close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Informatique musicale
Matériel Informatique musicale {{currentManName}}swap_horiz Selectionner
une Marque
Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
24,896 produits23,007 news772 tests2,859 petites annonces1,224 tutoriels20,061 avis utilisateurs150,671 discussions

A propos : Informatique musicale

Révolution socio-culturelle autant qu’industrielle, l’informatique n’a bien évidemment pas épargné le monde de la musique, au point qu’elle se trouve au cœur de la plupart des Studios et Home Studios. Permettant un travail d’une extrême précision et d’une grande souplesse, elle a su fournir des équivalents logiciels pour de nombreux équipements audio professionnels : l’enregistreur multipiste est ainsi devenu séquenceur audionumérique tandis que les effets et instruments se sont changés en plug-ins.

Afficher plus

Appelée aussi MAO (Musique Assistée par Ordinateur), l’informatique musicale désigne l’ensemble des matériels et logiciels utilisés pour produire de l’audio ou faire de la musique avec un ordinateur. Depuis son apparition à la fin des années 80, le micro-ordinateur est peu à peu devenu le centre névralgique du studio et du home studio modernes, mais il a aussi investi le monde du live.

music key on keyboard 000004155869Medium

En marge de cet aspect pratique, on observera que l’informatique a grandement contribué à démocratiser, pécuniairement parlant, les outils utilisés dans la production musicale : si l’achat d’un ordinateur demeure un investissement, le faible prix des logiciels (parfois même gratuits) en regard de leurs équivalents matériels explique en grande partie l’adoption massive de l’informatique musicale par le grand public, mais aussi par les professionnels frappés par la crise. Ces derniers valorisent également le temps que permet de faire gagner l’ordinateur par rapport à ses équivalents analogiques, notamment au niveau du montage et de l’édition.La première raison à cela, c’est que l’informatique musicale propose de nos jours des équivalents logiciels à la plupart des instruments de musique ou des matériels traditionnellement utilisés pour la production audio et musicale, tout en offrant la souplesse de l’informatique et du multimédia : compression et clonage parfait des données, puissantes fonction d’édition (couper / copier / coller / annulation), gestion de la vidéo, connexion à Internet, programmation, etc.

Notons enfin que la commercialisation massive de la musique au format numérique, d’abord avec l’apparition du CD puis de manière dématérialisée avec le MP3 et ses concurrents (AAC, M4A, WMA, etc.), couplée à l’avènement d’Internet comme plateforme de diffusion et de promotion a achevé d’installer l’ordinateur au coeur des outils de production musicale. On ne recourt pas seulement à la MAO parce que c’est pratique et puissant, on y recourt parce que c’est économique et qu’à la fin, il s’agira d’accoucher d’une version numérique de l’oeuvre pour assurer sa diffusion.

D’ailleurs, quantité d’albums sont aujourd’hui produits In The Box, c’est à dire en ne recourant qu’à un ordinateur, une interface audio, des écoutes, quelques micros et une poignée de logiciels divers (STAN, plug-ins d'effet, instruments virtuels, etc.)  et rien d’autre du début à la fin, que ce soit pour l’enregistrement, le mixage et le mastering.

L’informatique musicale n’a toutefois pas que des bons côtés et elle hérite logiquement de tous les défauts de l’informatique : de possibles problèmes de stabilité parfois, une évolution très rapide qui favorise l’obsolescence des composant ou des périphériques comme des logiciels et une certaine complexité pour les gens mal à l’aise avec les nouvelles technologies. A cela s’ajoutera le débat sur les différences audio entre analogique et numérique, même si cette question est largement dépassée à l’heure où la plupart des professionnels travaillent sur des configurations hybrides, utilisant des logiciels comme du matériel plus traditionnel.

Le matériel de l’informatique musicale

Balance Computer Music Interface 1

Évidemment, qui dit MAO dit d’abord Matériel MAO et donc Ordinateur avec tout ce que cela implique en termes de composants (processeur, disque dur, mémoire, etc.) et de périphériques de base (écran, clavier, souris). Autour de ces derniers se grefferont ensuite différents périphériques et accessoires destinés à doter l’ordinateur de nouvelles capacités dans les domaines de l’audionumérique ou du MIDI, ou plus simplement à simplifier son usage et améliorer son ergonomie dans un contexte musical.

Précisons-le pour ceux qui ne le sauraient pas : l’audionumérique et le MIDI sont les deux formats de données que l’on utilise le plus couramment en MAO. Quelle est la différence ? Disons que le MIDI est à l’audio ce que la partition des 4 saisons de Vivaldi est au disque des 4 saisons de Vivaldi. La norme MIDI ne comporte en effet aucun son, mais une série d’instructions (joue telle note, tant de temps, à tel moment) qu’un instrument compatible MIDI interprètera pour produire du son à partir de ses propres générateurs sonores. (Pour en savoir plus sur l’audio et le MIDI, reportez-vous toutefois à ce dossier : Quelle est la différence entre MIDI et audio ?)

