close
subdirectory_arrow_left subdirectory_arrow_left Claviers synthétiseurs numériques
Matériel Claviers synthétiseurs numériques {{currentManName}}swap_horiz Ensoniqswap_horiz Rechercher une marquekeyboard_arrow_down
Avis utilisateur

Avis de gerfaut - Ensoniq KT76

** Clavier **
76 touches lestées avec prise en compte de la vélocité et de l'aftertouch. Le touché se paramètre pour s'adapter à chacun, mais malgré le mécanisme de marteaux, on ne retrouve pas non plus un touché de véritable piano. C'est pas mal pour un produit de 1995, même si depuis, forcément, on trouve mieux !
Note : Chez moi, certaines touches font un peu "couic", ce qui peut gêner lorsqu'on ne joue pas très fort, même si à l'enregistrement, ce n'est pas un problème !

** Contrôleurs **
Les classiques Pitch Bend et Modulation Wheel ainsi que la possibilité de brancher une pédale de Sustain (simple ou double) ou une pédale d'expression. En plus de cela, le clavier accepte les contrôleurs MIDI externes.
Les sons et presets (=ensembles de sons) peuvent se paramétrer assez finement pour permettre l'utilisation de nombreux contrôles supplémentaires (Aftertouch, LFO, Sustain, vélocité, position, etc...). Un contrôleur peut en outre être associé à différents paramètres pour faire varier différentes composantes à la fois.

** Connectique **
On retrouve deux sorties jack asymétriques (gauche + droite), trois prises MIDI (IN, OUT et THRU), une prise pédale de Sustain, une prise pédale d’expression, une prise d’alimentation électrique (110-220 V) et une prise casque stéréo en façade.
J’ajouterai la présence d’un lecteur de cartes au format PCMCIA pour augmenter la mémoire ou le nombre de presets, mais je ne dispose pas de ce genre de carte mémoire, donc je ne m’en sert jamais (ENSONIQ a été racheté par E-MU et les produits de la marque ne sont plus vraiment distribués…)
On peut noter l'absence d'une sortie numérique (type S/P-DIF) compensée cependant par la très grande qualité des convertisseurs N/A.

** Son **
La technologie de synthèse est ici à base de lecture d'échantillons. On retrouve 221 formes d'ondes en ROM (soit 6 Mo). Les échantillons sont assez variés et permettent de faire des sons assez convaincants. La polyphonie est assignées dynamiquement (la priorité des 64 voix est programmable). On peut utiliser jusqu’à trois échantillons pour un son avec pour chaque : un LFO avec retard, trois enveloppes ADSR (39 formes d'enveloppe presets) et des filtres fréquentiels (2 PB/PH/Passe-bande).
On dispose de 128 presets GM (set standard, très pratique pour jouer un fichier .mid sans se compliquer la vie), 100 presets en ROM et 80 programmables.
On peut facilement réaliser des combinaisons de sons (jusqu’à 8 sons maxi par combi) et les stocker dans les 100 emplacements disponibles en RAM.
Il ne faut en aucun cas passer à côté de la très bonne section d’effets qui comporte un DSP 24 bits (Chorus, reverb, flanger, phaser, retard stéréo, EQ, distorsion, son tournant et 5 autres) de très bonne facture. Ensoniq a d’ailleurs souvent été plébiscité pour ses processeurs d’effets (DP4... ( https://fr.audiofanzine.com/produits/index%2Cidproduit%2C15306.html )) dont on retrouve ici les éléments constituants.

** Polyphonie **
Le synthé dispose de 64 voies de polyphonie, ce qui est vraiment pas mal, et laisse de quoi voir venir, même lorsque les sons commencent à s’empiler (combinaisons ou séquenceur…). Il faut tout de même préciser qu’il s’agie de voies, et non de notes ; je m’explique : un instrument peut comporter jusqu’à 3 voies par note. Mais le système de priorité et la gestion intelligente des voies permet de gérer les débordement pour ne pas se retrouver avec des nappes coupées brusquement par une nouvelle note ! Dans la pratique : pas de problème quoi !
Note : le clavier peut se spliter facilement en 8 parties avec des réglages de volume, Sustain ou encore d’envoie aux effets différents.

