close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Orgues
Matériel Orgues {{currentManName}}swap_horiz Hammondswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

L'orgue Hammond! - Avis Hammond XK-5

Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
Jusque là, le sentiment que j’avais de l’orgue Hammond, incarné par de multiples patches figés dans des rompleurs ou des émulations au design graphique attirant, ronronnait doucement dans le studio. Puis j’ai acheté un XK-5 : tabula rasa des «sentiments Hammond», place à la vraie chose Hammond!

Je voudrais ici expliquer pourquoi le Hammond XK-5 trouve sa place naturellement dans la catégorie des instruments sans compromis, même s’il s’agit en réalité de la dernière incarnation numérique du célèbre orgue à roues phoniques de la marque.

Après des heures passées à jouer le XK-5, se dégage une vérité de musicien à mon sens : je n’aurais jamais plus le désir de regarder ce qui se fait du côté des autres orgues virtuels ou des clones, parce que je sais que le XK-5 offre, immédiatement audible et reconnaissable, non pas une interprétation du Hammond idéal, mais l'orgue Hammond tout court!, et en prime la mâchoire pendante où je me trouve tout de suite à faire des tronches d’interprète concentré à chercher la phrase parfaite dans une harmonie renversante.

Vérité de musicien? Oui les tronches d'interprète peuvent bien être de cet ordre de la vérité qui ne trompe pas en musique. Mais trêve de pensum, et qu'est-ce qu'il offre donc alors le XK-5? Pourquoi est-il indiscutablement le meilleur Hammond possible?

Sur le XK-5 comme sur les orgues originaux, les deux dernières touches du clavier preset, le la dièse et le si, donnent accès aux réglages A# et B manuels des 4 jeux de tirettes (le cinquième jeu est constitué de deux tirettes, au centre, et concerne le pédalier des basses). On peut choisir pour les autres touches de presets, soit de rendre les tirettes inactives (comme sur l’original), ou actives, mais ces deux réglages manuels A# et B, toujours actifs, sont le laboratoire de création sonore sur l’orgue Hammond, une mémoire tampon permanente qui permet de jouer les parties ou l’organiste répond de chorus en chorus à son thème avec des registres différents, comme dans un concerto si l'on veut. Il est préférable pour cela de disposer des touches presets et des 5 jeux de tirettes.

La percussion est très réglable sur le XK-5, comme de juste, on peut personnaliser la longueur, le decay, le niveau, et dans la partie amplification, la quantité de la percussion qui sera saturée ou non (ainsi que la partie des 2 claviers et les basses qui seront saturées, indépendamment les unes des autres), bref on peut juste obtenir le son parfait. La percussion est grandement modifiée par la vitesse du jeu et aussi par l'enfoncement plus ou moins des doigts dans le clavier, grâce au contacts virtuels s'appuyant sur les 3 contacteurs physique du clavier. On découvre tout un monde de nuances de jeu avec la percussion et un sens non pas de la dynamique, mais qui est très expressif, et impossible à répliquer sur les modèles antérieurs et sur la plupart des clones, parce qu'ils déclenchent invariablement toutes les roues en même temps, ou ne permettent pas de doser les déclenchements avec l'enfoncement des touches.

La différence est très réelle, on peut désactiver le Key Contact sur le XK-5, et sans cela, c'est plat à jouer, désolé, et on n'a pas du tout la même sensation, et ce qui sort s'en ressent. C'est une évolution majeure, et pour la tester, il faudra se rendre en boutique si vous êtes sceptique, et ça vaut bien le détour.

Le XK-5 excelle dans les registres aigus et à la percussion (percussion sur le registre du haut uniquement, comme il se doit), de façon à peine croyable, cela chouine, couine, chuinte, sibile, siffle, souffle, fissionne, siphone, sifflotte, de façon renversante et tellement juste, jamais criarde ou crue, et c’est immédiatement là, c'est dans ce registre des aigus que le XK-5 frappe d’abord l'esprit : c'est juste exactement ça!

Le XK-5 offre ensuite une profondeur d’édition que l’on ne comprend pas à lire les spécifications techniques. On lit Custom Drawbars, Custom Tonewheels, Custom KeyContacts, Custom Leslie sim, et on se dit oui oui il y a sûrement des réglages, je connais la chanson. En réalité c’est bien mieux que cela (et bien plus effrayant) : on peut régler chacune des 96+12 roues phoniques indépendamment les unes des autres. 4 modèles préréglés sont proposés (B3, C3, A100, Mellow), pour chacun desquels on dispose de 6 presets (3 usine + 3 user.)