Destinées à être utilisé avec un ordinateur, il existe d’ailleurs quantité de ressources dans ces deux formats : banques de samples audio, collections de boucles MIDI, etc. Évidemment, il faudra pour tirer parti de ces dernières disposer des logiciels adéquats.

Les logiciels de l’informatique musicale

Si puissamment et richement équipé qu’il soit, un ordinateur ne vous servira pas à grand-chose pour faire de la musique ou de l’audio sans des applications spécialisées. Après le matériel, passons aux logiciels MAO qui, autour du séquenceur (appelé assi STAN pour Station de Travail Audionumérique ou DAW pour Digital Audio Workstation) peuvent s’avérer extrêmement variés, à l’image de l’outil polymorphe qu’est l’ordinateur. Gratuits ou payants, pouvant s’adresser à des amateurs comme à des professionnels, ces softs couvrent à peu près tous les besoins de la production audio musicale et, au-delà, à sa diffusion, sa promotion ou encore à l’apprentissage de la musique.

Record music on a Windows computer

A l’heure de vous équiper de ce côté, précisons tout de même que certains logiciels sont dévolus à une plateforme unique : certains n’existent que sur Mac, d’autres ne tournent que sous Windows ou Linux. Il conviendra également d’être attentif à la configuration requise : les plus récents logiciels en date sont rarement compatibles avec les systèmes d’exploitation trop anciens, ou peuvent réclamer un minimum de puissance en termes de processeur, suffisamment de mémoire vive ou de place sur votre disque dur. D’autres encore ne seront utilisables que dans le contexte d’un autre logiciel (plug-ins, banques additionnelles, etc.). Veillez donc à bien lire les recommandations de l’éditeur sur ce point avant d’acheter quoi que ce soit sous peine d’être déçu.

Afficher moins

Tests Informatique musicale

4,5/5

Test de l'interface audio Focusrite Scarlett 2i2 G3

Jamais 2i2 sans 3 Il y a un an et demi, Focusrite sortait la deuxième itération de leur best-seller, la Scarlett 2i2, et c’est avec curiosité que nous accueillons aujourd’hui la troisième version dont les nouveautés restent peu nombreuses, mais intéressantes. Focus sur la petite Scarlett. lire la suite…
4/5

Test de l'interface audio Antelope Discrete 4 Synergy Core

Antelope entre en synergie Il y a un peu plus d’un an et demi, Antelope présentait les Discrete, une nouvelle série d’interfaces Thunderbolt et USB à préamplis discrets et toujours dotées de leur fameux module FPGA et de la flopée de modélisations d’effets qui va avec. Retour en juin 2019, et le constructeur ressort sa Discrete 4 en intégrant cette fois-ci deux DSP en plus du FPGA. Coup marketing ou véritable avancée ? lire la suite…
2/5

Test de l'interface audio Slate Digital VRS-8

Very Slate Annoncée en grande pompe lors du NAMM 2017, la première interface audio Thunderbolt de Slate Digital est enfin en test sur Audiofanzine. Ça valait le coup d’attendre ? lire la suite…

Avis sur les produits Informatique musicale

Pour moi, il est bien mais pas parfait... (Avid - Sibelius 8)

Par alaskan malamute le 19/08/2019
J'utilise un iMac 27 pouces (sous Mojave) avec un second écran et un clavier maître 88 touches.
Copiste professionnel, je travaille sur tout type de partition, du simple lead sheet au score symphonique complet, pour de la Variété, du Jazz ou du Classique, et aussi bien avec Sibélius qu'avec Finale.
Ayant de nombreux logiciel, je suis équipé en clés eLicencer et iLock et je n'ai aucun problème avec la protection contre le piratage.
Les éditeurs de partitions sont des traitements de texte de la musique et donc ne sont pas gourmands en ressources.
Concernant la stabilité, je n'ai eu que de rares plantages, essentiellement sur des très gros projets (plus de 900 mesures) ou parfois en utilisation avec le lecteur de vidéo intégré.
Pour les très gros projets en particulier, je préfère Finale, même si celui ci est moins accessible au début.
La documentation de Sibélius disponible en ligne est très claire, de plus on trouve à la fin du guide de référence un index visuel d'une dizaine de page qui est très pratique.
Pour ce qui est des banques de sons, elle font ce pour quoi elles sont faites: écouter ce qui a été saisi. Si je dois faire une maquette, j'exporte le morceau en midi et je le retravaille dans un séquenceur avec des banques orchestrales.
Les partitions sont de niveau professionnel, aujourd'hui de nombreux recueils sont réalisés soit avec Sibélius soit avec Finale, c'est une des facettes de mon métier.

Ce que j'apprécie le plus:
- L'ergonomie du soft; les onglets sont simples à comprendre et l'on trouve facilement dans lequel chercher le bon outil.
- La saisie des textes: des expressions, des techniques de jeux, du Tempo...
- La saisie des symboles musicaux...
- L'utilisation de la fonction Ossia.
- La reconnaissance des accords, mais...

