close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Tête d'ampli guitare tout lampe
Matériel Tête d'ampli guitare tout lampe {{currentManName}}swap_horiz Bognerswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Un menu Marshall Maxi Best-Of ? - Avis Bogner Helios 100

Rapport qualité/prix : Correct Cible : Les utilisateurs avertis
Un menu Maxi Best-Of des sons légendaires de Marshall ? C'est un peu la promesse faite par Reinhold Bogner. En Marshall guy, peu enclin à la folie régnante autour de la production de Friedman, je me suis laissé tenter par le concept de l'Helios, une plateforme Marshall accueillant les mods les plus populaires du teuton excentrique à ses débuts, et pas uniquement des variations autour du brown sound.

PRESENTATION

On a donc une plateforme de type Marshall, avec le châssis doré, mais plein de petits dessins assez chiants quand on veut lire les fonctions des multiples switches, et le bon vieux headshell Marshall. Heureusement, le poids est bien Bogner, et pas Marshall, merci pour nos lombaires.

- 2 canaux switchables
- Canal clean : volume, switch bright 3 positions.
- Canal drive : gain, volume, égalisation 3 bandes, switch bright 3 positions, switch voicing 70 et 80, switch eq11 (bypass de l'eq)
- Presence, resonance (bottom + punch, sur le panneau arrière)
- Boucle d'effet désactivable avec réglage de volume
- Entrée Plexi et Hot
- Switch 100 / JTM30

UTILISATION

Comme vous l'aurez noté, en ayant que le volume et switch de brillance, le canal clean est rudimentaire, il se contente du minimum, pour ne pas dire des restes. Soyons clair, on est plus dans le canal clean d'appoint que dans le vrai canal clair à part entière, vous serez totalement tributaire de l'entrée dans laquelle vous serez connectée et de votre type de guitare. Dans l'entrée Hot en humbucker, ça crunchera (même légèrement) d'une manière qui ne convaincra pas tout le monde. Et comme il est impossible de switcher entre les deux via AB Box, si vous comptiez utiliser le gros son 80 du canal deux avec un canal clean cristallin, et bien vous pouvez remballer tout de suite, il va vous falloir du doigté.

L'ampli est vraiment deux canaux, même si cela est plus compliqué sur le canal Hot, vous aurez vraiment deux sons sous le pied. Mais comme Reinhold nous le vend comme un vrai 2 canaux (comme la norme actuelle), on se sent un peu roulé. Mais les concessions faites sur ce canal clean que beaucoup n'utiliseront pas, sont en faveur du grain et du caractère du canal deux. J'y reviendrai plus tard. En tout cas, il n'y a pas de miracle, et les amateurs de vieux Marshall le savent bien, on ne peut pas pondre un vrai canal clean sur un Marshall sans faire de concession ou revoir totalement la partie drive. Et si on se tourne vers l'Helios, c'est bien pour avoir ces drives Marshall sous la main.

Les switches bright sont particulièrement efficaces et bien dosés sur les deux canaux. Ils donnent tous une couleur qui reste marshallienne, toujours à propos, avec un impact sur le grain et le gain toujours pertinent, autant d'un point de vue du confort que du fine tuning, pour retrouver exactement le son que vous aviez en tête. Autant je n'avais pas été convaincu par ces switches sur l'XTC 101B, autant ils se montrent très fins, subtils et efficaces à la fois. Pas une position de ces switches, comme des switches de mod 70/80 ou d'EQ, ne s'est avérait mal ficelée ou peu probante. Là, c'est à chaque fois dans le mil, ce ne sera qu'une affaire de goût, mais aucun réglage n'est mauvais de ce point de vue, là c'est vraiment absolument parfait. Et c'est assez rare (même chez Bogner) sur ce genre de réglage pour être signalé.

SONORITES

Réglons la question du canal clair tout de suite. De mon point de vue, avec les guitares que je joue, c'est une grosse déception. J'aurais aimé retrouvé le clean qu'on tire d'un plexi, avec cette ampleur, cette profondeur, que même un YJM100 restitue. Bé non. Sur l'entrée Plexi, on aura du clean, selon le volume auquel on joue, paramétrable avec les switches, mais il manquera ce petit quelque chose. Attention, il est très exploitable et reste clean longtemps, pas de souci. Mais sans avoir de charme particulier, comme y arrivent des amplis comme le Shiva ou le Mercury chez Brunetti. Sur le canal Hot, tout le signal monte dans les tours. Donc à volumes équilibrés pour le jeu en live ou même à la maison, vous aurez un crunch. Et selon votre guitare, ce sera quitte ou double. Avec des simples, ce sera plus ou moins hendrixiens, mais avec des humbuckers, ce sera trop velu, il faudra méchamment jouer du potard. Donc à la volée en live, si vous préférez le mode Hot, il faudra vous adapter à ce canal qui ne fera office que de second canal d'appoint. Si au moins il avait un master volume lui aussi, on aurait pu s'amuser un peu. Bref, ce n'est pas pour lui qu'il faut acheter cet ampli. En gros, vous pourrez switcher quoi qu'il arrive, mais les sons resteront relativement proches : plus vous irez loin en drive, moins votre clean le restera.

