Et les filtres automatiques, ils sont surtout pratique lors de la presta pour éviter les incidents de parcours : chanteur qui bouge un peu trop, qui, dans l'enthousiasme, laisse pendre le micro, micro qui tombe, ...

Je l'ai utilisé sur 2 concerts jusque là.
Lors du second, avec un Neumann KMS105 sur une scène assez grande et un niveau sonore... on va dire 'important' sur scène (groupe Cover des Red Hot, des jeunes, qui "tapent" !), le chanteur m'a dit qu'il n'avait jamais été aussi "confortable" au niveau retours scène. Et il a quand même fait plus de 30 concerts cette année, de l'arrière salle de café au festival devant 1000 personnes... donc on va dire qu'il a une certaine expérience.
En réécoutant l'enregistrement, on entend qq départs de larsen en haute fréquence (3 sur 1h30) qui sont automatiquement supprimés par le AFS.
Bien, donc.

C'est quand même un confort de pouvoir compter sur l'engin en cas de surprise.
Et les réglages pré-concerts sont normalement moins destructifs qu'un EQ...

Dommage qu'il n'ait pas d'entrées/sorties numérique je trouve.

A suivre !

Update 4/6/2011 :
L'engin ne fait pas des miracles, je l'ai dit. (Un EQ graphique non plus, d'ailleurs...) Donc, il m'est arrivé que ça ne suffise pas. Mais dans ce cas, y'a toujours qq chose qui cloche : retour mal mis, trop de réverb murale, compresseur trop violent sur le retour, chanteuse qui murmure à 30 centimètres de son micro -qu'elle tient comme une crème glace-,...
Mais dans l'ensemble, je trouve toujours ça confortable. Alors je viens d'en racheter un second... Comme il me faut 4 "retours scène"...