close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Prise de Son & Mixage
Matériel Prise de Son & Mixage {{currentManName}}swap_horiz Selectionner
une Marque
Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
  • settings_backup_restore

[Bien débuter] La compression en série - forum Prise de Son & Mixage

Y'a pas à dire la compression c'est ma bête noire... comme les maths à l'école :oops2:
Hello Sleepless :boire:

Alors, comme je l'ai dit dans l'article, la réalité de la compression finale lors de l'emploi de cette technique est beaucoup plus compliquée que ma petite multiplication à 2 balles. En fait, tous les autres paramètres influent à mort sur la résultante, et les calculs que ces variables engendrent me semblent beaucoup trop complexes pour le sujet. C'est pour ça que j'ai simplifié, histoire de seulement faire passer le message : "attention, n'y allez pas comme des bûcherons".

Maintenant si ça peut aider, prenons un cas hyper théorique et simplifié : 2 compresseurs identiques avec même seuil, temps d'attaque et de relâchement. Le premier avec un ratio de 4:1 et le second 2:1, le tout avec un signal dépassant de 8 dB au-dessus du seuil commun aux 2 compresseurs. Le premier compresseur avec son ratio de 4:1 va faire en sorte que le dépassement passe de 8 dB au-dessus du seuil à 2 dB. Puis, le second avec son ration de 2:1 transforme ces 2 dB en 1 dB. D'où en théorie le même résultat qu'avec un seul compresseur ayant les mêmes seuil, attaque et relâchement mais avec un ratio de 8:1. Bref, en simplifiant, les ratios ne s'additionnent pas mais se multiplient :tourne:

Encore une fois, la réalité n'est pas aussi simple, mais je pensais pouvoir transmettre l'idée générale avec cette approximation utilisant une seule variable, à savoir le ratio, parce que ça me semble plus parlant que de sortir une équation à 7 variables... :nawak:
Citation de sleepless :

SInon, une fois que ces 4 dB ont été ramenés à 1 dB au-dessus du seuil, qu'on leur applique un taux de 6:1, 10:1, 2:1, ou n'importe quoi:1, il n'en restera après deuxième compression que ?
1 dB...


Non non, si le seuil, etc. sont les mêmes, avec un ratio de 10:1, ton 1 dB donnera 0,1 dB car ces fameux 1 dB sont eux aussi au-dessus du seuil.

Je ne sais pas si je suis très clair là... :?!:
oui, en effet, confusion de ma part, désolé, trop vite lu trop vite répondu, mal comprendu.
No problemo ;)
Citation :
Et la compression en parallèle c'est pas plus facile à utiliser ?


Ce n'est pas le même but ;)
Avec un mix à -6dB j'ai effectivement besoin de mettre... 3 compresseurs en série pour atteindre mes -0.3dB et réduire le headroom. Ca me permet de faire de la loudness war sans trop déformer le son. (j'utilise un meter K12).
La réduction de gain n'est jamais supérieur à 4dB sur chacun d'eux et ça va.
Si j'avais du faire ça avec 1 compresseur cela aurait été beaucoup plus dramatique dans les résultats.

Au départ j'avais surtout chaîné les compresseurs pour leur grain et leur particularité à chacun. Le fait de faire ce genre de combinaison permet avant tout d'avoir vraiment "un son à soi".
Si on y réfléchit bien, le chaînage des compresseurs, ca se fait depuis presque toujours: ceux qui interviennent au mixage puis celui du mastering...Et dans ce cas, on peut faire l'inverse d'un des préceptes de l'article:

Citation :
La première, c’est que l’ordre des compresseurs a une importance capitale. Par exemple, pour avoir un son « punchy » et consistant, il convient d’utiliser en premier le compresseur dévolu à la consistance, suivi juste après de celui censé apporter le punch


D'abord le "punch" en mix puis sur le master, une compression de consistance qui liera le tout. Bref, tout ca pour dire qu'il n'y a pas de règle absolue en la matière.
Pour les compresseurs numériques, la mise en série multiplie aussi de potentiels problèmes de repliement (aliasing).
Citation de Crumar :
Si on y réfléchit bien, le chaînage des compresseurs, ca se fait depuis presque toujours: ceux qui interviennent au mixage puis celui du mastering...Et dans ce cas, on peut faire l'inverse d'un des préceptes de l'article:

Citation :
La première, c’est que l’ordre des compresseurs a une importance capitale. Par exemple, pour avoir un son « punchy » et consistant, il convient d’utiliser en premier le compresseur dévolu à la consistance, suivi juste après de celui censé apporter le punch


D'abord le "punch" en mix puis sur le master, une compression de consistance qui liera le tout. Bref, tout ca pour dire qu'il n'y a pas de règle absolue en la matière.


Oui mais enfin... non en fait. Là on parle de 2 compresseurs placés directement l'un derrière l'autre sur une même piste et dans le cadre du mixage, faut tout de même pas l'oublier ;)