Il est possible de modifier les registres des tirettes, avec les mêmes 4 modèles au choix, et ils sonnent tous de façon bien distincte, par exemple le A100 n'a vraiment pas grand chose à voir avec le B3, il est très intéressant aussi, mais c'est autre instrument vraiment. Là encore, vous pouvez éditer ces caractéristiques en profondeur, c'est là que se règle le key clic notamment, le leaking général (non plus celui de chaque roue mais le volume de l'ensemble.)

Puis vient le réglage du clavier qui déclenche les roues phoniques à jouer selon les registres des tirettes. Comme il y a donc 9 registres (9 tirettes), on trouve, sous les claviers des Hammond originaux (comme sur le modèle numérique de B3 actuel le plus haut de gamme, et dont le XK-5 est le moteur sonore en réalité) 9 contacteurs électriques qui sont responsables du clic et ensuite de l’engagement des 9 roues à se faire entendre. Sur un clavier à 9 contacteurs qui se distribuent sur un bus vertical, il y a évidemment une question de timing qui se joue, et d'éventuels mauvais contacts responsables de millisecondes de retards.

Ces retards de déclenchement des roues phoniques jouent un rôle primordial, Pas de Hammond véritablement dans sa spécificité technique et qui est responsable du son et du feeling d’en jouer, sans une approche de cette question temporelle du déclenchement.

Le XK-5 reproduit la bus bar, et cela n’est pas du tout un gadget, en fait cela devient vite plutôt une façon de jouer du Hammond, puisque l'on peut se servir du clic pour jouer un rythme, tout en n'enfonçant pas la touche à fond, et donc moduler quelles roues phoniques vont donner, pour réserver les autres aux accents, etc. En fait on se trouve surpris d'utiliser cette technique spontanément.

Sur le XK-5, on peut modifier sur chaque touche ce décalage de déclenchement des roues en fonction de l'enfoncement des touches, et même déterminer la profondeur d'enfoncement des touches pour déclencher. C'est très bien fait, et c'est une évolution majeure en comparaison des modèles précédents.

Puis le son des roues phoniques est préamplifié et passé dans le préampli et le transformateur à hystérèse, qui tout comme dans l’original, permet une saturation harmonique au niveau du préampli lui-même et qui est responsable de la si belle respiration finale une fois le son parti à tourner dans la Leslie. Cette étape du préampli est modélisée en détail et agrémentée de deux lampes 12AX7 et 12AU7 et d'un routing du signal à la carte. Ces réglages fins donnent des variétés de chaleur au signal.

Ensuite vous trouvez le vibrato/chorus scanner. Cet aspect a été revu et corrigé par Hammond pour le XK-5 Hammond.

Le son pleinement tournant que l’on a en tête n’est pas celui de la Leslie seule la plupart du temps, mais de la Leslie après le scanner. Et cela permet des nuances de jeu qu’une Leslie plus grossière emporterait sans nuances. Hammond reproduit fidèlement l’orgue Hammond, et il n’y a aucun parti pris pour du spectaculaire irréel, même si les réglages permettent d’y parvenir.

Le son passe ensuite dans les effets : Overdrive d'abord (simulation à lampe, transistor, clipper et piano électrique (ce qui laisse présumer de l’arrivée d’autres sons sur le XK-5?), très efficace et qui alors là permet de donner toute la patate rock pop expérimental de l’orgue Hammond des années 70 en dehors du jazz.

Puis un multi-effet à 8 algorithmes tous très sérieux, mention spéciale au ring mod et au phaser, ce sont des algorithmes très capables et très paramétrables. Enfin réverbe, avant ou après la Leslie, là aussi du srping vintage au room réaliste, ça sonne!