Passons au vif du sujet, avec le canal drive :

- Plexi Input / mode 70 : le drive est vintage, aucun souci, c'est bien le grain d'un plexi poussé à fond. Ca manquera de corps par rapport à un vrai, mais vous n'aurez pas les oreilles qui saignent. En augmentant le réglage bottom, on retrouve le côté joufflu. Peu de drive, il faut vraiment lui rentrer dedans en jouant, comme un vrai quoi. Là, le bright switch peut donner un coup de main et affiner le type de grain qu'on a en tête, mais on reste vraiment dans le classique.

- Plexi Input / mode 80 : Fans de Free, d'AC/DC, là, on est à la maison ! C'est moins criard que certains sons plexi mal réglé ou foutu totalement à fond. Ca reste défini. Bref, on est plutôt dans ce qu'on tire d'un bon JMP2203 bien réglé, avec un bon drive de croisière pour les rythmiques, il part au quart de tour avec une pédale de boost pour les solos. On perd un peu l'authenticité d'un vrai 2203 ou d'un 1959, notamment "l'agression acoustique", mais on y gagne en souplesse d'utilisation, en définition. C'est très agréable à jouer, on reste toujours dans le tempérament Marshall, l'input Plexi étant très fidèle et laissant beaucoup de marge au guitariste. Les rockers et les blueseux adoreront, les shredders beaucoup moins...

- Hot Input / mode 70 : On reprend le drive là où on l'a laissé, en allant plus loin en drive, tout en étant moins compressé, sans doute un peu plus ouvert. Clairement, on passe au bon 2203, et même au très bon 2203 : plus facile à jouer, prenant facilement les pédales de boost, restant défini à gain élevé, toujours ouvert sans les aigus criard du 2203 de base. C'est une vraie réussite, qui répond à ce que beaucoup demandent comme modification sur un 2203. Pourtant, il lui manque un zeste de sauvagerie, à obtenir plus de maîtrise, on calme nécessairement le tempérament. Ca le rend plus docile, plus facile à jouer, à intégrer à un rig, un pedalboard, et on agresse moins le public, tout en gardant un grain Marshall et une superbe présence dans le mix. Pour du live, c'est parfait, mais il manquera quelque chose pour le studio, ces petites imperfections propres aux 2203 ou 1959 à burnes. Comme avec les vieux Marshall, il faudra un coup pouce pour le lead, mais rien qu'avec une TS9 de base, ça part au quart de tour. Ca réagit même mieux que le plupart des 2203 que j'ai eu à cette pédale.

- Hot Input / mode 80 : alors lui, il est clairement à part. Si le passage en mode 80 a impact concret mais pas radical sur le drive en entrée plexi, mais sur l'entrée Hot, on change de monde, Bruce Banner devient Hulk. Clairement, c'est ce qu'il y a de plus sauvage dans cet ampli, malgré ce qu'on pourrait imaginer de par l'apport de la compression de ce mode. Le compression est palpable, transforme la texture du grain et le voicing de manière bien plus radicale. Le tout est plus ramassé, le voicing, l'égalisation globale change, plus moderne, la bosse caractéristique Marshall est toujours là, mais ressort différemment, de manière plus flashy du fait du changement de son environnement. Bref, on est vraiment dans ce qu'on imagine d'un Marshall moddé par José Arredondo, c'est clairement le territoire du brown sound. Pas de fioriture et d'harmoniques gonflées pour avoir un son lead de shredder. Non, c'est vraiment Marshall sous stéroïdes, on peut donc construire de solides sonorité en rythmiques, avec du grain. Pour moi, c'est too much, je me sens un peu débordé, car clairement, ce mode n'est pas fait pour la nuance ou la demi-mesure. Pour les fans d'Eddie et de solo échevelés, mais allergiques aux pseudos sons 80's actuels, mais d'abord rockers, pour ceux qui ne trouvent pas leur compte chez Friedman ou Splawn qui vous servent un son lead pré-maché et prêt à l'emploi. Shredder, oubliez. Rockers en spandex, this is it ! Bref, une véritable alternative à la mode Friedman des leads vaguement Marshallien, sans grain ni chaleur.