** Séquenceur **
Eh oui, on ne sait pas trop où catégoriser ce synthé, tellement les possibilités sont nombreuses. En effet, le séquenceur (malgré son âge) est digne d’une très bonne workstation. On dispose de 6 500 notes (extensible à 100.000 par carte PCMCIA), 16 pistes pour un total de 70 séquences et 30 songs (= ensemble de séquences). Temps réel ou pas à pas, Punch In, quantisation, transposition, filtrage d’événements, éditeur d’événement sont autant de moyens mis à disposition pour arriver à ses fins en toutes circonstances.
Toute la programmation se fait à l’aide de quelques touches, d’un slider et d’un écran LCD (2 x 16 caractères) rétroéclairé ! Ca peut sembler bien compliqué, mais au final, l’ergonomie est bien pensée et avec un peu de pratique, on arrive à travailler rapidement et de manière très productive.

UTILISATION

** Configuration générale **
La configuration générale est assez simple. Pas immédiate, c'est sûr, mais une fois qu'on a compris le fonctionnement de base, ça va très vite, et surtout, de plus en plus vite, et on se rend compte que finalement, malgré le nombre réduit de touches et d'affichages, c'est plutôt ergonomique.

** Séquenceur **
Ainsi, le séquenceur permet un travail très précis, et une grande factorisation (nécessaire sur ce genre de modèle, pour gagner de la mémoire, et du temps aussi !!).

** Sons **
Du côté des sons, c'est un peu plus complexe ! Ils sont tellement modifiables qu'il vaut mieux avoir le manuel sous les yeux pour vérifier l'influence de chaque paramètre. C'est clair qu'il y a de quoi créer ! L'interaction des contrôleurs et du temps permettent de moduler un son très facilement en jouant. Mais c'est sans doute le côté que j'ai le moins exploré durant toutes ces années. Chacun son truc, personnellement, la recherche créative sonore, ça ne m'a pas accroché.

** MIDI **
Niveau MIDI, pas grand-chose à dire. C'est un très bon clavier maître. Si on le passe en mode GM, on a directement 16 pistes assignés à chaque canal MIDI et à un des 128 instruments standards (sauf pour la piste 10, avec les sets de batterie). Du coup, la fonction expendeur MIDI est vraiment simplissime (peut être un poil trop !)

** Manuel **
Là aussi, pas grand chose à dire. Ah si ! Il est en anglais, très exhaustif (= pas mal d'heure de lecture pour qui veut tout connaître), mais très bien rédigé, et (normal pour l'époque) livré en version papier !

SONORITÉS

** Le son **
Les sons... que dire ! C'est assez subjectif comme chapitre !
Soyons franc, le KT-76 n'est pas un modèle de réalisme ! Peut-être eut-il été possible de le considérer comme tel à sa sortie (dans les années 90), mais depuis, avec le sampling et les VSTi... la lutte est bien inégale (on parle d'une ROM de 6 Mo je rappelle !!!). Les choses se sont un peu amélioré avec l'upgrade E-Prime, avec entre autre un tout nouveau piano samplé sur pas mal de Mo (je sais plus le chiffe...).

** Le style **
Au-delà de toutes ces considérations techniques, mon avis personnel, c'est qu'un son est bon, quand il sonne !! Et là, y'a pas à dire, le KT-76, il sonne. Il a un grain et une chaleur propre aux claviers US qui change un peu de ce qu'on entend du côté du pays où le soleil se lève. Et rien que ça, c'est chouette. Ca sonne pas comme tout le monde, et en plus, y'a moyen de trouver des combinaisons de sons qui se complètent bien pour créer des preset impressionnants pour l'accompagnement (ma principale activité piano).
Quand on mélange les sons, c'est pas toujours le plus réaliste qu'on choisit, mais bien celui qui trouve sa place au milieu des autres, tout en ressortant bien. Ca ne m'intéresse pas une modélisation parfaite de Steinway qui se noie dans un mix ou un groupe !