Puis le signal passe donc enfin dans le simulateur de Leslie. Tous les types de Leslie sont là, même les Leslie qui ne tournent pas. C’est dans ce genre de détail que l’on voit le sérieux de Hammond, les premiers patches d’usine, consacrés aux réglages de Jimmy Smith, ne sont proposés que sur la Leslie PR-40 qui était sans doute le meilleur ampli baffle de Leslie mais qui n’était pas un haut-parleur tournant. On a tôt fait de changer ces patches pour une 147 ou une 122, et ça décolle doucement. Hammond propose très sérieusement une simulation qui va rendre les reflets du son projeté via le haut-parleur rotatif. On choisit la cabine, les paramètres des vitesses et accélérations-décélérations, on place les micros, leur angle, leur distance, c’est cela qui est simulé, et c’est renversant, pas tape à l’oeil ou caricatural, à souhait.

Le XK-5 offre de très larges possibilités de contrôle, via des pédales (il faut au minimum une pédale d'expression pour apprécier l'instrument, les modèles standards fonctionnent parfaitement sur le XK-5.) On trouve aussi des fonctionnalités avancées de clavier maître, et si plus de modwheel/pitchwheel, les neufs tirettes de droite peuvent prendre en charge des control change donc on peut en assigner 2 à ces contrôles sans difficulté.

L’écran oled qui ne vous aveugle pas la nuit et se lit en plein soleil tout pareil.

Des petits détails de conception très classe et très soignés : sur l’original les touches presets restaient enfoncées, mais sur le clavier du XK-5 c’était sans doute hors budget, il y a des leds qui indiquent sur quel preset on se trouve. Si les leds étaient alignées sur les touches, comme on est placé à jouer, on ne s’y retrouverait pas,alors les leds ont été décalées de façon à ce que l’on les lise correctement quand on est au clavier, classe!

De même, Le XK-5 s’éteint après 30 mn (débrayable), mais pas avec un switch logique, avec un ressort monté physique sur l’interrupteur (monté sur un bilame sans doute) qui le fait claquer dans sa position initiale, c’est très classe, à l’ancienne, et sans doute bien plus solide qu’un switch logique dans un circuit annexe.

Bon j'ai laissé de côté des choses mais il me semble que c'est déjà un tour de la baraque pour le moins.

Bien sûr c'est cher, mais Il ne peut pas vraiment y avoir de discussion sur les tarifs à mon sens, et il y a des alternatives plus abordables (dont je dis, donc, que si c'est THE Hammond que l'on veut, elles sont plus ou moins loin en dessous), même dans le catalogue Hammond.

Le XK-5 possède un moteur de synthèse de nouvelle génération qui permet de reproduire fidèlement les comportements de l’original, et dispose d’un clavier qui offre enfin l’expression propre à l’orgue Hammond. C’est un investissement, mais le son Hammond est déjà vintage, le XK-5 permet de jouer de l’orgue Hammond à la perfection du réalisme, c’est un instrument de musique intégral et sans compromis sur ce point, il est indémodable, peu-être sera-t-il caduque dans le temps à un moment donné, mais alors plus réel que cela je ne vois pas, à moins que Suzuki se décide à refabriquer de vrais modèles à roues phoniques?

La seule question à se poser à mon sens, celle que je me suis posée, alors que je tournais autour de l'orgue Hammond depuis un bon moment avec divers autres claviers et émulations, c'est de savoir si vous aimez cet instrument vraiment. A le jouer, on s'aperçoit très vite que la nature très vive et légère du clavier permet des cabrioles techniques que l'on ne peut pas exécuter sur des sons similaires sur d'autres claviers. C'est vraiment un cas comme le Clavinet, on ne réalise pleinement le potentiel que sur place et c'est la même chose pour la diversité sonore que le XK-5 permet de produire, c'est beaucoup plus étendu que ce que j'aurais pu espérer de meilleur, et je n'en suis qu'au début de créer des patches.

Si vous aimez l'orgue Hammond, si vous savez que vous avez un peu de persévérance dans vos désirs, si vous aimez les beaux instruments de musique comme des véhicules qui vous propulsent dans des univers musicaux renouvelés et qui vous rendent meilleur musicien, mais foncez, franchissez le pas, financez votre projet, le XK-5 remplit toutes ses promesses.

Pour moi le XK-5 est une évidence, chaque heure passée à le jouer, c'est au Hammond que je m'assieds, et cela je l'oublie bientôt, c'est au pupitre de musique que je me trouve, où je peux tutoyer Jimmy Smith et James Brown, Keith Emerson et Ray Manzarek, loin loin des questions de savoir si l'herbe n'est pas plus verte dans la prairie synthétique d'en face. Quel véhicule intergalactique extraordinaire le XK-5!