close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Guitares de forme LP
Matériel Guitares de forme LP {{currentManName}}swap_horiz Gibsonswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Ære perennius exegi monumentum - Avis Gibson Custom Shop Les Paul (1972)

Rapport qualité/prix : Mauvais Cible : Les utilisateurs avertis
J'ai rencontré, ce jour, cette guitare dans un magasin du coin, spécialisé sur les vieilles guitares, et me suis dit qu'un avis n'était pas malvenu, vu que ces vieilles Les Paul éveillent les curiosités et convoitises.

La guitare est donc une Gibson Les Paul Custom Shop, de 1972. L'instrument de l'essai a vécu, et était probablement abusé par un mari violent. Les mécaniques d'origine ont été remplacées par un sextet de grover en acier, de bonne facture certes, mais laissant la tête avec des petits trous extrêmement disgracieux (n'y a t'il pas un code de déontologie intra-lutrique, qui empêcherait un luthier de commettre pareille atrocité ?). Idem pour le corps, ou une attache de sangle semble avoir existé, puis, à nouveau enlevé (sic). Le micro manche comme celui du chevalet sont deux Gibson d'époque, le micro en position centrale est un Seymour Duncan, probablement rajouté à l'époque où tout le monde voulait des seymour, plus gaineux que ces merdasses de micros Gibson, qui coûtent aujourd'hui un bras et demi car collector.

Le corps est en acajou PLEIN... EXTREMEMENT PLEIN... comptez entre 5.5 et 6.5 kg pour cette guitare (poids ressenti)... et la table est en érable, plein, sans flamme ni figuration. Cette table est, je dois le dire ici, laide ; le bois semble quelconque et il semble qu'elle soit en plusieurs partie. Pour une guitare Custom Shop, c'est un peu comme si une boutique de luxe du groupe Dior, ouvrait sous le passage sous-voie de la gare de Lyon... top. Le cherry sunburst n'est pas épatant, mais on n'est pas non plus dans le clownburst ; l'honneur est sauf.

Le vernis est A - BSO - LU - MENT magnifique à sentir. C'est ce genre d'odeur érotico-sexy, que je pourrais sniffer pendant des heures. Je pourrais m'en badigeonner si ce n'était pas nocif pour la peau. Oui, il y a probablement des restes de vieux barbu rempli de bière qui colle à ce verni. Mais je m'en moque. Rien que pour l'odeur, elle mérite.

Le bois de corps me semble standard, assez nervuré à l'apparence (je ne l'ai pas pris en photo)... un peu à la façon d'un bois de chêne.

On notera un biding multi-plis sur la tranche, de belle facture, sans fausse note.

Le manche est collé, simplement, sans long tenon. Et on remarque des craquelures de vernis qui demanderaient une réfection au niveau de la base du manche, emplacement qui semble avoir particulièrement souffert des affres du temps.

Le manche est de bonne facture. Un profil en D, un poil plus large que les standards actuels, sans être énorme. On n'est pas dans la largeur d'un manche Dean USA. Mais on est un peu plus large que les sempiternels manches midsize qu'on trouve de nos jours (Gretsch/Gibson/Tokai/Seagull/Guild/ESP/et bien d'autres). Mais il a beau avoir une petite largeur, il n'est pas rond et goulu, comme on le trouverait sur les Martin HD28.

Au niveau des contrôles, on reste dans le classique Gibson. Avec deux tones et deux volumes, plus un sélecteur à 3 positions. C'est, à mon avis, extrêmement nul, car ça empêche d'exploiter tous les avantages du micro central. Un sélecteur 5 positions aurait, ici, été plus adapté.

Notons enfin que la guitare était proposée à 3'500 Euros par le vendeur, ce qui est prix... un peu sûr de lui, quand on voit que cet instrument aura besoin d'une bonne réfection pour retrouver sa jeunesse d'autrefois (autant que faire ce peut bien-sûr, certains dégâts étant irrécupérables). Ca montre, selon moi, à quel niveau de ridicule le culte pro-Gibson a sombré.


Jouabilité :
L'instrument se montre assez simple à jouer, pour autant qu'on aie finit de l'accorder, ce qui prend des plombes. Je ne sais pas pourquoi, mais cet instrument était rotor dans cet exercice et aimait quitter son accordage fétiche pendant les premières 35 minutes. L'accord s'est stabilisé ensuite, mais la difficulté à ré-accorder reste redoutable. Pour une Les Paul. L'accès aux aigus reste ce qu'il est partout ailleurs. On notera un très bon frettage en haut, comme en bas du manche, pas de fausse note ou de zingage remarquable. Facilité de pressage des cordes plutôt bonne, dans le haut du panier.

Sonorités
La guitare se montre à mon goût. J'affectionne les guitares aux acajous plus denses, qui ont plus ce "son de vieille pomme dans laquelle on croque". Les micros Gibson à l'ancienne mode du Chef, ont une forte personnalité, et, effectivement, un gain plutôt limité. Ils se montrent très capables à reproduire les subtilités du jeu, et je soupçonne qu'ils ont aidé à rendre cette aventure sonore plus belle. Ils m'ont grandement rappelé les micros Amber que j'utilise sur une de mes Tokai Les Paul. Les pots étaient toutefois réglés un peu plus "à l'assaut" sur ces derniers, j'affectionne des réglages un peu moins proches.

Les sons cleans sonnent juste, avec une petite tendance à vouloir partir sur le gras, mais on peut maîtriser cet effet avec le potard de volume et un peu de dextérité au niveau du jeu. On a une belle clarté globale, un bon iota de chaleur et un twang qui s'en vient dès qu'on active un peu le poignet. L'articulation est sans fausse note, et on n'a pas de déséquilibre évident.

Dès qu'on a un peu de crunch, la guitare est dans son élément, et permet d'aller chercher des dynamiques de très loin et à nous les redonner avec les subtilités désirées. Ce n'est rien que d'autres guitares excellente ne feraient pas, mais c'est un bon résultat.

J'aime beaucoup l'ajout du micro milieu, qui, ici, donne un caractère un peu moins chaud en position manche, un peu plus passe-partout sur cette position. Il a aussi une grosse incidence sur le côté Twangy de l'instrument à l'attaque. Si on ne sélectionne que la position chevalet, ce côté twangesque se trouve beaucoup plus maîtrisé.

Globalement, j'ai apprécié le son, que j'ai trouvé bien maîtrisé.

Cet instrument est une pure guitare de Rock et de blues, qui, dans cet exercice, excelle. Je n'ai pas trouvé le gain ou l'assise assez saisissante pour du métal ; mais l'instrument, presque automatiquement, te guide vers les cocottes rock. Il parle à la conscience et pousse dans ce sens.


Mot de la fin :
J'ai apprécié le résultat offert par cette Gibson. Des sonorités équilibrées, parfaitement sur ce qu'on considère comme étant "la source des sons Gibsons". Mais, d'un autre côté, je lui ai trouvé plusieurs défauts difficilement argumentables. Qu'on se comprenne, la guitare a de la valeur en collection, comme une vieille montre ROLEX a de la valeur pour un collectionneur de montres ROLEX. Mais si vous voulez l'heure, vous pourrez la lire avec autant de précision sur une Tag Heuer ou une Hublot, qui seront aussi de belles mécaniques. Cette guitare est bonne, oui, aussi bonne que ce qu'on peut acheter ailleurs, actuellement, pour le même budget.
photo photo photo