Un micro statynamique ?

Test de l'AE2500 d'Audio-Technica

Pour compléter votre parc, vous êtes en quête d'un micro qui puisse encaisser comme un dynamique tout en procurant le détail d'un statique. Ne cherchez plus et jetez une oreille à l'Audio-Technica AE2500 : le premier statique dynamique (à moins que ce ne soit l'inverse...).

 

Quiconque a déjà sonorisé ou enregistré une batterie s'est forcément frotté de près au problème de la captation du son puisant que fournit la grosse caisse. C'est l'un des instruments les plus délicats à retranscrire, d'autant que le style dans lequel il doit figurer modifie de façon drastique la manière de le traiter.

Le AE2500 vient donc répondre à cette attente : fournir au sonorisateur un outil simple à mettre en œuvre, lui offrant une souplesse d'utilisation rare, par sa polyvalence, sa neutralité... mais aussi par son concept atypique.

Audio-Technica AE2500 : un nouveau standard pour la reprise de grosse caisse ?

Détail peu banal, ce micro est en effet pourvu de deux capsules : une dynamique, destinée à encaisser de fortes pression acoustiques, et une électrostatique plus adaptée à capter les transitoires et résonances subtiles. Ces deux transducteurs sont logés côte à côte dans le corps du micro, majoritairement occupé par la grille de protection. L'avantage de cette disposition est de fournir deux signaux parfaitement en phase, facilitant le mélange à la console.

Il n'est pas rare d'opérer avec plusieurs micros pour un même instrument. On peut bénéficier, ainsi des qualités de chacun, à la condition que les problèmes de phase nie viennent pas dénaturer la nature du son repiqué.

Pour une reprise de grosse caisse, le décalage de deux transducteurs peut aboutir à l'annulation de certaines parties du spectre (notamment dans les haut médiums et les aigus, partie où se trouve justement toute l'attaque de l'instrument. Il devient alors impossible de façonner un rendu cohérent.

Deux capsules pour un maximume de polyvalence sur l'Audio-Technica AE2500

Inversement, le regroupement géographique des deux transducteurs peut poser problème. En effet, les deux technologies employées nécessitent des placement différents. Un micro dynamique aura plus tendance à supporter (voir adoucir) des pression sonores très importantes et sera donc placé assez près de la source (le point d'impact de la batte pour la grosse caisse).

Au contraire, le micro statique fera profiter de ses qualité avec un placement plus lointain, captant ainsi une étendue plus equillibrée du spectre (les résonnances des diverse parties de la grosse caisse comme le fut et les peaux.Il faut alors jouer énormément de ruses et de techniques pour ne pas annuler certaine parties du spectre sonore.

L'Audio-Technica AE2500 dans son écrin

Le AE2500 est fourni avec sa pince, son adaptateur de filetage 5/8'' - 3/8'', un câble spécial permettant de récupérer séparément les signaux de chaque capsule, tout cela dans un étui semi-rigide garni de mousse protectrice.

Atténuateur et filtre passe-haut sur l'Audio-Technica AE2500

La qualité de fabrication ne surprendra pas les habitués de la marque. Sobre, robuste et efficace avant tout, dans sa robe anthracite, il ne se fera pas remarquer sur scène.

Il est équipé d'un filtre passe-haut à 80 Hz et d'un atténuateur de -10dB (tous les deux commutables), ceux-ci n'agissant que sur le signal en provenance de la capsule statique.

Il faudra cependant faire attention à la stabilité du pied sur lequel il sera fixé, son poids étant relativement élevé.

 

Les caractéristiques principales sont les suivantes :

CAPSULES

Condensateur, dynamique

DIRECTIVITÉ

Cardioïde

Réponse en fréquence

20-17 000 Hz (condensateur)
30-10 000 Hz (dynamique)

ATTÉNUATION DES GRAVES

80 Hz, 12 dB/octave (condensateur)

NIVEAU DE SORTIE

–51 dB (2,8 mV) réf 1V/Pa (condensateur)
–54 dB (1,9 mV) réf 1V/Pa (dynamique)

IMPÉDANCE

100 Ω (condensateur)
600 Ω (dynamique)

NIVEAU DE PRESSION ACOUSTIQUE MAXIMAL

148 dB SPL, 1 kHz à 1% T.H.D. (condensateur);
158 dB SPL avec l’atténuateur 10 dB (nominal)

DYNAMIQUE (typique)

124 dB, 1 kHz à SPL max. (condensateur)

RAPPORT SIGNAL/BRUIT

70 dB, 1 kHz/Pa (condensateur)

SPÉCIFICATIONS ALIMENTATION FANTÔME

11-52V CC, 3 mA typiques
(condensateur)

COMMUTATEURS

(Condensateur) Plat, atténuation;
atténuateur 10 dB (nominal)

POIDS

390 g (13,8 oz)

DIMENSIONS

Longueur 165,0 mm (6,50"),
diamètre maximal 55,0 mm (2,17")

CONNECTEUR DE SORTIE

Type XLRM 5 broches intégré

 

In Situ

L'Audio-Technica AE2500

La mise en condition du microphone s'est déroulée en deux temps. La première pour le repiquage d'un cuivre, et la deuxième, pour la reprise d'un grosse caisse de batterie, l'usage par excellence du AE2500

Première impression, une fois le micro branché à la console : l'immunité aux vibration du corps est très faible pour la capsule dynamique. L'utilisation de prédilection étant la grosse caisse, cela ne posera pas forcément de problème, tant que le pied sera raisonnablement découplé du reste de la batterie. On veillera donc à utiliser de préférence un pied à embase lestée.