Ce que j'apprécie le moins:
- Le coté fermé de Siblélius:
Par exemple pour la notations des accords, vous avez la possibilité de choisir "aug"/"dim"... ou bien "+"/"o"... mais impossible d'utiliser les deux dans un même morceau).
Sur une partie séparées j'ai eu une multi pause de 3 mesures suivie d'une mesure à vide sans pouvoir les regrouper en une seule multi pause de 4 mesures.

En conclusion, je considère que Siblélius est un bon logiciel qui devrait ravir le plus grand nombre. Finale à un coté beaucoup plus "usine à gaz" nécessitant un plus long apprentissage, mais avec lequel on peut vraiment tout faire, peut-être à réservé à des utilisateurs plus avertis.
»

pour créer votre propre interface midi (Ctrlr - 6.0.4)

Par Eldar le 19/08/2019

CTRLR est un logiciel pour créer ses propres interfaces de contrôler midi et peut être intégré en VST dans n’importe quel DAW.

L'installation se fait-elle sans problème ?
sans aucun souci, la version 6.0.4 fonctionne très bien sous Windows 10 …

La configuration générale est-elle facile ?
OUI et NON, si vous prenez une interface déjà faite cela fonctionne très bien, (pour moi l’interface du JD990) par contre ça se complique quand on veut créer sa propre interface.
Mais il y a dans le menu ‘TOOLS’, le midi monitor qui permet de voir les sysex envoyé par la machine.
C’est du temps à passer pour comprendre et pour faire son interface, mais cela fonctionne bien.

Ergonomie et performances
Pour l’instant je n’ai pas eu de bug. logiciel complexe quand on rentre dans le dur du sujet.

Depuis combien de temps l'utilisez-vous ?
2mois

Aviez-vous essayé beaucoup d'autres modèles avant de l'acquérir ?
oui quelques-uns mais tous payant, et pas aussi poussé.

Quelle est la particularité que vous aimez le plus, le moins ?
les +
Il peut être pris en compte comme un VST
L’interface peut-être créer avec le design de la marque souhaité.
Il y a des outils pour les sysex
Les -
Il y a peu de tutos.
Il devrait y avoir un mode débutant et un expert.
Certaines interfaces existent déjà, mais il n’y en a pas assez.


Comment jugez-vous le rapport qualité/prix ?

Excellent et GRATUIT ;)
À tester absolument
»

Un faux gadget (Softube - Console 1 mkII)

Par Funckytimes le 19/08/2019
Une tranche MIDI qui pilote un plug-in, cela ressemble de prime abord à un gadget que l'on va vite jeter. J'ai été agréablement surpris par le confort de travail que ça apporte et la qualité du rendu. Deux points importants selon moi :

-Ca ne suffit pas à faire un mix intégral; pas de compresseur/saturation multibande ou d'EQ dynamique. Ce qu'il offre est intéréssant, mais si on débute dans le mixage, il vaut mieux investir dans des bundle de plug-ins qui offrent plus de possibilités. La Console 1 offre un confort de travail et une qualité de rendu sympa, surtout couplée à d'autre plugs (Alliance/Ozone/UAD/Softube..)

-Ca n'a d'émulation que le nom; quand je travail en studio sur des SSL, j'utilise rarement le gate et le compresseur car j'ai à disposition d'authentiques LA-2A, 1176, Distressor. Quant à l'émulation de saturation analogique, elle est chouette, mais n'a rien à voir avec (et c'est normal) une authentique saturation. Donc même en admettant que ce soit une bonne émulation, les studios qui ont des SSL travaillent avec plein d'autre périphériques externes. Néammoins, le rendu reste agréable, le channel Strip de Softube est de bonne facture.


Enfin, la Console 1 est compatible avec la suite SoftTube et une partie des UAD, et comme ce sont souvent de bons plug-ins, c'est intéréssant. Je ne pense pas que ce soit le genre d'achat à faire lorsque l'on débute, mais ça peut être un bon élément dans la chaine audio en terme de confort et de qualité de rendu, à défaut d'avoir les vrais tranches SSL ;)

J'ai aimé :
-Prise en main rapide
-Touché agréable
-Rendu sympa
-Compatibilité Software

A améliorer :
-Un écran pour y voir plus clair dans ses pistes (MKIII ?)


Dispo en MP !
»

News Informatique musicale

Summer of Freeware : Kick-n-Snare x2

Publiée le 26/08/19
Si vous faites de la musique électronique de type EDM, voici 2 outils dédiés au kick et à la snare signés Minimal Instruments.

Dossiers Informatique musicale

Les garçons bouchés

Publiée le 02/08/19
Les garçons bouchés
Pour ce septième épisode de Pass Pass le Beat, on fait un morceau entièrement à la bouche (beatboxing)

Les Pieds Dans Le Patch 26 : Guillaume Jeulin (Blue Cat)

Temps X

Tutoriels et astuces Informatique musicale

random the random_seed

Publié le 16/08/19

Forums Informatique musicale

Petites annonces Informatique musicale

Clavier nomade iRig Keys 37 touches

70 €

Vends Pro Tools 10 + clé iLok

250 €