Ne croyez pas pour autant qu'aucun instrument n'est exploitable en solo ! Y'en a beaucoup qui sont très bon (d'excellent pad, choeurs, orgues, cuivres et j'en passe...), et jouer une sonate au piano ne pose pas de problème. Sauf qu'il est clair que pour ce genre d'usage, de nos jour, on trouve bien mieux !

** Les effets **
Comme dit plus haut : les effets sont ceux du DP4, assez âgé maintenant, mais toujours considéré comme une référence et assez recherché d'ailleurs !
On peut les paramétrer finement, le routage est modifiable par contrôleur. Seule limitation, on ne peut en choisir qu'un seul à la fois (le même pour tous les instruments en cas de split ou de séquence). C'est triste, surtout au vue (ou plutôt à l'écoute) de la qualité des effets disponibles.

** L'expression **
Elle est reglable, avec plusieur courbles de vélocité. On y trouve son compte. L'aftertouch (appelé Presure, un peu déroutant au début) est également paramétrable, mais reste monophonique (c'est-à-dire, identique pour toutes les notes jouées en simultané). L'aftertouch polyphonique est également géré, mais uniquement via MIDI (donc pas à l'enregistrement).

AVIS GLOBAL

** Conclusion **
Je l'utilise maintenant depuis une dizaine d'années, et je pense avoir fait le tour d'à peu près toutes les fonctionnalités. L'upgrade vers l'E-Prime m'a donné l'occasion de chercher de nouvelles sonorités. Mais mis à part le gain significatif pour le son piano, pour le reste, j'ai plutôt été déstabilisé par le remplacement de certains sons par des nouveaux... C'est pas évident de changer ses habitudes et de recréer de nouveaux presets équilibrés et qui sonnent bien en mélangeant 5 ou 6 instruments. Question de temps sans doute.

** Points négatifs **
- le clavier un peu bruyant, grinçant pour certaines touches, gênant à faible volume...
- il manque un certain nombre de contrôleurs pour piloter les instruments VST dernier cri, c'est sans doute de ce côté que les 11 ans de l'engin se font le plus sentir
- quelques (rares) plantages software depuis l'upgrade E-Prime
- pas de sortie numérique (S/P-DIF)
- son poids (quoique tout à fait raisonnable pour la catégorie...)
- un seul effet utilisable à la fois

Au final, pas grand chose à lui reprocher, mis à part son âge; et encore, par rapport à d'autres produits, il a plutôt bien vieilli !!

** Points positifs **
+ fiabilité sans faille (aucun problème pendant 10 ans !)
+ évolutivité (upgrade vers E-Prime)
+ des sons qui changent des sonorités made in Japan (sans critiquer ces dernières !)
+ très grande polyvalence : clavier-maître, expendeur, séquenceur, piano numérique...
+ très flexible (split entre 8 instruments, avec transposition, sustain, routage d'effet individuels)

** Bilan **
Bon, c'est pas facile d'être objectif avec l'instrument qu'on a côtoyé pendant les 10 dernières années, mais je ne regrette pas du tout le choix. Pourtant, je ne me souviens pas en avoir essayé plusieurs à l'époque, c'est tombé sur celui là : la bonne largeur (pour tenir dans le salon), le bon prix, et... c'est tout ! Après coup, ce n'était certainement pas le plus désigné pour l'usage que j'en avais au début (en tant qu'autodidacte début au piano !), mais finalement, à l'usage, en le découvrant, j'ai fini par explorer un peu toutes les facettes de cet instrument.

** Avenir **
Evidemment, à l'avenir, je ne peux pas affirmer que je referai ce choix ! Les temps ont changé, mes motivations aussi, les produits disponibles n'ont (vraiment) plus rien à voir... Mais ce clavier ne démérite pas, toujours fidèle au poste, et pour un bon moment encore, je l'espère !