close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Claviers synthétiseurs analogiques
Matériel Claviers synthétiseurs analogiques {{currentManName}}swap_horiz Yamahaswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Analo bien équipé pour studio ET scène - Avis Yamaha CS20M

Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
Les ingénieurs de Yamaha avaient décidé de décliner très intelligemment la noble famille CS. Ce monodique s'offre à la créativité et au jeu mélodique.
Le large panneau nous tend les bras avec ses bons boutons. Tout y est et c'est clair: les deux VCO ont autant de paramètres l'un que l'autre, le VCF et le VCA ont droit à la même richesse de variations de LFO que les VCO, on a bien sous les doigts les pavés des 8 mémoires + réglage panneau et le plateau modulations est confortable avec ses belles molettes standard.
Pas de master pitch, donc un pitch par VCO, "inconvénient" intéressant pour le detune.
Amplitude d'octaves maxi: on monte à 2' et on descend à 64', plus l'amplitude du pitchbend ! Ultrasons de l'espace et grondements des abysses...
On peut piocher indépendamment pour chaque VCO dans la gamme des formes d'ondes triangle (= sine), saw down et square avec son PW et son PWM généré par le LFO.
Le générateur de bruit blanc s'ajoute aux VCO.
Large gamme de formes de LFO, dont "S/H"(random) ou effet de pitch up ou down à l'attaque, réglable en amplitude et en vitesse ("glide"). Grosse richesse de sons quand différent sur chaque VCO ! La molette de modulation peut envoyer du LFO sur le pitch, sur le filtre ou sur les deux. A noter: la forme et le cycle du LFO redémarrent à chaque attaque de note. Ça offre des possibilités.
Le filtre est excellent, évidemment... La qualité de la gamme CS...
Choix de liaison entre les notes: portamento (fluide) ou glissando (par demi-tons). Actif en legatto et jeu détaché. Vitesse réglable.
On peut bloquer le sustain ("initial level") et paramétrer à deux mains, utiliser les enveloppes comme formes de LFO filtre et volume (mode "repeat") et elles sont cumulables avec les formes de LFO choisies sur "fonction" !
On peut grossir le son avec le 3 ème VCO (sine) qui suit le VCO 1 en pitch et enveloppe mais pas en filtre (pas utile pour le rôle de ce gros sine).
L'enveloppe de filtre est inversable, on lui fait vraiment faire ce qu'on veut.
Entrées et sorties CV/GATE, ouvertes aux interfaces midi-USB actuelles.
Jacks audio out low, high et connexion XLR. Branchement pour pédale de sustain, switch portamento on / off et pédale de volume. Sortie casque avec volume indépendant. Ils ont mis tout ce qu'il faut.

Mais surtout le must: les mémoires ! Fini les doigts fiévreux sur tous les boutons au lieu de jouer, ou les feuilles de paramétrage laborieuses. On mémorise 8 sons perso (en gardant celui du panneau actif en plus) et les limites techniques de l'époque ont été aménagées: les paramètres en mémoire sont gelés mais seuls les boutons beiges sont mémorisés; les boutons blancs restent actifs. Donc on peut toujours bouger le cutoff ("brillance"), les pitches, le PW, l'amplitude de PWM, les temps des enveloppes ("normal" ou "X5" indépendamment en filtre et en volume, pour passer immédiatement d'une attaque smooth à rapide ou inversement, par exemple), le sustain fixe (volume du "initial level"), le temps de "glide" (atténuer ou accentuer un detune d'attaque de note), le choix "portamento" ou "glissando" et son temps, le temps de release ("sustain") et les fonctions des mollettes. Avec le pitchbend on peut transposer jusqu'à 1 octave up ou down (une basse peut très vite devenir un lead).
On a donc accès à l'essentiel de ce qu'on veut pouvoir changer, adapter en jouant. Pour moi c'est largement assez; au-delà ça serait plus de la re-programmation que de la modulation.
Les 8 mémoires sont maintenues par 2 piles AA, accessibles sous l'appareil. On sauvegarde et recharge ces mémoires en signal numérique audio, simple à enregistrer et à renvoyer.

Les sonorités sont plutôt claires ou chaudes par rapport à un Pro One, par exemple, qui sera plus "râcleux". On obtient des basses très rondes avec beaucoup de graves. La résonance est puissante même si elle évite l'excès et le cutoff est toujours savoureux (LP, BP et HP). Les leads peuvent être très brillants et vibrants. L'attaque peut bien claquer. On peut créer des loops intéressantes (random, variations de pitch avec intervalle entre les VCO, etc...).
Le seul reproche que lui font mes petits bras, c'est qu'il est lourd, le salaud ! Le look classieux et la masse du mobilier hifi des seventies...