Reste le cas particulier du switch EQ11, qui bypasse la section d'EQ (donc comme si tout était à 11/10). C'est sûr qu'en milieu hostile, ça doit le faire. Je trouve qu'on y sacrifie la finesse de réglage que peut proposer cet ampli, et par conséquent, sa propre finesse de jeu. Pour moi c'est un peu tout much, mais si d'aventure vous trouvez que l'ampli manque de ce truc propres aux Marshall vintage, cette pression acoustique, cette présence, et bien enclenchez-le : vous serez collé au mur !

AVIS GLOBAL

Et bien je suis un peu perplexe dans tout ça. Je lorgnais sur la partie Hot de l'ampli, mais je me retrouve à préféré la finesse, la dynamique de l'entrée plexi, qui est la seule à me permettre de passer en son vraiment clair. Je savais qu'il était compliqué de mettre un vrai canal clair dans ce type d'ampli, à moins de sacrifier un peu de la section overdrive. Pourtant, c'est une des promesses de départ et on débute du mauvais pied du coup. Personnellement, je lorgnerais plutôt sur le drive 70 du canal hot, qui ne nécessite pas de boost pour les leads tout en sonnant vraiment 70's, mais ça revient à me priver du clean. Le drive 80 de l'entrée plexi est assez proche, moins gainy. A fond, on a des rythmiques type AC/DC ou Free sous le coude, mais il faut un boost pour le lead. Ca reste dynamique et bluesy, permettant d'accéder au son clean.


A vouloir plaire à tout le monde, on prend le risque de ne séduire personne. Le Bogner Helios est un véritable couteau suisse Marshall. Reinhold Bogner savait qu'il devrait faire des concessions. Il aurait du choisir soit de faire un pur monocanal, pour ne pas prendre ses clients et fidèles au dépourvu. Ou, choisir de faire deux modèles distincts, l'un avec uniquement l'entrée plexi, et l'autre avec l'entrée hot. Chacun d'eux aurait été alors magnifiés encore plus, permettant aussi de mieux affiner le canal clean. Les sons plexi, 2203 ou brown sound sont de très bonnes factures, mais auraient gagnés à être traités séparément, pour avoir plus d'espace de jeu, d'expression. Néanmoins, on reste sur quelque chose de très Marshallien, avec du grain, qu'on peut sculpter. Il est impossible d'avoir un mauvais son avec un Friedman BE100. Pour tout dire, il est impossible d'avoir autre chose que le son Friedman (et je l'ai essayé avant d'en parler). Ce qui m'intéressait avec ce Bogner, c'est le parti pris de jouer la fidélité à la marque anglaise, de proposer un ampli qui pourrait bien sortir de usines Marshall.

Je reste un peu sur ma faim. Les sons sont excellents, très fidèles à Marshall, mais auraient gagné à avoir plus d'espace, plus d'indépendance pour affirmer leur tempérament. Là, il manque ce charme que peut avoir un BE100 qui pourtant ne fait qu'un seul son globalement (malgré 10,000 réglages), même si on garde cette philosophie du grain, qui rendrait un Helios plus pertinent qu'un Friedman en studio (en tout cas, pour du rock ou du blues. Pour shred metal...). Mais en studio, l'Helios ne surclasserait pas le 1959 et le 2203 qu'on pourrait acheter ensemble (d'occasion) pour le brix d'un Bogner. En live, il proposerait une définition un peu plus moderne du drive, la boucle d'effet, et un canal clair moyen, en plus de ce que fait l'un ou l'autre de ces Marshall. Est-ce que ces fonctions supplémentaires et le grain de l'ampli valent la différence par rapport à l'original ? Je n'en suis pas sûr. Pour moi, le rapport qualité prix n'y est pas, même si l'ampli est très bon. Reste que la promesse d'un best-of des sons Marshall est vraiment respecté, il ne plairait pas aux aficionados de la marque californienne.

Notez que je base cet avis sur deux Bogner Helios 100, le premier essayé rapidement, le second plus longuement, mais avec une ronflette "mécanique" du transfo. Rien de grave, ça ne gêne qu'à très bas volume. Mais à ce prix là, ça la fout mal. Je pense que c'est un cas isolé, mais quand même, inadmissible dans cette catégorie.