 

La reprise du baryton basse

Instrument de la famille des cuivres, proche des tubas, le baryton basse nous a semblé être une source de choix pour un premier essai. En effet le design du AE2500 n'est pas sans rappeler celui de son cousin le RE20 de la société Electrovoice, bien connu pour son rendu très agréable sur les cuivres de ce type.
La prise de son a été effectué dans une pièce non traitée, d'une vingtaine de mètre carrés. Le matériel utilisé lors de cette session fut : Le AE2500 branché directement sur une mixette Yamaha MG10/2 elle même reliée à un DAT portable.

Malgré les inévitables problèmes de contrôle de la dynamique (monstrueuse sur ce type d'instrument) et la piètre qualité de la mixette, voici quelques extraits qui donnent un bref aperçu du rendu du AE2500.

Le transducteur dynamique encaisse sans broncher les pointes de volume sonore tandis que le statique intervient plutôt joliment dans le détail et les bruits de souffle. La restitution finale est assez équilibrée, mais mériterais quelques retouches tonales à l'équaliseur.

 

La reprise de la grosse caisse

De gauche à droite : le RE20, le MD421 et l'AE2500

Pour ce test, nous avons choisi de mettre en concurrence quatre microphones couramment utilisés dans ce type d'application (même si le MD421 fait un peu figure d'outsider).
Nous avons eu le plaisir d'être invités par un groupe amateur en répétition dans un local prévu à cet effet. Ceci explique la reprise des autres instruments. Une situation somme toute classique pour le preneur de son en spectacle.

Les enregistrements on été fait directement sur DAT, les micros étant pré amplifiés par un SPL GOLDMIKE. Il n'y a donc pas de traitement (ni équalisation ni compression), donnant ainsi une idée de ce que l'on peut obtenir en condition réelle en entrée de console.

Tous les micros ont été placés à l'intérieur du fut de la grosse caisse, à une distance d'environ 15cm et légèrement décalés par rapport au point d'impact de la batte. Ce protocole ayant pour but de comparer directement le rendu de chaque matériel, nous n'avons bien sur pas optimisé chaque placement, celui-ci étant relativement important dans ce cas.

Le Shure Beta52 est utilisé fréquemment pour une reprise dans un style rock, voire Metal. Il procure un son avec beaucoup de claquant grâce à une bosse dans sa courbe de réponse aux alentour des 4kHz.

Shure Beta 52
sans pad
Shure Beta 52
avec pad d'atténuation

Le RE20 d' ELECROVOICE est une référence pour la grosse caisse. Il fut énormément utilisé dans les années 80 et même avant, marquant à jamais le " son disco " par une grosse caisse puissante et riche. Sa particularité (outre sa solidité exemplaire) est la régularité de sa courbe de réponse :

Electrovoice RE20
avec pad d'atténuation

Comme nous le faisions remarquer, le Sennheiser MD421 n'est pas à proprement parler un micro pour grosse caisse. Cependant son utilisation peut apporter un grain particulier à la batterie, notamment en rock ou en jazz. Sa réponse en fréquence impose des corrections importantes.

Sennheiser MD421
avec pad d'atténuation

Enfin, le AE2500, sujet principal de ce test, véritable outil polyvalent. L'atténuateur de la partie statique était enclenchée afin de supporter la pression sonore à cet emplacement.

La piste Droite correspond à la capsule dynamique et la gauche à la statique (Vous pouvez ainsi réaliser le mélange entre les deux pistes dans un éditeur audio afin d'obtenir le rendu qui vous convient le mieux)

Des quatre micros, le AE2500 est le plus polyvalent, même si l'on aura du mal à obtenir un son vraiment claquant comme celui que procure le Beta52. Il s'adresse donc plutôt à des styles plus "acoustiques" comme le jazz et les musiques cubaines, dans tous ces genres où les résonances de la grosse caisse sont un aspect important du jeu du batteur.

Conclusion

Audio-Technica signe indéniablement une belle réussite avec l'AE2500 : en juxtaposant dans un même corps une capsule électro-statique et une capsule dynamique, le constructeur offre un outil d'une rare polyvalence qui simplifiera la vie de plus d'un preneur de son.

Certes, à près de 550 €, l'AE2500 ne s'adresse pas à toutes les bourses, mais compte tenu de ses grandes qualités et de sa finition exemplaire, il convient de reconnaître que son prix n'a rien d'exagéré.

S'il devrait donc rencontrer un beau succès auprès des home studistes exigeants, il ne fait aucun doute que cet hybride devrait séduire un large éventail de professionnels dans les années à venir.

 

 

Remerciements : Isabelle d'Audio Technica pour sa patience, Fmarine pour sa science des micros et son ineffable jeu au baryton basse, Sat et le groupe " Oula-Oula " pour l'accueil sympathique pendant leur répétition.

Points forts

  • La qualité de fabrication et la finition.
  • La palette sonore offerte au sonorisateur / ingé-son.
  • La polyvalence insoupçonnée.

Points faibles

  • L'amortissement interne des capsules, perfectible.
  • La suspension un peu primaire.
  • L'accessibilité aux interrupteurs de filtre et pad.